Comment la violence domestique affecte-t-elle les enfants ?

· 18 février 2019
Dans cet article, découvrez comment la violence domestique affecte les enfants. Comment agir face à cela ?

L’Organisation Mondiale de la Santé a publié une étude révélant l’ampleur de la violence domestique envers les enfants ainsi que d’autres types de maltraitances.

L’étude montre que, malheureusement, une grande partie des maltraitances infligées aux enfants de moins de 15 ans proviennent de membres de la famille, de tuteurs ou des personnes qui s’occupent d’eux.

La plupart des conséquences sont évidentes à court terme. Toutefois, c’est également à long terme que l’ampleur de l’impact de la violence domestique est vérifiée. En fin de compte, chaque domaine de la santé des enfants (physique, psychologique et émotionnel) sont violés.

Qu’est-ce que la violence domestique ?

Dès leur plus jeune âge, on apprend aux enfants à accorder de l’importance au cercle familial. Néanmoins, la violence domestique a réussi à endommager à la fois la conception et l’appréciation de celle-ci. En effet, chaque jour, le nombre de personnes souffrant de blessures émotionnelles et d’un rejet remarquable de leurs proches augmente.

La violence domestique regroupe toutes les manifestations de maltraitance et d’abus dans le noyau familial. Elle a tendance à être assez fréquente et varie en intensité.

Les causes de la violence domestique sont très diverses. Cependant, il existe un profil (de l’agresseur) qui comprend : faible estime de soi, gestion déficiente des émotions et des sentiments, intolérance et usage de la violence comme outil de pouvoir.
La violence domestique regroupe toutes les manifestations de maltraitance et d'abus dans le noyau familial.

Evolution de la violence domestique

  • Etape 1 (Tension). A ce stade, l’agresseur cherche généralement à imposer une tension ambiante afin de consolider sa position de supériorité vis-à-vis de ses victimes (qui dans ce cas sont les enfants). Cette étape se caractérise par la présence d’une maltraitance verbale et psychologique marquée.
  • Etape 2 (Agression physique). Durant cette phase, l’agresseur perd le contrôle de ses émotions pour une raison quelconque et décharge sur sa victime toutes ses frustrations et sa négativité. Les épisodes de violence peuvent inclure (ou pas) des agressions physiques. Indépendamment de cela, la personne touchée est effrayée et déconcertée.
  • Etape 3 (Les remords). A cette étape, l’agresseur essaie de faire des excuses et de se repentir du mal qu’il a fait. Toutefois, il ne rectifie pas réellement son comportement.

Il faut souligner que ces étapes peuvent se répéter une ou plusieurs fois avec le temps. Cela aggrave la relation toxique et engendre un cercle vicieux de violence domestique.

Les conséquences de la violence domestique chez les enfants

La séquelle la plus fréquente de la violence domestique chez les enfants est l’adoption d’un comportement violent comme mécanisme de défense.

  • Conséquences physiques : insomnie, troubles gastriques, maux de tête, automutilation, manque de contrôle des sphincters, etc.
  • Conséquences émotionnelles : faible estime de soi, sentiments de culpabilité, comportement erratique, dépression, anxiété, isolement, irritabilité.
  • D’autre part, dans le milieu scolaire, les enfants peuvent présenter de mauvaises notes, des interactions pauvres et des relations toxiques.

Rappelez-vous que, le mieux sera toujours d’opter pour des alternatives saines qui soient bénéfiques pour chaque personne.

Comment mettre fin ou prévenir la maltraitance ?

Mettre fin et prévenir la violence domestique est un engagement social. La première étape pour mettre fin à la maltraitance familiale est de reconnaître les problèmes qui remontent à la surface.

La séquelle la plus fréquente de la violence domestique chez les enfants est l'adoption d'un comportement violent comme mécanisme de défense.

Par la suite, demander de l’aide auprès d’un service public. Une fois ces deux étapes franchies, il est conseillé d’adopter les mesures suivantes :

  1. Aider les enfants à développer une bonne estime de soi. Cette auto-évaluation leur permettra de s’apprécier et de chercher de l’aide face à toute forme de maltraitance.
  2. Donner l’exemple. Apprendre à se calmer, cette attitude se reflétera en eux.
  3. Encourager les enfants à se fixer des objectifs réalistes. Ainsi, ils apprennent à ajuster leurs attentes en fonction de leurs possibilités.
  4. Chercher le soutien d’un conseiller pédagogique et d’un psychologueVaincre la violence envers les enfants peut devenir tout un défi, soyez constants et offrez-leur énormément d’amour et de compréhension.
  5. Accompagner les enfants pour qu’ils entrevoient la partie positive que les expériences et l’apprentissage laissent en eux.
  6. Mettre des limites raisonnables et les aider à les respecter sans le besoin de recourir à la violence et aux insultes.

Finalement, nous devons garder à l’esprit que, seul un environnement familial bienveillant peut offrir un développement sain des enfants au quotidien.

La famille doit être fondée sur la recherche de solutions saines, qui profitent à tous. Mais avant tout, il est indispensable d’éduquer dans le respect et d’éviter la violence. Des solutions bien meilleures et plus efficaces existent.