Endométriose à l'adolescence : comment l'identifier et que faire

L'endométriose à l'adolescence est souvent difficile à diagnostiquer. Cependant, l'initiation précoce du traitement peut prévenir plusieurs complications. Nous vous disons à quoi faire attention.
Endométriose à l'adolescence : comment l'identifier et que faire

Dernière mise à jour : 19 juin, 2022

Chaque jour, il est de plus en plus fréquent d’entendre parler de cas d’endométriose chez les jeunes femmes, une maladie chronique qui affecte les organes reproducteurs et produit des symptômes gênants et invalidants. En fait, c’est l’une des causes d’absentéisme scolaire à l’adolescence.

En plus du mal-être, l’endométriose peut entraîner certaines complications lorsqu’on ne la traite pas à temps, comme des problèmes de fertilité. Apprenez tout sur cette pathologie gynécologique dans cet article.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie qui provoque la croissance bénigne du tissu endométrial en dehors de l’utérus. Cette structure est celle qui recouvre le muscle utérin et une partie de celle-ci se détache mois après mois sous forme de saignement menstruel.

Mais lorsque l’endomètre se développe dans des zones où il ne devrait pas (comme les ovaires, les trompes de Fallope ou la cavité abdominale), sa prolifération provoque des douleurs et des irritations dans ces organes. Comme ce tissu répond aux changements hormonaux du cycle menstruel, au moment des règles, ils s’enflamment et l’inconfort augmente plus que la normale.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’endométriose touche environ 10 % des femmes et des jeunes filles en âge de procréer, ce qui se traduit par environ 190 millions de personnes dans le monde.

Malheureusement, l’endométriose est une maladie chronique incurable. Et si son diagnostic précoce peut prévenir diverses complications, il n’est pas toujours facile à réaliser en raison de la variabilité de ses manifestations.

L’endométriose est causée par la croissance du tissu endométrial en dehors de son emplacement, soit dans l’épaisseur du muscle utérin, dans les trompes, dans les ovaires ou dans la cavité abdominale.

Endométriose à l’adolescence

L’endométriose peut apparaître dès le début de la phase fertile d’une femme, mais de nombreux facteurs rendent difficile une telle détection précoce.

D’une part, cela se produit parce que les filles ne se sentent pas toujours à l’aise pour discuter de ces points avec leurs parents ou leur médecin. D’autre part, les symptômes qu’elles manifestent, comme l’intensité de la douleur, peuvent ne pas être suffisamment pris en compte en raison des facteurs émotionnels de l’adolescence.

Ainsi, les possibilités d’arriver à un diagnostic opportun s’éloignent et cela finit par affecter la qualité de vie des jeunes. On pense qu’au moins 2 adolescentes sur 3 qui souffrent de douleurs pelviennes chroniques ou de douleurs menstruelles sévères seraient atteintes d’endométriose.

Comment identifier l’endométriose à l’adolescence

L’endométriose est une maladie aux manifestations très variées, parmi lesquelles se distinguent les suivantes :

  • Dysménorrhée : correspond à des douleurs menstruelles modérées à sévères, qui peuvent survenir à tout moment du cycle menstruel.
  • Douleur pelvienne chronique.
  • Saignements menstruels abondants et caillots.
  • Cycles menstruels irréguliers.
  • Dyspareunie (douleur lors des rapports sexuels).
  • Altérations du transit intestinal (constipation ou diarrhée).
  • Dysurie (douleur en urinant) ou douleur lors du passage des selles.
  • Nausée.
  • Dépression et anxiété.
  • Fatigue chronique.

La symptomatologie décrite peut ainsi affecter le quotidien des adolescentes. Il a été observé que celles qui souffraient de cette maladie affichaient un absentéisme scolaire plus élevé, en plus d’une faible participation aux sports ou aux activités parascolaires.

Maintenant, les symptômes de l’endométriose ne sont pas toujours aussi clairs. Certaines adolescentes présentent des symptômes si bénins qu’elles ne sont pas conscientes de leur état, et des cas d’endométriose asymptomatique ont même été décrits.

L’un des plus gros problèmes de cette maladie est celui des complications associées. En raison de l’invasion du tissu endométrial dans le bassin ou d’autres organes génitaux, l’endométriose peut entraîner l’infertilité si elle n’est pas contrôlée.

Diagnostic de l’endométriose à l’adolescence

Pour détecter qu’il s’agit bien d’endométriose et non d’une autre affection pelvienne, le gynécologue s’appuie sur les antécédents médicaux, l’examen physique et l’échographie pelvienne de l’adolescente. Grâce à l’échographie, on peut détecter la présence de kystes ou de cicatrices causées par cette maladie.

À l’adolescence, le diagnostic d’endométriose peut être difficile, non seulement à cause de la variabilité des symptômes mais aussi à cause des difficultés techniques de visualisation des lésions par échographie. Chez les femmes adultes, ceux-ci sont généralement beaucoup plus clairs et évocateurs de la condition.

Enfin, pour poser un diagnostic précis de la maladie, il est nécessaire de réaliser une laparoscopie exploratoire. Dans cette chirurgie mineure, le médecin fait une petite incision dans l’abdomen de la femme et insère un tube mince avec une caméra pour voir la zone. Ensuite, il procède à la recherche de tissu endométrial à l’extérieur de l’utérus et, s’il le trouve, il procède au prélèvement d’un échantillon pour faire une biopsie.

Femme apprenant à profiter des premiers mois de grossesse tout en faisant une échographie.
L’échographie abdominale peut donner des indices évocateurs de la maladie, mais elle n’est pas toujours efficace chez l’adolescente. Le diagnostic sûr s’obtient à travers une visualisation directe des lésions en laparoscopie.

Traitement de l’endométriose à l’adolescence

Bien que cette maladie soit incurable, ses symptômes peuvent être traités par un traitement pharmacologique ou chirurgical.

Dans un premier temps, le gynécologue prescrira des antalgiques pour réduire la douleur. De plus, il est courant qu’il prescrive un traitement hormonal avec des contraceptifs oraux ou avec de la progestérone pour réduire les saignements menstruels et soulager les douleurs menstruelles. Il est également nécessaire d’adopter une alimentation et un mode de vie plus sains.

Si, après six mois avec ce traitement, les symptômes persistent, la prochaine étape sera un traitement chirurgical pour enlever les lésions, les adhérences et le tissu cicatriciel à l’extérieur de l’utérus. Cependant, après un certain temps, la maladie peut réapparaître.

Endométriose à l’adolescence : que faire ?

L’endométriose est la principale cause de dysménorrhée chez les adolescentes : il est donc nécessaire de prendre en compte les manifestations de douleur chez les adolescentes pendant leurs règles. Comme nous l’avons mentionné, un diagnostic précoce améliore la qualité de vie d’une femme et prévient les complications futures.

Enfin, il est important que les parents soient conscients de l’apparition de ces symptômes et qu’ils apportent soutien et information à leurs filles sur ce type de maladie, surtout si elles ont présenté des irrégularités menstruelles depuis leur développement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Utérus incliné: causes, traitement et infertilité
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Utérus incliné: causes, traitement et infertilité

L'utérus a généralement une forme de poire, totalement creux et en position verticale..Cependant, certaines femmes présentent un utérus incliné, po...