Pourquoi les comparaisons sociales nous affectent-elles autant ?

30 mai 2019
Se comparer aux autres peut souvent causer une grande frustration ou une grande anxiété. Il est donc important de savoir valoriser positivement les comparaisons sociales.

Nous nous comparons constamment aux gens de notre environnement, à nos réseaux sociaux, à des personnalités publiques et même à des fictions.

En temps normal, l’opinion généralisée sur les comparaisons sociales a tendance à être négative, même si elles doivent être évitées autant que possible. Mais que se passe-t-il si nous vous disons que les comparaisons sociales font partie du caractère de l’être humain ?

Pourquoi avons-nous besoin de nous comparer avec les autres ?

Leon Festinger, auteur de la théorie de la comparaison sociale et de la dissonance cognitive, avance que les gens doivent évaluer nos opinions et nos capacités. Autrement dit, les gens doivent savoir que nous sommes cohérents et que nos opinions et nos choix sont valables.

comparaisons sociales

Selon le psychologue Joel Feliu, les gens ont entamé un processus de comparaison avec d’autres personnes dans le but d’obtenir une certitude sans pouvoir trouver un autre moyen de vérifier la validité de nos opinions et de nos compétences. Alors, comment les comparaisons sociales nous affectent-elles ?

Même si les options sont faciles et que le choix semble clair, nous avons souvent tendance à faire confiance aux opinions des autres. C’est-à-dire que nous faisons plus confiance à leur opinion qu’à la nôtre pour savoir ce que nous devons dire, faire ou penser.

Cependant, Feliu souligne que les comparaisons sociales ne sont pas aléatoires, mais que nous avons tendance à les faire avec des personnes qui nous semblent plus proches de nous. Par conséquent, sachant qu’il y a plus de similitudes avec l’autre personne, nous comptons davantage sur elle pour évaluer nos opinions et nos capacités.

Toute cette réflexion débouche sur le concept d’uniformité de groupe. Le fait que nous ayons besoin d’opinions fiables sur ceux qui, selon nous, nous ressemblent se traduit par un désir d’uniformité du groupe. C’est-à-dire le désir de vouloir être plus comme les autres et que les autres nous ressemblent davantage.

Qu’est-ce que la dissonance cognitive ?

Que se passe-t-il lorsque nos attitudes et nos opinions ne correspondent pas à celles que nous considérons proches de nous ? Selon Festinger, lorsque les comparaisons sociales montrent des divergences, une dissonance cognitive se produit alors.

Cette dissonance serait à l’origine de la détresse psychologique, ce qui nous amènerait à modifier nos décisions, nos opinions, nos attitudes et, finalement, inconsciemment, notre système cognitif.

Les comparaisons sociales : dans quelle mesure sont-elles nuisibles ?

Maintenant que nous savons que les comparaisons sociales font partie du caractère humain, comment nous comparons-nous aux autres ?

Se comparer aux autres nous affectera de manière très différente selon le sens que nous donnons à cette comparaison. La manière dont nous évaluons notre situation avec celle d’une autre personne peut sérieusement affecter notre estime de soi et détériorer notre autonomie.

D’une part, nous devons comprendre que nous avons tous une situation de vie unique résultant d’expériences différentes. C’est-à-dire à comprendre que les événements qui ont eu lieu jusqu’à la conformité de votre état actuel et de celui de l’autre personne sont très différents.

En effet, associer vos compétences à la situation d’une autre personne peut, en réalité, nuire à votre estime de soi.

D’autre part, avec le dicton « l’habit ne fait pas le moine« , il faut comprendre que les apparences sont trompeuses. Susan Biali, médecin et spécialiste du bien-être, souligne qu’il est important de ne pas comparer les côtés « extérieurs » des autres à vos côtés « intérieurs ».

Avec l’arrivée des réseaux sociaux, il est très courant de comparer notre vie à celle des autres en consultant leur profil Facebook ou Instagram alors qu’après tout, nous n’avons que leurs photos comme source.

La comparaison sociale comme source d’inspiration

Chacun de nous est unique et nous avons nos propres forces et nos faiblesses. De plus, il est vrai que, si nous nous comparons constamment aux autres, nous allons assigner des demandes qui nous sont étrangères. Cependant, il existe une manière saine d’utiliser les comparaisons sociales : l’inspiration.

comparaisons sociales

«Sois toi-même, les autres endroits sont occupés»

-Oscar Wilde-

Voir comment les autres progressent et réalisent leurs rêves alors que vous avez encore beaucoup à faire est vraiment frustrant et peut même générer beaucoup d’anxiété. Lorsque vous vous comparez aux autres, convertissez cette frustration ou cette envie de ne pas être en mesure d’obtenir ce qu’ils ont en motivation.

Par conséquent, pour vous comparer aux autres, vous devez toujours vous concentrer sur l’amélioration. Observez ces personnes sous un autre angle, en tant que modèle ou objectif à suivre pour vous aider à atteindre vos objectifs. Analysez ce qu’ils ont fait pour obtenir ce qu’ils ont maintenant et motivez-vous en disant : « S’ils ont pu le faire, je le pourrai aussi. »

  • Biali, S. (2010). Live a live you love: seven steps to a healthier, happier, more passionate you. Beaufort Books.
  • Festinger, L. (1975). Teoría de la disonancia cognoscitiva. Instituto de Estudios Políticos. España
  • Ibáñez, T., Botella, M., Domènech, M., Feliu, J., Martínez, L.M., Pallí, C., Pujal, M. y Tirado, F.J. (2004). Introducción a la psicología social. Editorial UOC. España: Barcelona.