La crise de vocation chez les étudiants adolescents

11 août, 2020
L'insatisfaction à l'égard des études peut conduire à une dépression profonde chez les adolescents. C'est pourquoi il est impératif de parler de la crise de vocation dans chaque foyer.
 

L’une des décisions les plus difficiles que les adolescents doivent prendre est le chemin à suivre une fois qu’ils ont quitté l’école. Il est clair qu’à l’adolescence les jeunes ressentent beaucoup de pression, car ils doivent décider rapidement de ce que sera la profession de leur avenir, devant faire face aux attentes de la société, des amis et des parents ; c’est pourquoi la crise de vocation est si récurrente à cet âge.

Les données statistiques relatives à ce sujet sont assez alarmantes, puisque selon certaines études, au moins un tiers de tous les abandons au niveau universitaire sont produits par des crises de vocation. Cela peut se produire dans les premiers semestres ou même dans les semestres les plus avancés.

Sans aucun doute, on ne peut être indifférent à cette crise existentielle que les jeunes subissent et qui trouve son origine dans leur hâte de choisir leur avenir. Le manque de clarté sur leurs intérêts réels, leurs forces et faiblesses académiques joue également un rôle central.

Si votre enfant traverse cette étape décisive et délicate, vous pouvez utiliser toutes les informations sur cette rupture existentielle que nous vous présentons ici. De plus, certains outils sont proposés pour faire face à la situation.

Qu’est-ce que la vocation ?

La vocation est comprise comme le lien qu’un sujet a avec ses goûts et ses intérêts et implique une connaissance de soi approfondie. Il est nécessaire de savoir qui je suis, à quoi ressemble mon caractère, ce que j’aime faire ou ce qui attire complètement mon attention, quelles sont mes forces et mes faiblesses.

 

A partir de là, on peut dire que, pour qu’une personne puisse définir sa vocation, il faut une introspection approfondie et un certain degré de maturité. Il est donc clair que ce processus de découverte est complexe et que l’expérience sera différente pour chaque individu.

Une fille endormie sur des livres.

Si un adolescent peut comprendre qu’une vocation est une réponse à des désirs et des intérêts réels et que les conséquences d’un travail ou d’une profession qui ne le passionne pas peuvent entraîner des frustrations et des états dépressifs, il prendra certainement décision plus calmement.

Il est essentiel que les adolescents ne soient pas contraints par leurs parents, leurs camarades de classe, et même par les opinions erronées de certains professionnels.

La crise de vocation chez les adolescents

Environ 70 % des étudiants qui sortent du lycée ne savent pas quoi étudier à l’université ou quelle profession est la meilleure pour leur vie. Ce chiffre est alarmant, mais il s’avère que les adolescents prennent généralement cette décision en fonction des goûts du moment ou parce qu’ils suivent les mauvais préceptes sociaux.

 

Ainsi, poussés par leurs pairs, ils deviennent convaincus que les meilleures carrières sont en médecine, en affaires ou en ingénierie ; à l’inverse, ils finissent par rejeter les arts ou les professions qui ne sont pas économiquement rentables.

« Pour qu’une personne puisse définir sa vocation, il faut une introspection approfondie et un certain degré de maturité chez le jeune »

Deux aspects importants entrent en jeu ici : d’une part, il y a ce qu’on appelle le « succès » dans la vie, qui, selon la plupart des sociétés, n’est atteint que si l’on gagne beaucoup d’argent ; d’autre part, il y a la tranquillité d’esprit et la joie quotidienne de faire son travail avec passion et enthousiasme.

Beaucoup de jeunes patients qui consultent des psychologues sont des étudiants universitaires, voire des adultes, qui déclarent avoir souvent souffert de crises professionnelles et de dépression. La raison en est qu’ils souhaitent pouvoir revenir en arrière et faire un choix de carrière différent.

Un enfant partant de chez ses parents.

Comment prendre les bonnes décisions ?

Pour commencer, nous devons souligner qu’il n’est pas juste que les parents imposent à leurs enfants ce qu’ils doivent étudier contre leur volonté. Il n’est pas non plus normal que les professionnels scolaires donnent leur avis sur le choix de carrière de l’étudiant sans faire une étude personnalisée de ce jeune.

 

Dans ce cas, nous devons travailler en équipe. Les parents, l’école et l’adolescent doivent découvrir et écarter les goûts et les capacités. Un autre aspect important est que la décision doit être prise bien à l’avance ; il n’est pas bon que l’adolescent doive décider six mois avant de terminer les cours, alors qu’il est concentré sur ses examens finaux, de ce que sera son avenir professionnel.

En guise de recommandation finale, considérez que ce ne sera pas nécessairement une mauvaise chose si votre enfant n’entre pas à l’université tout de suite.

En réalité, il peut être acceptable de le reporter jusqu’à deux ans. Cette action lui donnera de la maturité et de la clarté pour qu’il puisse mettre sa vie sur les rails et ne pas avoir à tomber en dépression ou à abandonner ses études à l’avenir.

 
  • Pantoja, C. (1992). En torno al concepto de vocación. Educación y ciencia, 2(6), 17-20.
  • Castro Valdez, J. (2015). Identidad vocacional, claridad del autoconcepto y autoestima en adolescentes peruanos. http://repositorio.ual.es/bitstream/handle/10835/3866/CASTRO.pdf?sequence=1
  • Álvarez González, M. (1989). La madurez vocacional en el alumnado de secun- daria (tesis doctoral, Universidad de Barcelona).
  • Romero, H. (2007). Adolescentes y elección vocacional. In XIV Jornadas de Investigación y Tercer Encuentro de Investigadores en Psicología del Mercosur. Facultad de Psicología-Universidad de Buenos Aires. https://www.aacademica.org/000-073/338