Quand une femme est mère, elle réfléchit deux fois : pour elle et pour ses enfants

· 6 janvier 2018
Quand une femme devient mère, ses soucis se multiplient par deux. Son bonheur augmente et ses peines ou ses peurs passées sont divisées par deux.

 

Cette formule mathématique émotionnelle étrange mais complexe va au-delà de ce que l’on peut penser. C’est généralement pour la vie, que notre enfant soit déjà un adulte ou non. Nous nous occuperons toujours de nos enfants, peu importe où ils se trouvent. Ils seront toujours une partie de notre cœur à l’extérieur de nous.

À première vue, cette accumulation de pressions, de peurs et d’inquiétudes peut être un peu stressante. Cependant, nous ne pouvons pas oublier qu’il y a un niveau d’anxiété optimal et idéal avec lequel nous gardons toujours notre regard et notre esprit alerte. Nous devenons presque comme ces oiseaux qui regardent le monde d’en haut, les ailes grandes ouvertes et les yeux grands ouverts pour détecter tout danger, pour saisir toute chance.

Qui pense que peu a tort, qui pense que le double fait des erreurs

-Leonardo Da Vinci-

Nous ne pouvons pas négliger le rôle des parents. Ils pensent deux fois plus et souffrent trois fois plus pour leur famille. Cependant, dès la première fois que la femme découvre qu’elle est enceinte, elle éprouve un sentiment inexplicable. Elle n’est plus une seule personne mais deux.

Nous ne concevons plus notre individualité et notre identité de la même manière. Ainsi, notre cerveau, avec tous ses changements chimiques et hormonaux, nous prédisposera aussi à intensifier nos émotions, nos pensées, nos inquiétudes, nos doutes.

Cependant, il est nécessaire d’assumer tout ce processus comme quelque chose de normal et naturel qui est nécessaire pour bien gérer. La double pensée est bonne car elle nous permet d’être plus efficaces, habiles et protecteurs. Méfiez-vous cependant, car trop penser est déconseillé. Ceci est dû au fait que notre niveau d’anxiété va passer de cette courbe d’efficacité optimale pour entrer dans un processus de stress malsain.

Une femme qui est une mère inquiète a des superpouvoirs

mala-madre-con-estrés

La mère d’aujourd’hui est généralement une femme indépendante, avec un travail et qui est également à jour sur les questions d’éducation. Cela fait de votre esprit une sorte d’ordinateur multitâches attentif à tout stimulus, intéressé par toute information et en fonction de ce calendrier, qui définit les routines, les obligations et les objectifs à réaliser.
Maman est « préparée » biologiquement pour que rien ne lui échappe

  • Dire que les mamans acquièrent des superpouvoirs pendant leur éducation est peu dire.
  • Quelque chose de vraiment intéressant révélé par un rapport intitulé «La communication maternelle-filiale : lien d’attachement» préparé par des experts de l’Université de Navarre, a déclaré que la maternité stimule l’intelligence ainsi que les compétences sensorielles.
  • Tout cela est réalisé dans un but précis : avoir plus de succès dans l’éducation des enfants.
  • Les experts en psychologie périnatale nous disent que nous devrions remercier les nouvelles techniques de neuroimagerie depuis que nous avons découvert que les domaines associés au système cognitif-affectif sont beaucoup plus actifs.
  • En outre, on a trouvé quelque chose d’intéressant : pendant les premiers mois de la grossesse les ovaires produisent entre 10 et 100 fois plus de progestérone, ce qui coupe la production de cortisol, le déclencheur du stress. Ceci étant pour une raison très simple : un stress élevé et incontrôlé endommage le fœtus.
cerebro-flores

Quelque chose que nous devrions écarter en ce moment est l’idée qu’une femme qui est une mère ou qui vient de donner naissance éprouve une certaine lenteur ou maladresse mentale. C’est complètement faux.

Katherine Ellison, auteure du prix Pulitzer du «Cerveau de maman : comment la maternité nous rend plus intelligentes», dit que c’est le contraire. La maternité illumine notre cerveau d’une manière incroyable : elle nous permet d’être plus alerte, plus intuitive et plus réceptive à tout stimulation.

Réfléchissez à deux fois, inquiétez-vous pour votre bébé mais ne vous négligez jamais

Il ne faut pas perdre de vue un fait essentiel : la maternité place notre niveau d’attention au maximum, mais ce niveau d’anxiété peut être épuisant après une longue période.

Nous mûrissons quand nous sentons que notre souci des autres est plus grand que pour nous-mêmes

-Albert Einstein-

Se reposer de temps en temps est une nécessité vitale. Vous ne devenez pas une mauvaise mère en prenant un après-midi libre et en laissant papa faire les mêmes tâches que vous faites. Personne ne devrait vous critiquer si vous décidez de faire une sieste ou choisissez de passer une soirée de détente avec votre enfant et d’autres mères au lieu de faire leurs devoirs.

  • C’est simplement une question de priorités claires, et ces priorités sont votre famille.
  • Évitez de vous laisser emporter par une inquiétude excessive, des pensées ruminantes et surtout la peur que votre enfant n’ait pas cessé de porter une couche quand il le devrait, ne marche pas quand il devrait ou ne parle pas à l’âge de trois ans. Tout viendra en son temps et quand la maturation de votre bébé y sera favorable.
  • D’autre part, nous devons aussi empêcher d’autres personnes de répandre leurs inquiétudes, leurs peurs ou leurs angoisses. Si l’éducation d’un enfant est déjà assez complexe, évitez de porter des charges et des pressions extérieures qui ne vous appartiennent pas.
Maman court avec ses deux enfants

En conclusion. Avoir des peurs, penser beaucoup, avoir des doutes et des soucis, c’est normal quand on est mère. N’oubliez pas que vous êtes bien préparé à le faire merveilleusement bien.