Comment parler de choses difficiles avec les jeunes enfants

09 septembre, 2020
Nous allons ici vous expliquer comment parler de choses difficiles à de jeunes enfants de 2 à 6 ans.

L’une des choses les plus compliquées lorsque l’on élève des enfants est de leur parler de choses difficiles. Il est déjà suffisamment difficile de leur dire qu’une de leurs peluches est passée à la machine à laver ou de leur expliquer quand un enfant agit mal et harcèle d’autres enfants à l’école.

Par ailleurs, il peut sembler impossible de mettre des mots sur certains problèmes réellement importants, comme la violence, le racisme et d’autres sujets majeurs.

La communication actuelle avec les jeunes enfants

À l’ère des notifications constantes, de la transmission de vidéos et de la couverture des nouvelles 24/24h, alors même que les jeunes enfants sont exposés à des histoires réellement sérieuses, il est important de faire face à ce défi.

Aborder les choses difficiles permettra à vos enfants de se sentir plus en sécurité. En outre, cela renforcera votre lien et leur apprendra des choses sur le monde. Quand vous leur montrez comment rassembler et interpréter des informations, comment poser des questions et vérifier les sources, ils se transforment en penseurs critiques.

Il est toujours triste de devoir faire face aux problèmes que le monde n’a pas pu résoudre. Cependant, en éduquant nos enfants avec des connaissances, de la compassion et un caractère fort, nous pouvons leur fournir tous les outils dont ils ont besoin pour améliorer les choses.

Un père qui parle avec son fils au parc.

Il est toujours bon d’utiliser l’âge et l’étape de développement de votre enfant en tant que guide pour entamer des conversations, afin qu’ils abordent les informations de manière différente au fur et à mesure qu’ils grandissent.

Comprendre la façon dont les enfants perçoivent le monde

Comprendre un peu la façon dont les enfants perçoivent le monde à chaque phase de leur développement vous aide à leur fournir les informations les plus appropriées sur ce dernier en fonction de leur âge. Bien évidemment, chaque enfant apporte sa propre sensibilité, son propre tempérament, sa propre expérience et ses propres traits individuels à chaque conversation.

Par conséquent, faites preuve de discernement lorsqu’il s’agit de voir comment votre enfant réagit aux informations ; vous déterminerez ainsi des limites. Les conseils que nous allons ici vous fournir sont des normes générales pour parler de n’importe quel sujet difficile avec des enfants de 2 à 6 ans, en suivant les normes de développement infantile.

Les jeunes enfants n’ont pas suffisamment d’expérience de vie pour comprendre certains des éléments impliqués dans des sujets complexes et difficiles. Ils n’ont pas non plus de compréhension ferme des concepts abstraits ou des concepts de cause et d’effet.

Étant donné qu’ils sont, avec leurs principales relations (maman, papa, frères/sœurs, grands-parents et même le chien de la famille), le centre du monde, ils se concentrent sur la façon dont les choses les affectent. Mais comment parler de choses difficiles avec de si jeunes enfants ?

Parler de choses difficiles avec des enfants de 2 à 6 ans

Les enfants sont très sensibles aux états émotionnels des parents. Ils peuvent ainsi s’inquiéter ou se dire qu’ils ont fait quelque chose qui les a dérangés. C’est pour cela qu’il est difficile d’expliquer de grands problèmes et de parler de choses difficiles avec de jeunes enfants.

D’un autre côté, vous pouvez mieux contrôler leur exposition aux médias et, en général, ils peuvent avancer assez rapidement. Pour cela, vous pouvez suivre ces exemples :

  • Gardez les nouvelles à distance. Faites ce que vous pouvez pour limiter l’exposition des jeunes enfants à des sujets inappropriés pour leur âge en éteignant la télévision ou en coupant le son. Choisissez aussi des sources qui soient adaptées à leur âge.
  • Les tranquilliser avec des mots et des gestes. Vous pouvez leur dire des choses comme : « Tu es en sécurité. Maman et papa sont en sécurité. Notre famille est en sécurité ». Les câlins et les étreintes font aussi des merveilles.
  • Abordez les sentiments, les vôtres et ceux de votre enfant. Dites-lui quelque chose comme : « C’est normal de se sentir effrayé, triste ou perdu. Ces sentiments sont naturels et nous les ressentons tous de temps en temps ». Essayez aussi de lui dire des choses comme : « Je suis contrarié, mais cela n’a rien à voir avec toi ».
  • Découvrez ce qu’ils savent. Il est possible que votre enfant ne comprenne pas très bien le problème. Par conséquent, demandez-lui ce qu’il s’est passé, selon lui, avant de lui fournir des images.
  • Décomposez les problèmes en termes plus simples. Par exemple, pour des délits violents, vous pouvez dire : « Quelqu’un s’est servi d’une arme pour faire du mal aux gens ». Pour les crimes de haine, essayez de lui dire quelque chose comme : « Certains groupes de personnes ne reçoivent pas encore de traitement juste ou égalitaire ».
  • Prenez votre propres préjugés en compte. Nous en avons tous. Dites des choses comme « homme », « femme », « petite fille » et « petit garçon » et non « gros garçon », « femme sans abri », « belle petite fille » ou « enfant blanc ». Évitez de décrire l’origine ethnique, l’identité sexuelle, le poids, l’état financier, etc., d’une personne, à moins que cela ait une pertinence dans le problème.
Une discussion en famille.

Parler de choses difficiles avec des enfants

Utilisez un vocabulaire, des idées et des relations avec lesquels ils soient familiarisés. Essayez aussi de vous souvenir d’une situation récente et similaire dans leur vie, à laquelle ils pourraient s’identifier. Vous pouvez par exemple dire des choses comme : « Un homme a volé quelque chose. Tu te souviens quand quelqu’un t’avait pris ton sac par erreur à l’école ? ».

En outre, servez-vous de termes basiques pour les sentiments, comme « en colère », « triste », « effrayé », « heureux » et « surpris ». Les jeunes enfants comprennent les émotions mais ne comprennent pas totalement les maladies mentales. Vous pouvez ainsi leur dire que quelqu’un était en colère ou désorienté et avait besoin de l’aide d’un professionnel.

Par ailleurs, pour parler de choses difficiles avec de jeunes enfants, il est nécessaire de leur faire comprendre que quelqu’un les protège. Il faut qu’ils se sentent bien avec leur environnement. Vous pouvez ainsi leur dire : « Maman et papa s’assureront que rien n’arrive à notre famille » ou « la police attrapera le méchant ».

Parler de sujets compliqués avec les enfants

Comme vous avez pu le voir, vous pouvez utiliser plusieurs ressources au moment de parler de choses difficiles avec les enfants. Vous devez, à tout moment, prendre en compte l’âge et la maturité de votre enfant et appliquer les méthodes qui s’adaptent le mieux à lui et aux circonstances.