Être mère après 35 ans

3 décembre 2017

L’idée même de devenir mère après 35 ans est associée dans l’esprit de la plupart des gens à des risques pendant la grossesse ou lors de l’accouchement. Cependant, des études récentes affirment que tout n’est pas négatif en ce qui concerne l’accouchement à cet âge.

Une étude publiée par le Journal of American Geriatrics Society a révélé que le fait d’être mère après 35 ans améliore les capacités mentales d’une femme. L’étude souligne également que celles qui sont tombées enceintes pour la première fois après 35 ans ont obtenu de meilleurs résultats aux tests d’acuité mentale, de résolution de problèmes et de capacités verbales.

Être mère dans le monde d’aujourd’hui

Cette nouvelle est définitivement positive pour la majorité des femmes qui vivent dans la société actuelle, qui se caractérise par des professionnelles qui décident de se développer dans leur milieu professionnel avant de se consacrer à leur vie personnelle, ce qui amène les femmes à être mères à un âge de plus en plus avancé.

La médecine a établi qu’en termes biologiques, l’âge idéal pour tomber enceinte est de 25 ans. Cependant, dans notre société actuelle, l’âge moyen auquel les femmes deviennent mères pour la première fois a été retardé.

Par exemple, dans des pays comme l’Espagne, selon les données fournies par l’INE, l’âge moyen des mères primipares est de 32,2 ans, bien qu’il y ait aussi un nombre important de femmes qui ont leur premier bébé après 35 ans.

femme enceinte dans la nature
Les avantages d’être mère après 35 ans

L’étude mentionnée ci-dessus n’est pas la seule à avoir mis en évidence les avantages d’être mère à un âge avancé, car d’autres études soulignent qu’il y a d’autres avantages à devenir mère après 35 ans. L’une d’entre elles a été réalisée en 2014 et stipule que les femmes qui deviennent mère à 33 ans et plus pourraient vivre plus longtemps que celles qui ont accouché à moins de 33 ans.

Une autre recherche de l’Université de Boston a révélé que les femmes qui décident de devenir mères après 35 ans sont deux fois plus susceptibles de vivre jusqu’à 95 ans ou plus que les femmes dont le dernier enfant est né avant leurs 30 ans.

Une autre étude a démontré les avantages de la maternité tardive. Cette dernière a été réalisée par un groupe de chercheurs de l’Université de Californie du Sud, qui, basé sur les réponses de plus de 830 femmes ménopausées, a également trouvé une relation positive entre être mère après l’âge de 35 ans et les capacités mentales.

Les raisons, selon cette recherche, sont liées à l’augmentation des hormones qui sont générées pendant la grossesse, de telle sorte qu’elles parviennent à affecter positivement la chimie du cerveau. L’enquête suggère que plus la femme est âgée, plus ces altérations dureront longtemps dans son cerveau, ce qui déclenchera une amélioration de la fonction cognitive à un âge plus avancé.

Y a-t-il un âge idéal pour être mère ?

Aujourd’hui, pour les femmes, la stabilité économique est très importante. Elles ont su devenir indépendantes dans ce domaine et savent aussi se battre pour partager – épaule contre épaule – les responsabilités inhérentes à la maison.

« L’équilibre socio-économique recherché par les femmes d’aujourd’hui est généralement atteint vers 34 ans. C’est à ce moment que la femme commence à penser à la possibilité d’être mère »

Atteindre cette stabilité les encourage à vivre l’expérience de la maternité, puisqu’elles sentent désormais qu’elles peuvent le faire pleinement ; mais à partir de cet âge, l’horloge biologique de la femme n’est plus précise et toutes les probabilités d’être mère diminuent avec le passage du temps.


Les risques d’être mère après 35 ans

D’un autre côté, les risques d’être mère après 35 ans sont associés à une augmentation des risques de complication pendant la grossesse, notamment le risque de fausse couche et l’augmentation du nombre d’anomalies chromosomiques.

Les statistiques médicales révèlent que 30% des femmes enceintes de plus de 35 ans souffrent de pathologies périnatales ou de complications. Les plus fréquentes sont le diabète gestationnel, l’hypertension (cause principale de prématurité) et les saignements utérins. De la même manière, les chances de souffrir d’une naissance prématurée augmentent. 10% des accouchements de mères de plus de 35 ans sont prématurés.

Cependant, tous ces risques sont mesurables et contrôlables avec un soutien médical adapté.

A découvrir aussi