Ibuprofène pendant la grossesse : risques et alternatives

· 24 octobre 2018
La consommation d'ibuprofène pendant la grossesse entraîne certaines risques pour le développement du futur bébé. Il existe d'autres options moins agressives pour le foetus.

Pendant la grossesse, l’on doit faire attention à la consommation de médicaments. Certains d’entre eux, comme l’ibuprofène, présentent des contre-indications et sont nocives pour le bébé. Quelles précautions faut-il prendre en compte ? Que faut-il savoir sur l’ibuprofène pendant la grossesse ?

L’ibuprofène est l’un des médicaments les plus répandus. On le trouve dans la plupart des foyers. Il s’agit d’un analgésique, d’un anti-inflammatoire. Il traite notamment les douleurs musculaires, les céphalées et l’arthrite.

Découvert et breveté en 1961, il a été d’abord été commercialisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. C’est aujourd’hui un composant que l’on trouve dans d’autres médicaments anti-inflammatoires. On l’utilise notamment pour lutter contre les rhumes.

L’ibuprofène pendant la grossesse : pourquoi ne pas en prendre

Devant n’importe quel type de gêne au cours de la grossesse, l’ibuprofène ne sera jamais le médicament indiqué pour calmer cette gêne.

Les médecins déconseillent l’ibuprofène pendant la grossesse en raison des risques que cela implique pour le foetus. En outre, il n’est pas conseillé de dissimuler des symptômes qui pourraient indiquer l’état général de la future mère.

Une femme enceinte refuse de prendre un médicament

Contre-indications pour le bébé

Selon les études réalisées, la consommation d’ibuprofène pendant le premier trimestre de grossesse peut entraîner les conséquences suivantes :

  • Risque d’une fausse couche.
  • Problèmes de coeur ou autres anomalies, comme la fente labio-palatine.
  • Défauts dans la paroi de l’abdomen.

Lors des deux premiers trimestres de grossesse, ce médicament est contre-indiqué pour les risques sus-mentionnés. Cependant, en cas de besoin, le médecin peut en prescrire, toujours en dose minimale. En revanche, dans la dernière ligne droite de la grossesse, l’ibuprofène est totalement contre-indiqué.

Risques pendant les derniers mois de grossesse

Si la femme prend de l’ibuprofène lors du dernier trimestre de grossesse, de graves complications peuvent se manifester. 

  • Diminution du volume de liquide amniotique. Cela retarde l’accouchement.
  • Problèmes de développement des poumons du bébé.
  • Malformations du coeur. L’ibuprofène peut boucher les artères du coeur, ce qui affecte gravement le foetus.

Indépendamment du stade de la grossesse, la consommation d’ibuprofène pendant la grossesse augmente le risque de fausse couche. Il est ainsi mieux de ne pas en prendre ainsi que de toujours consulter notre médecin.

L’ibuprofène avant la grossesse

Outre les risques présents pour la santé du bébé, ce médicament peut provoquer des problèmes avant la grossesse.

Ainsi, l’ibuprofène réduit la production de prostaglandines. Cette substance s’avère être fondamentale pour le processus d’ovulation. Les prostaglandines aident en outre à ce que l’embryon se fixe à la paroi utérine.

Comment remplacer l’ibuprofène ?

Il existe certains médicaments qui, conseillés par un spécialiste, peuvent remplacer l’ibuprofène pendant la grossesse :

  • Le paracétamol. Consommé selon les doses recommandées, il peut être administré aux femmes enceintes. On le considère comme le médicament le plus sûr pour palier les douleurs chez les femmes enceintes. En effet, son action est locale. Néanmoins, la consommation d’un quelconque médicament est à éviter sauf dans les cas absolument nécessaires.
  • Pastilles pour la toux. Si l’on souffre de douleurs ou de démangeaisons dans la gorge, ces pastilles peuvent constituer une alternative qui n’occasionne pas de conséquences sur le foetus.
  • Antiacides. L’acidité est une gêne habituelle pendant la grossesse. Prendre ces médicaments est normal pour ne pas en souffrir. Vous devrez consulter d’abord votre médecin et vous assurer qu’ils sont dérivés du magnésium et de l’aluminium.
Une femme prend un remède naturel

Choisir le naturel

Bien que souvent l’on n’a pas l’habitude de recourir aux méthodes naturelles pour calmer les douleurs, c’est une excellente option pendant la grossesse.

Infusions au citron vert, au citron ou au gingembre sont de bonnes alliées contre les rhumes, outre le miel, le thym et le laurier.

Si l’on souhaite soulager les douleurs de dos, des massages avec de la chaleur dans la zone, les bandes de soutien pour le ventre ou les exercices d’étirement sont de bonnes options.

Plus de conseils

Il est toujours préférable d’éviter tout type de médicaments pendant la grossesse. L’ibuprofène fait partie de ceux qui sont contre-indiqués, en raison des risques pour la santé du bébé. Il existe cependant des médicaments qui, prescrits et à doses raisonnables, peuvent être pris sans risque.

Pendant la grossesse, si vous souffrez de douleurs qui nécessitent un traitement, l’important est de ne pas pratiquer l’auto-médication et toujours consulter un spécialiste. 

Dans tous les cas, il faut toujours lire la notice et ne jamais oublier qu’il existe des options naturelles qui apporteront une plus grande sécurité.