Connaissez-vous la psychose post-partum ?

· 24 mai 2018
Si vous vous trouvez dans la période post-partum et sentez que votre comportement varie en présentant de l'irritabilité, des insomnies ou des hallucinations, cet article peut être pour vous.

La psychose post-partum ou psychose puerpérale est une pathologie mentale qui touche un très faible pourcentage des femmes qui donnent naissance, seulement 0.15 pour cent. Malgré cela, ses symptômes sont encore plus nocifs que la dépression post-partum.

Elle est principalement engendrée par le stress et les changements hormonaux que subit la mère avec la grossesse, l’accouchement, les bouleversements dans son corps au cours de la période post-partum et les responsabilités des soins du bébé. L’aspect délicat de cette maladie est qu’il faut parfois plusieurs mois pour qu’elle disparaisse. Elle peut également entraîner des troubles bipolaires.

Selon les spécialistes, la psychose post-partum ne doit pas être prise à la légère, car il s’agit d’une pathologie qui se traite avec des médicaments, des thérapies et qui nécessite une hospitalisation psychiatrique.

Les causes de la psychose post-partum

Comme nous l’avons déjà mentionné, la cause principale de la psychose durant la période post-partum est que la mère est soumise à un niveau si élevé de stress qu’elle ne peut pas contrôler.

La psychose post-partum est une maladie avec son degré de gravité qui se différencie de la dépression post-partum

Cette affirmation provient des analyses statistiques de la population qui a souffert de cette maladie. On en a déduit que le stress est plus néfaste pour ces groupes de femmes :

  • Les mères schizophrènes.
  • Les mères ayant déjà un trouble bipolaire.
  • Si elles sont des antécédents de toxicomanie.
  • Si leur grossesse n’était pas désirée.
  • Si elles ont été abusées sexuellement.
  • Si elles ont des antécédents familiaux avec des troubles mentaux.
  • Si elles vivent de graves problèmes familiaux, que ce soit au sein de leur couple ou dans leur entourage.
  • Si elles présentent des syndromes d’abstinence (dans le cas des toxicomanes).
  • Dans certains cas, cela se produit chez les nouvelles mères qui font face au défi de la maternité.

En plus du stress, d’autres désordres non mentaux comme les maladies, peuvent déclencher l’apparition de cet état :

  • Une thyroïdite post-partum.
  • Des tumeurs cérébrales.
  • Des troubles hormonaux extrêmes.
  • Des infections pendant la période post-partum.
  • Une intoxication par des médicaments, des produits chimiques ou des drogues.

Nous venons de passer en revue les causes de la psychose post-partum. Voyons maintenant quels sont ces symptômes.

Les symptômes de la psychose post-partum

Les mères qui ont souffert de la psychose post-partum éprouvent des symptômes semblables à ceux des troubles bipolaires. Il en ressort que de nombreuses femmes ont déjà la maladie ou des antécédents de problèmes mentaux.

Quoiqu’il en soit, toutes les patientes ne présentent pas les mêmes symptômes ni le même degré d’intensité. Voici la liste des manifestations les plus courantes :

  • Insomnie.
  • Dépression.
  • Hallucinations.
  • Désorientation.
  • Hyperactivité.
  • Épisodes maniaques.
  • Irritabilité excessive.
  • Changements d’humeurs drastiques.
  • Comportements agressifs (envers elle-même ou le bébé).
  • Difficulté à reconnaître les personnes autour d’elle.

En ce qui concerne ces derniers symptômes, nous souhaitons faire une distinction avec la dépression post-partum. Bien que dans des exceptions très rares, la dépression post-partum puisse mener à une psychose post-partum, ces pathologies mentales ne sont pas liées et peuvent clairement se différencier.

Les différences entre la dépression puerpérale et la psychose post-partum

La dépression puerpérale et la psychose post-partum, même si elles partagent quelques symptômes, sont nettement différentes. En principe, la dépression post-partum n’est pas une maladie radicale comme la psychose. En effet, elle peut être traitée avec des antidépresseurs et ses symptômes disparaissent.

En revanche, la psychose post-partum exige une hospitalisation, dans le passé on faisait même des électrochocs car les hallucinations ne disparaissaient pas avec de simples médicaments.

Une maman souffrant de dépression post-partum ne présentera pas d’hallucinations, des pertes d’identité ou de réalité, ou des difficultés à reconnaître son entourage.

Une autre distinction importante est que les symptômes de la dépression post-partum apparaissent petit à petit, alors que la psychose post-partum apparaît soudainement, même jusqu’à quatre semaines après l’accouchement.

La psychose post-partum nécessite l'internement de la mère avec la supervision d'un psychiatre, d'un psychologue et d'un médecin

Traitement de la psychose post-partum

La psychose post-partum est une maladie mentale extrême qui nécessite une hospitalisation immédiate pour le traitement. Cela s’explique par le fait que bon nombre de ses affections ne disparaissent pas d’elles-mêmes, et diminuent très peu s’il n’y a pas de médication spécifique et supervisée pour son éruption.

Par conséquent, le traitement le plus commun implique que la patiente soit internée sous la supervision d’un psychiatre, d’un psychologue et d’un médecin.

Cela exige également l’administration d’un mélange spécifique de médicaments, en fonction des besoins de la femme, que ce soit pour des troubles mentaux ou des maladies de types organiques.

Dans les cas les plus extrêmes, on procure des cures de sommeilAuparavant, les électrochocs étaient utilisés, bien que cette méthode soit tombée en désuétude aujourd’hui.

Cette terrible et rare pathologie implique sans aucun doute une prise en charge exhaustive de la mère qui en souffre. Si vous identifiez l’un de ces symptômes chez vous, ou que vous connaissez quelqu’un qui en est atteint, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel immédiatement.