Être mère à partir de 40 ans: ce qu'il faut savoir

La maturité, la stabilité financière et un couple consolidé sont généralement très bénéfiques pour profiter de la maternité. Mais qu'en pense la biologie?
Être mère à partir de 40 ans: ce qu'il faut savoir

Dernière mise à jour : 31 octobre, 2021

Être mère à l’âge de 40 ans est un phénomène de plus en plus courant, puisque de nombreuses femmes décident de réaliser leurs objectifs professionnels avant d’entrer dans la maternité. Mais est-il sûr de faire face à une grossesse à cet âge?

S’il est vrai que la réalisation des souhaits personnels est très importante, mener une grossesse en bonne santé l’est également. Par conséquent, retarder trop longtemps cette étape peut réduire la possibilité de concevoir naturellement et augmenter le risque de certaines complications obstétricales.

Bien que la science ait fait d’importants progrès dans le domaine de la fertilité, il est important de peser les risques et les avantages de tomber enceinte après 40 ans.

Les risques d’être mère après 40 ans

Après 35 ans, le corps d’une femme commence le processus de vieillissement, qui s’intensifie après 40 ans.

En plus de la peau, les organes reproducteurs féminins, les hormones et tous les tissus impliqués dans la grossesse se détériorent progressivement. Il en résulte une plus grande difficulté à mener une grossesse en bonne santé. De même, après 40 ans, le risque d’avortement double par rapport à celui d’une femme entre 20 et 30 ans.

Cependant, au cours des dernières décennies, il y a eu une augmentation considérable du nombre de femmes retardant la maternité. Selon une étude publiée en 2019 par les Centers for Disease Control and Prevention, le taux de grossesse après 40 ans augmente de 3% d’une année sur l’autre.

Les avancées scientifiques ont donné un répit aux femmes qui souhaitent reporter cette étape. Cependant, il existe certains risques liés à cette décision qui doivent être connus et que nous détaillons ci-dessous.

Infertilité

Un couple triste, test de grossesse négatif.

Au fil des années, la production d’hormones gestationnelles diminue et cela rend la conception naturelle difficile après 40 ans. De plus, la réserve d’ovules diminue également. Et on estime que les chances de tomber enceinte après cet âge sont d’environ 5% chaque mois.

De ce fait, de nombreuses femmes subissent des traitements de fertilité. Mais ceux-ci sont coûteux, fastidieux et ne garantissent pas une grossesse à 100%. En revanche, ils augmentent le risque de fausses couches ou de grossesses multiples, ce qui à ce stade de la vie peut être assez compliqué.

Maladies maternelles et fœtales

L’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète gestationnel et certaines altérations placentaires sont quelques-unes des maladies qui peuvent apparaître plus fréquemment dans les grossesses à un âge avancé. Les complications à haut risque comprennent la prééclampsie et certaines affections périnatales, telles que la naissance prématurée.

Anomalies génétiques chez le bébé

Les altérations chromosomiques chez les bébés nés de mères âgées sont plus importantes que chez les jeunes mères. Le risque que le bébé souffre du syndrome de Down, de certaines cardiopathies congénitales ou d’autres maladies héréditaires augmente considérablement après 40 ans.

Taux plus élevé de naissances par césarienne

Comme indiqué précédemment, les altérations placentaires, le risque d’accouchement prématuré et les risques obstétricaux augmentent après 40 ans. Pour cette raison, de nombreux médecins recommandent la césarienne chez les femmes enceintes de plus de 40 ans. Afin de prévenir d’éventuelles complications de l’accouchement.

Être mère à 40 ans: Moins de temps passé avec vos enfants

Décider d’avoir un enfant après 40 ans a d’autres conséquences au-delà de la grossesse, comme le temps que vous passerez avec lui tout au long de sa vie. En ce sens, il est possible que vous manquiez certaines étapes importantes. Comme son mariage, sa remise de diplôme ou la naissance de vos petits-enfants.

Par ailleurs, à partir de 40 ans, il est fréquent que certaines affections apparaissent dans votre santé et que vous vous fatiguiez plus facilement.

Difficultés parentales

S’occuper d’un bébé demande du temps et beaucoup d’énergie, surtout dans les premières années de la vie. Après 40 ans, la vigueur quotidienne commence à décliner et la fatigue devient plus fréquente. Ce qui rend encore plus difficile le suivi du bébé.

De même, être mère d’une adolescente entre 50 et 60 ans peut être plus difficile. Gardez à l’esprit que l’adolescence est un âge compliqué et que la différence d’âge peut avoir une influence significative.

Être mère à 40 ans: Manque de grands-parents

Bien que ce soit un point qui n’est généralement pas pris en compte, les grands-parents jouent un rôle très important dans l’éducation des enfants. Cependant, lorsque la maternité est tardive, les enfants sont privés de cette relation.

Cancer du sein

Si la grossesse survient après l’âge de 30 ans ou si l’on décide de ne pas avoir d’enfants, le risque de développer un cancer du sein augmente. Ceci est lié à l’anatomie et à la maturité que les cellules mammaires acquièrent après la grossesse et l’allaitement.

poitrine de femme poitrine gonflée

Avant de tomber enceinte, évaluez tous les scénarios

Comme nous l’avons vu, il existe une longue liste de risques à considérer avant de choisir de devenir mère après 40 ans. Cependant, la maturité et la stabilité qui accompagnent l’âge peuvent faire pencher la balance en votre faveur.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les avantages d’être parent après 40 ans
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les avantages d’être parent après 40 ans

Être parent après 40 ans, quels en sont les avantages ? Pourquoi certains parents préfèrent attendre d'avoir 35 ou 40 ans pour avoir un bébé ?



  • Baranda, N. (2014). Edad materna avanzada y morbilidad obstétrica. Evidencia medica e investigación en salud. Vol. 7, Núm. 3 • Julio-septiembre 2014 • pp 110-113.
  • Centro para el Control y la Prevención de Enfermedades (2019). Births: Provisional Data for 2018. Recuperado de: https://www.cdc.gov/nchs/data/vsrr/vsrr-007-508.pdf
  • Macias, H. (2017). Edad materna avanzada como factor de riesgo perinatal y del recién nacido. Acta médica grupo ángeles. Volumen 16, No. 2, abril-junio 2018.
  • Martinez, J. (2016). La maternidad en madres de 40 años. Revista Cubana de Salud Pública. 2016;42(3):451-458