Hirsutisme ou pilosité excessive chez les enfants

30 janvier, 2021
L'hirsutisme n'est pas grave en soi, mais il peut s'accompagner d'autres symptômes qui nécessitent un traitement spécifique.

L’une des consultations dermatologiques les plus fréquentes est l’hirsutisme ou l’excès de poils chez les enfants pour des raisons esthétiques, en premier lieu.

Cette pathologie affecte environ 5 à 10% des femmesDe plus, chez les enfants, ce signe clinique est généralement lié à la puberté précoce. Nous vous en disons davantage dans cet article.

Qu’est-ce que l’hirsutisme ou la pilosité excessive ?

L’hirsutisme est la croissance excessive de poils chez les femmes, suivant un modèle masculin après la puberté.

Ce qui différencie l’hirsutisme de l’hypertrichose est sa préférence pour s’exprimer dans les régions du corps qui réagissent aux stimuli des hormones androgènes.

Zones les plus courantes

L’hirsutisme affecte énormément les zones qui sont dépendantes des androgènes (hormones masculines). Qu’il s’agisse du corps ou du visage. Voici quelques régions corporelles les plus souvent touchées.

Hypertrichose dans le dos d'un enfant.

  • Cuisses.
  • Fessiers.
  • Poils pubiens.
  • Moustache et barbe.
  • Ligne d’aube de l’abdomen.
  • Zone supra-labiale.

Causes de l’hirsutisme chez les enfants

Les causes qui déclenchent des cadres d’hirsutisme sont diverses. Elles peuvent être dues à un hyperandrogénisme (d’origine surrénalienne ou ovarienne), une tumeur ou un syndrome métabolique.

Pathologies qui se manifestent avec l’hirsutisme

  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOP) : c’est la cause la plus commune d’hirsutisme qui représente 75 % de tous les cas. Il se manifeste pendant la puberté. Selon des études publiées dans le journal Metabolic Syndrome and Related Disorders, il s’accompagne d’altérations du cycle menstruel, de résistance à l’insuline, d’acné et d’acanthosis nigricans.
  • Tumeurs sécrétant des androgènes : cette cause est rare. Cependant, il existe des cas constatant la présence d’une tumeur anormale. Ils se régulent de manière autonome, sans dépendre de l’axe hypothalamo- hypophysaire.
  • Hyperplasie surrénalienne non classique : c’est la cause la plus commune d’hyperandrogénisme d’origine surrénalienne. Par ailleurs, il s’agit d’un trouble autosomique récessif qui provoque une déficience partielle en 21-hydroxylase. Elle s’accompagne généralement d’hypertension artérielle, d’une altération de la glycémie, ainsi que d’une faiblesse osseuse et musculaire et des céphalées.
  • Médicaments : les médicaments générant l’hirsutisme sont nombreux. Les androgènes, glucocorticoïdes, vasodilatateurs (minoxidil), ciclosporine, danazol, progestérone et oestrogènes. Plusieurs de ces substances provoquent également une hypertrichose.
  • Endocrinopathies : la présence de l’hirsutisme ainsi que d’autres signes et symptômes du cadre clinique n’est pas si pertinente dans ce type de pathologies. Les endocrinopathies les plus répandues sont la maladie de Cushing, l’acromégalie, l’hyperprolactinémie et les dysfonctionnements de la thyroïde.
  • Hirsutisme idiopathique : ce type d’hirsutisme s’observe chez les personnes présentant des niveaux normaux d’androgènes, des cycles menstruels réguliers ainsi qu’une morphologie normale des ovaires. Il s’agit donc d’un diagnostic d’exclusion après élimination du reste des possibilités étiologiques.

Lisez également : Le syndrome des ovaires polykystiques et la grossesse

Comment réalise-t-on le diagnostic ?

L’essentiel, au moment de la consultation chez le spécialiste, est d’analyser si la pilosité survient dans des répartitions masculines. Ou s’il s’agit d’une augmentation généralisée sur tout le corps (hypertrichose).

