Dans les bras et sur la peau de papa : un endroit merveilleux pour grandir

9 septembre 2018
Nous savons très bien que peu d'endroits sont plus sûrs, affectifs et importants dans le développement d'un bébé que les bras de sa mère. Mais… qu'en est-il des papas ?

Il est certain qu’ils ne peuvent pas allaiter, qu’ils ne donnent pas naissance, cependant, leur proximité, leur affection, leur voix et même leur propre peau se dressent comme des dimensions incroyablement puissantes pour ce nouveau-né.

Juste à titre d’exemple. Aujourd’hui, il y a des centaines d’hôpitaux qui ont un merveilleux protocole intégré. Quand une mère accouche par césarienne et se remet de l’anesthésie, les papas, s’ils le souhaitent, peuvent pratiquer la méthode kangourou. Avec un peu d’embarras, d’excitation et de peur, ils enlèvent leurs chemises pour recevoir le bébé sur leur poitrine.

Peu de choses sont aussi réconfortantes que cette image. Le nouveau-né régule sa température, soulage son stress et a ce premier contact nécessaire avec la personne qui fera partie de sa vie. Son père. C’est une initiative qui, sans aucun doute, devrait être menée dans tous les centres hospitaliers. Les bras de papa, comme nous pouvons le deviner, deviennent un endroit sûr, chaud et important dans la vie d’un bébé.

Nous vous invitons à en apprendre un peu plus le sujet.

Grandir dans les bras de papa

On parle beaucoup des changements hormonaux de la mère pendant la grossesse et l’allaitement. Nous les connaissons tous et sans aucun doute, beaucoup de nos lectrices les auront déjà ressentis. Mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, le cerveau du père vit aussi son propre manège hormonal et émotionnel au cours de ce processus.

Le bébé dans les bras de son papa

 

Moins de testostérone pendant la parentalité

Ces données sont intéressantes. Selon une étude réalisée à l’Université Northwestern dans l’Illinois, aux États-Unis, les niveaux de testostérone sont considérablement réduits quand un homme devient père.

  • Cette hormone remplit sa fonction connue pendant ce temps de cour, de passion et d’intimité dans le couple. Ses pics les plus élevés se situent principalement dans cette première étape, au début de la séduction, dans laquelle chacun doit tirer le meilleur pour attirer la personne désirée.
  • Cependant, lorsque le couple commence sa grossesse et accouche, le cerveau du père n’a pas besoin de testostérone.Votre seul besoin est de garantir la survie de cet enfant et de prendre soin de lui.

L’instinct « maternel » ne concerne pas seulement les femmes

Chacun d’entre nous, naît en général avec l’instinct naturel de l’attention, des soins et de l’affection pour nos enfants. Nous pouvons passer une certaine partie de notre vie à penser que ce n’est pas le cas, cependant, l’acte de donner naissance et de sentir cette créature dans nos bras active en nous ce qu’on appelle le « réseau de la paternité ».

  • Les structures cérébrales telles que l’amygdale, l’insula ou le noyau accumbens participent à ce circuit interne.
  • Chez la femme, c’est presque un instinct « primitif ».Les hommes, quant à eux, développent intensément ce processus en ressentant la proximité du bébé.
  • En effet, selon un travail réalisé par l’université de Bar-Ilan en Israël, le cerveau d’un homme devient plus « maternel » s’il est responsable de plus de fonctions.

Des aspects comme pratiquer le co-sommeil avec le bébé, lui donner le biberon, le baigner ou le bercer dans ses bras intensifie cet instinct.

Dans les bras de son papa

 

Sur la peau de papa

Nous savons déjà que la méthode «peau sur peau» est également bénéfique si le bébé est dans les bras de papa. Ce contact exceptionnel sera toujours mieux qu’un berceau. Il soulagera toujours plus de craintes qu’une simple drap ou une caresse.

La méthode kangourou n’est pas exclusive aux mères, car à ce jour, un père sait très bien qu’il n’est pas un simple spectateur. Le fait d’élever un enfant est une question d’équipe, et si la mère «donne le sein», papa peut très bien offrir son torse pour que le bébé s’endorme et ressente la sécurité d’un cœur qui sera toujours à ses côtés. Il le protégera contre tout danger et cela l’encouragera à atteindre chacun de ses rêves.

C’est tellement vrai qu’il existe beaucoup d’études qui soutiennent la nécessité de pratiquer cet art délicat de l’amour et des soins dans les cas des bébés sont prématurés

  • La température et la respiration sont régulées.
  • Les infections sont diminuées
  • Nous favorisons la maturation neuronale.
  • La qualité du repos du bébé est meilleure.
  • Nous offrons un stimulus tactile, auditif et de mouvement  au prématuré.
  • Le gain de poids est favorisé.
  • Les bébés pleurent moins et, de plus, nous favorisons l’adaptation du bébé à la vie extra-utérine.

 

En conclusion, nous savons qu’il est toujours question de l’importance de la mère dans le quotidien d’un bébé. Dans cette première étape où un enfant n’a besoin que de trois choses : le lait maternel, l’affection et les routines, si le bébé se trouve dans les bras de papa, il en sera rassuré.

En laissant de côté l’allaitement, le père peut très bien accomplir toutes les tâches et contribuer avec ses câlins, son affection et son attention au plein développement de cet enfant.

Soyons tous des protagonistes actifs dans l’éducation de ce bébé : les mères et les pères.

 

A découvrir aussi