Comment les petits-enfants influencent-ils le cerveau des grands-mères?

Les petits-enfants influencent le cerveau des grands-mères et éveillent des instincts et des sentiments qui façonnent un lien unique. Que se passe-t-il réellement?
Comment les petits-enfants influencent-ils le cerveau des grands-mères?
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Si vos enfants ont eu la chance de passer du temps avec leurs grands-mères, vous avez certainement remarqué à quel point les visages de ces femmes s’illuminent lorsqu’elles voient les petits. Elles  les attendent toujours avec impatience, les accueillent à bras ouverts et leur donnent le meilleur d’elles-mêmes. La science a entrepris d’en savoir plus sur ce lien très spécial et a fait des découvertes intéressantes sur la façon dont les petits-enfants influencent le cerveau des grands-mères.

Si nous leur demandons, la plupart d’entre elles nous diront que leurs petits-enfants leur apportent de la joie et les rajeunissent. En effet, avec eux, elles ressentent une connexion différente de celle qu’elles ont ressentie avec leurs enfants, mais extrêmement profonde et spéciale. Cependant, cela va au-delà d’une perception subjective. Leur cerveau réagit effectivement d’une manière très particulière en présence de ces enfants bien-aimés.

Comment les petits-enfants influencent-ils le cerveau des grands-mères?

Une grand-mère se promenant dans les bois avec son petit-fils.

Un groupe de scientifiques de l’Université Emory (Atlanta, États-Unis) s’est chargé d’enquêter sur ce lien unique. Pour ce faire, ils ont convoqué 50 femmes ayant au moins un petit-enfant biologique âgé de 3 à 12 ans.

Les grand-mères ont répondu à des questionnaires sur leur relation avec les enfants, l’attachement qu’elles ressentaient envers eux et le degré d’implication dans leur éducation.

De plus, elles ont subi une IRM du cerveau en regardant une photo de leurs petits-enfants. En guise de contrôle, leur fonction cérébrale a également été mesurée en regardant des photos d’enfants inconnus, du parent du même sexe que leur petit-enfant et d’étrangers adultes. Les résultats obtenus ont été révélateurs.

Ainsi, les principaux résultats ont permis de comprendre qu’en voyant leurs petits-enfants, le cerveau des grands-mères “activait” les connexions dans les domaines liés à l’empathie émotionnelle. Plus précisément, dans l’insula et dans le cortex somatosensoriel secondaire. Cela implique que ces femmes sont prédisposées à se mettre à l’écoute des états émotionnels de leurs petits-enfants. Elles ressentent naturellement leur joie lorsqu’ils sont heureux et leur tristesse lorsqu’ils sont tristes.

Une plus grande activation a également été trouvée dans les zones cérébrales associées au mouvement, avec le cortex moteur et la zone motrice supplémentaire. Cette fonction cérébrale, également présente chez les mères, semble être liée à une tendance à porter les enfants ou à les approcher pour interagir.

Ces événements ne se sont pas produits en regardant le reste des photographies. Dans ces cas, le cerveau des grands-mères a montré une plus grande activation dans les domaines liés à l’empathie cognitive. Il s’agit de la capacité de déduire et de comprendre ce que l’autre peut penser. Mais sans trop de charge émotionnelle. Curieusement, la même chose est arrivée à ces grands-mères qui voulaient s’impliquer davantage dans les soins de leurs petits-enfants lorsqu’elles ont vu les photos des petits.

L’hypothèse de la grand-mère

Peut-être qu’à ce stade, vous vous demandez quelles sont les implications de tout ce qui précède. Et ce que signifie réellement la façon dont les petits-enfants influencent le cerveau des grands-mères. En effet, toutes ces informations deviennent pertinentes à la lumière de la soi-disant “hypothèse de la grand-mère”. Cette théorie postule que le rôle de soutien nourricier de ces femmes est fondamental pour l’humanité.

L’idée vient du fait que les femmes vivent longtemps, bien au-delà de leur stade de procréation. Ainsi, les grands-mères effectuent un travail précieux dans la parentalité collaborative, grâce à laquelle le taux de natalité et la survie de l’espèce augmentent de jour en jour.

D’autre part, il existe un système de soins parentaux cérébral qui s’active par l’arrivée de la progéniture. Cela provoque la mise en mouvement de préoccupations primaires précoces. Ainsi qu’une motivation innée à prendre soin et à aider la progéniture sans défense.

Maintenant, les grands-mères pourraient également éprouver cette tendance naturelle, agissant en tant que co-parents de la mère. Même à un degré similaire ou supérieur à celui du père.

Une grand-mère qui cuisine avec ses petits-enfants.

Un rôle unique et spécial

Ces résultats suggèrent qu’une grand-mère impliquée offre de grands avantages évolutifs à ses descendants. En fait, leur cerveau montre cette volonté naturelle de participer à la parentalité.

Cependant, le rôle d’une grand-mère est très différent de celui d’une mère. De nombreuses femmes participant à l’étude ont déclaré que ce qu’elles appréciaient le plus dans leur rôle parental étaient les exigences moins élevées que lorsqu’elles étaient mères.

Avec leurs petits-enfants, les grands-mères n’ont pas à travailler à plein temps. Ni à s’inquiéter de leurs propres affaires et obligations parentales. Ainsi, elles soignent, aiment, collaborent à la parentalité et offrent de grands avantages. Mais elles vivent une expérience très différente de la maternité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Grands-parents et petits-enfants, un lien rempli de valeurs
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Grands-parents et petits-enfants, un lien rempli de valeurs

Les grands-parents donnent beaucoup d'affection aux petits et ils remplissent un rôle inégalable dans la transmission des valeurs à leurs petits-en...




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.