La gravité d’une personne souffrant d’hirsutisme s’établit selon le système de Ferriman et Gallwey, où neuf zones différentes du corps sont analysées.

Le test de laboratoire est une autre méthode de diagnostic utile qui fournit des informations détaillées sur les valeurs des marqueurs sériques pour connaître l’étiologie exacte.

D’autres symptômes communs qui sont liés à l’augmentation d’androgènes sont les irrégularités menstruellesl’acné, l’alopécie frontale et la récession temporaire de la ligne de croissance du poil.

Découvrez aussi : Types et causes de l’acné juvénile

Quel est le traitement de l’hirsutisme chez les enfants ?

Le traitement de l’hirsutisme sera conditionné par l’étiologie de la maladie, l’âge du patient ainsi que les signes et symptômes qui l’accompagnent. Dans les cas où l’hirsutisme est la conséquence d’un médicament, l’affection tend à disparaître lorsque le médicament est retiré.

La thérapie orale est indiquée lorsque l’hyperandrogénie est confirmée par le biais d’examens de laboratoire. Selon des études publiées dans Indian Journal of Dermatology, il est conclu que les contraceptifs oraux sont le traitement de première ligne de l’hirsutisme.

Epilation du bras au laser.

Elimination des poils faciaux et corporels

Une fois que le diagnostic correct est réalisé, et que les indications pour le traitement sont précisées, il est possible d’envisager l’élimination de l’excès de poils. Il existe des méthodes temporaires d’épilation avec la cire, la crème dépilatoire ou le rasoir. Toutefois, ce type de procédures génère souvent des irritations ainsi que des dermatites sur la peau traitée.

L’épilation au laser et l’électrolyse sont deux des techniques les plus intéressantes en raison de la durée des effets. Il faut entre 6 et 8 séances pour commencer à obtenir les résultats souhaités.

Au-delà de l’hirsutisme…

La présence d’une pilosité excessive chez les femmes peut générer des sentiments de timidité, de faible estime de soi et de difficulté à interagir avec les autres. Il est donc important, avant tout autre signe indiquant l’une des pathologies en question, de se rendre chez un spécialiste afin d’aborder la situation correctement.

  • MCKNIGHT E. THE PREVALENCE OF “HIRSUTISM” IN YOUNG WOMEN. Lancet. 1964 Feb 22;1(7330):410-3. doi: 10.1016/s0140-6736(64)92789-8. PMID: 14092957.
  • FERRIMAN D, GALLWEY JD. Clinical assessment of body hair growth in women. J Clin Endocrinol Metab. 1961 Nov;21:1440-7. doi: 10.1210/jcem-21-11-1440. PMID: 13892577.
  • Lumezi BG, Berisha VL, Pupovci HL, Goçi A, Hajrushi AB. Grading of hirsutism based on the Ferriman-Gallwey scoring system in Kosovar women. Postepy Dermatol Alergol. 2018 Dec;35(6):631-635. doi: 10.5114/ada.2018.77615. Epub 2018 Nov 13. PMID: 30618534; PMCID: PMC6320479.
  • Gainder S, Sharma B. Update on Management of Polycystic Ovarian Syndrome for Dermatologists. Indian Dermatol Online J. 2019 Mar-Apr;10(2):97-105. doi: 10.4103/idoj.IDOJ_249_17. PMID: 30984582; PMCID: PMC6434760.
  • Bremer A. A. (2010). Polycystic ovary syndrome in the pediatric population. Metabolic syndrome and related disorders8(5), 375–394. https://doi.org/10.1089/met.2010.0039
  • Gilchrist VJ, Hecht BR. A practical approach to hirsutism. Am Fam Physician. 1995 Nov 1;52(6):1837-46. PMID: 7484694.
  • Sachdeva S. (2010). Hirsutism: evaluation and treatment. Indian journal of dermatology55(1), 3–7. https://doi.org/10.4103/0019-5154.60342