L’élagage synaptique chez les enfants et adolescents

12 mars 2020
L'élagage synaptique est le processus à travers lequel le cerveau de l'enfant et de l'adolescent finit par mieux fonctionner et s'adapter à l'environnement.

À première vue, l’enfance et l’adolescence semblent être deux étapes de vie très différentes l’une de l’autre. Or, il faut savoir qu’elles partagent certaines similitudes. Ce n’est pas pour rien que l’on qualifie les deux premières années comme « la première adolescence ». 

En effet, c’est à cette période que se met en place un processus cérébral semblable à celui qui se produit autour de 12-14 ans : l’élagage synaptique.

Le cerveau humain est un organe complexe et fascinant qui change constamment, surtout au cours des deux premières décennies de vie. 

Comprendre son fonctionnement peut nous aider à nous mettre à la place des enfants et adolescents et à les accompagner avec amour au moment de ces transitions. Nous allons donc, à travers cet article, vous présenter ce qu’est l’élagage synaptique et vous expliquer en quoi il affecte les jeunes.

Qu’est-ce que l’élagage synaptique ?

L’élagage synaptique est un processus cérébral qui consiste en l’élimination de connexions entre des neurones. Celles-ci se forment à partir des apprentissages mais, quand elles deviennent trop nombreuses, le cerveau finit par perdre en efficacité. L’élagage a donc pour but de se défaire des connexions peu utilisées afin que la capacité cérébrale reste disponible pour les plus utiles et utilisées.

Des cerveaux suspendus

En définitive, il s’agit d’un processus de remodelage cérébral. Grâce à lui, le nombre de connexions existantes se réduit et celles qui restent se renforcent. Cette régulation permet au cerveau d’atteindre un fonctionnement optimal et, surtout, plus adapté au milieu.

L’élagage synaptique dans l’enfance

De l’étape embryonnaire jusqu’aux deux années d’âge, de très nombreuses connexions neuronales se créent. Elles sont le fruit des découvertes de l’enfant et des connaissances qu’il acquiert progressivement. Et, après cette croissance exponentielle, un premier temps d’élagage et de restructuration se produit.

Il s’agit d’un processus programmé, nécessaire pour que l’enfant se développe de façon adéquate. Cependant, l’environnement a une influence importante et c’est là que l’éducation peut marquer toute la différence :

  • Il est nécessaire que le bébé reçoive une stimulation adéquate pour que l’élagage se produise. Si ce n’est pas le cas, un nombre excessif de connexions se maintiendront et rendront le cerveau moins efficace. En définitive, l’enfant perdra des capacités.
  • Il s’agit d’un processus dont le but est d’atteindre une meilleure adaptation à l’environnement. Par conséquent, les influences provenant de l’extérieur auront une répercussion sur les connexions qui se maintiennent et celles qui seront éliminées. Celles que l’enfant utilise plus fréquemment seront renforcées tandis que les moins utilisées disparaîtront. L’éducation est le guide de ce remodelage du cerveau. Les aires et les habiletés les plus travaillées avec le petit se maintiendront et seront renforcées.

Que se passe-t-il au moment de l’adolescence ?

Auparavant, on pensait qu’au moment d’atteindre l’adolescence, le cerveau était déjà totalement formé. Or, on a fini par découvrir que chaque région cérébrale suit son propre cours et que certaines aires continuent à créer des synapses au moment de la puberté. C’est le cas du cortex préfrontal, qui voit augmenter le nombre de ses connexions autour des 11-12 ans. Ceci débouchant sur un nouveau processus d’élagage.

Les connexions cérébrales chez une femme

Nous devons bien garder à l’esprit que cette région du cerveau est celle qui se charge de la planification, de l’organisation, des objectifs… Et qu’elle n’atteindra pas un rendement optimal avant la fin du processus (qui se produit environ à 20 ans). Cette donnée nous permet de mieux comprendre les difficultés des adolescents vis-à-vis des fonctions exécutives.

Ils sélectionnent et écartent des informations, ils construisent leur capacité d’autorégulation mais cette dernière n’est pas encore correctement développée. C’est pour cela que les adultes doivent se montrer compréhensifs avec les adolescents et leur servir de guide et de régulation jusqu’à ce qu’ils arrivent à le faire par eux-mêmes.

De la même façon, à la fin de la seconde décennie de vie, le cortex préfrontal se sera intégré à d’autres structures cérébrales comme l’amygdale (qui se charge des impulsions et des émotions). Ainsi, les réactions automatiques finiront par être régulées et l’impulsivité typique de l’adolescence diminuera.

Guider ce processus

Pour résumer, l’élagage synaptique est un processus cérébral naturel et nécessaire. Il aide le cerveau à mûrir et optimise son fonctionnement. Cependant, savoir quand se produit ce remodelage cérébral nous aidera à mieux le comprendre. Cela nous aidera aussi à le guider à travers les expériences, les apprentissages et les stimulus que nous offrons aux enfants et aux adolescents.

 

  • Cáceres, C. B. (2017). La neurociencia en la primera infancia. Apuntes de Ciencia & Sociedad7(1).
  • Triskier, F. J. (2006). Algunas especulaciones respecto a las modificaciones neurobiológicas durante la adolescencia. EL RESCATE Y LA MEMORIA17(70), 424.