Forcer les enfants à s'embrasser : sachez pourquoi ne pas faire ça

Forcer un enfant à embrasser, c'est ignorer ses émotions et sa liberté de décider quoi faire dans certaines situations. A qui profite cela ?
Forcer les enfants à s'embrasser : sachez pourquoi ne pas faire ça

Dernière mise à jour : 23 août, 2021

Dans la vie quotidienne, il y a de nombreuses scènes où un petit est obligé de dire bonjour avec un baiser.

Par exemple, lorsque deux adultes se rencontrent et que l’un d’eux est accompagné de son fils, le père finit par forcer l’enfant à embrasser l’autre personne. Bien que le mineur cède à la demande parentale, tout son langage non verbal indique qu’il n’est pas en accord de le faire.

À première vue, cela peut sembler innocent et sans intention malveillante. Cependant, il est conseillé de l’éviter. Vous voulez savoir pourquoi?

Forcer les enfants à s’embrasser, une pratique naturalisée qu’il faut éliminer

Forcer les enfants à embrasser une autre personne n’est que la pointe de l’iceberg centré sur les adultes.

Cette façon de penser est basée sur les croyances et les pratiques parentales, dans lesquelles tout ce que l’adulte pense ou dit est considéré comme valable. C’est que l’âge adulte se présente comme une étape supérieure à l’enfance, à l’adolescence et même à la vieillesse.

Ce que nous disons vraiment

En forçant les enfants à embrasser une autre personne, non seulement nous ignorons leur droit de décider, mais nous transmettons également d’autres messages négatifs :

  • Nous pensons que ni leurs décisions ni leurs limites ne doivent être respectées.
  • Nous les encourageons à faire preuve de complaisance et à finir par céder à l’insistance ou aux « caprices » des autres.
  • Nous banalisons le sens des baisers et des câlins, alors qu’en réalité ils sont une démonstration d’affection et de proximité envers les personnes que chacun choisit.
  • Nous exposons nos enfants à d’autres, ce qui viole leurs droits, car « c’est bien d’embrasser des étrangers même s’ils ne le veulent pas ».
  • On manipule pour faire bonne figure avec d’autres adultes ou pour notre propre bénéfice : “Allez, un petit bisou et à la maison je te récompenserai avec un chocolat.” De cette façon, nous mettons l’enfant dans la position d’avoir à faire quelque chose qu’il ne veut pas faire, juste pour obtenir quelque chose qu’il veut.
  • On fait du chantage avec les émotions des autres et on force par culpabilité : “il va être très triste si tu ne lui donnes pas un baiser”.

Enfin, sûrement peu de gens imaginent et parviennent à mesurer ce que ressent ce garçon ou cette fille lorsqu’il doit faire quelque chose qu’il ne veut pas faire.

Inconfort, peur, honte, anxiété, colère ? Ce sont quelques-unes des émotions qui peuvent survenir face à une situation désagréable, inutile et totalement évitable.

Enfant aux mains levées victime de maltraitance.


Vous pourriez être intéressé par : Qu'est-ce qu'une parentalité respectueuse ?


[/ atomik- lire aussi]

Dire bonjour et être poli est une chose, embrasser en est une autre

Plusieurs fois, dans un effort pour forcer les enfants à s’embrasser, nous oublions que le but est de saluer l’autre personne. Il existe de multiples alternatives pour ce faire, qui vont bien au-delà d’un baiser.

Si nous voulons qu’ils soient polis, nous pouvons les encourager à dire bonjour ou à dire bonjour avec un autre geste, comme un high-five. On ne doit pas déterminer qu’un baiser est un symbole de bonnes manières. De plus, dans ce dernier cas, le rôle des enfants dans ce monde n’est pas de répondre aux attentes des autres.

Pouvez-vous imaginer ce que ce serait de forcer un adulte à saluer une autre personne avec un baiser ? Et si on vous forçait à le faire ? Vous ne seriez sûrement pas d’accord et même, vous vous mettriez en colère.

Alors si on ne fait pas ça avec un adulte, pourquoi le fait-on avec un enfant ? Nous devons apprendre à respecter la liberté et la décision d’autrui, notamment celle des mineurs.



[/ atomik -lire-aussi]

Parentalité respectueuse

En contrepartie du centrisme des adultes, il existe une éducation respectueuse qui considère les enfants comme de véritables personnes ayant des droits.

Ainsi, quel que soit votre âge, vos besoins et vos décisions doivent être pris en compte. Les enfants savent ce qu’ils veulent et ce qu’ils choisissent. Les adultes doivent faire confiance à leurs critères et promouvoir l’autonomie.

Dans la perspective d’une éducation respectueuse, la mission des parents est d’accompagner les enfants dans leur éducation et leur croissance. Il faut qu’ils jouent le rôle de guides, de bons leaders et non de figures d’autorité.

Les adultes sont les référents des enfants et doivent être sensibles à leurs besoins. Cela n’implique pas une absence de limites, mais plutôt d’établir les normes de manière appropriée et sans abuser de la hiérarchie ou de la différence d’âge.

chevalerie respect geste amour salutation père tenir main fille bébé princesse heureux parentalité

De l’importance de ne pas forcer les enfants à embrasser

Aujourd’hui, de nombreux parents ont été élevés dans un système centré sur les adultes. Pour cette raison, il est important de revoir nos pratiques parentales, car nombre d’entre elles peuvent reproduire ce modèle qui ne tient pas compte des droits de l’enfant en tant que personne.

En ce sens, il est nécessaire de renverser cette insistance à saluer avec un baiser et de ne pas les forcer à faire quelque chose juste pour répondre aux attentes des autres.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les droits de l’enfant dans la législation européenne
Être parentsLisez-le dans Être parents
Les droits de l’enfant dans la législation européenne

Parmi les nombreux textes législatifs européens figurent les droits de l'enfant qui sont reconnus et réglementés dans différentes lois en Europe.

 



  • Hecht, A. C. (2013). Del adultocentrismo a la agencia infantil: perspectivas sobre la socialización lingüística. Infancias Imágenes, 12(1), 7-17.
  • Seca, M. V. El androcentrismo y el adultocentrismo en los estudios sobre lo juvenil en Argentina. DESIDADES-Revista Eletrônica de Divulgação Científica da Infância e Juventude, (28).