Comment guider les adolescents lorsqu'ils ne savent pas quoi étudier

Au moment de guider les adolescents sur les études à poursuivre, nous devons les accompagner à partir de l'aspect émotionnel et travailler la patience, la réflexion et l'idée d'échec.
Comment guider les adolescents lorsqu'ils ne savent pas quoi étudier
Maria Fátima Seppi Vinuales

Rédigé et vérifié par la psychologue Maria Fátima Seppi Vinuales.

Dernière mise à jour : 07 mars, 2023

Tout au long de notre vie, nous prenons des décisions différentes. L’une des plus importantes est peut-être le choix des études à poursuivre. Dans la plupart des cas, pour les jeunes, c’est presque comme la première décision dans cette étape vers le monde adulte. Cependant, ce n’est pas quelque chose de simple : entre les doutes et les émotions, il y a aussi une grande influence sociale. Voyons comment guider les adolescents qui ne savent pas quoi étudier.

Suivez ces conseils pour guider les adolescents qui ne savent pas quoi étudier

Ci-dessous, nous vous proposons quelques recommandations pour guider les adolescents qui ne savent pas quoi étudier et qui peuvent être pratiques.

Consulter un professionnel

Parfois, l’orientation scolaire, à partir d’une approche plus globale, peut servir d’outil pour que les jeunes réfléchissent à différentes options.

Ouvrir un espace de dialogue avec des questions larges

Avec l’adolescent, nous pouvons réfléchir aux choses qu’il aimait faire quand il était petit, aux activités qu’il aimait pendant son temps libre ou aux sujets de conversation qui retenaient son attention. Bien souvent, le champ d’intérêt se retrouve limité par l’orientation scolaire et ils finissent par opter pour des disciplines traditionnelles, ignorant le vaste univers qui existe autour d’eux.

Invitez-le à participer à des projets et activités

De nombreux centres éducatifs organisent des journées portes ouvertes pour faire connaître leurs options académiques. Par ailleurs, il existe des lycées qui ont des projets où, plus qu’un contenu, on cherche à enseigner des compétences spécifiques, telles que la planification ou la gestion du temps, entre autres.

En discutant avec d’autres étudiants ou professionnels, l’adolescent pourra avoir des informations sur la façon dont ce qui est étudié en théorie se traduit en pratique.

Recommandez-lui de parler à des référents pour trouver quoi étudier

En plus d’avoir le programme des matières, il est commode pour l’adolescent de parler avec quelqu’un qui est déjà « à l’intérieur » du sujet. Par exemple, un étudiant qui a déjà passé quelques années à l’université ou un professionnel en activité.

Suggérez-lui de rechercher des informations provenant de différentes sources

Il est bon que le jeune utilise des sources officielles ou formelles – comme le lycée ou l’université – pour avoir des options concrètes et une idée plus claire. Cependant, il peut également être guidé par des recherches plus informelles, telles que l’accès à des blogs et à des forums d’opinion.

Travaillez sur les stéréotypes associés à certains métiers

Il est très courant de penser que les filles et les femmes réussissent mieux dans les disciplines dites « douces », alors que les mathématiques ou l’ingénierie sont habituellement réservées aux hommes. Cela a sans doute un impact sur la façon dont ces femmes se perçoivent comme capables de performer dans certains domaines professionnels.

Racontez-lui votre expérience

Parler de ce qui nous est arrivé à cet âge permet de travailler les émotions et d’empathiser avec les adolescents. De cette façon, le jeune pourra se connecter à ce qu’il ressent et trouver des idées et des solutions, ainsi que des idées sur ses préoccupations.

De nombreux jeunes recherchent des formations plus courtes pour explorer ce qu’ils aiment et ensuite opter pour des spécialisations.

Choisir quoi étudier dans le contexte actuel

Cette recommandation mérite une rubrique particulière, car on perd souvent de vue que le contexte conditionne nos choix. Il y a quelques années, le scénario était différent. Par exemple, on respectait les traditions familiales, les options académiques étaient plus limitées, une formation de 4 ou 5 ans n’était pas un conflit et assister aux cours en présentiel était un fait.

Aujourd’hui, tout ça a changé. Maintenant, les adolescents pensent à voyager et à travailler de n’importe où dans le monde. Il est important de prendre en compte ce changement dans le scénario global. De plus, lors de l’accompagnement des jeunes, il faut aussi les inciter à se demander s’ils aimeraient vivre une expérience dans un autre pays, entre autres.

Enfin, le salaire ne doit pas non plus être laissé de côté, car il a également un impact sur d’autres plans et projets futurs que nous pourrions avoir. En ce sens, il faut aussi les aider à penser en termes de compétitivité.

Apporter une tranquillité d’esprit sur la prise de décision

Un dénominateur commun qui doit être présent ici est la tranquillité. En d’autres termes, nous devons accompagner les jeunes à prendre des décisions avec conscience, avec réflexion et à consacrer du temps pour se connecter à leur objectif. Cependant, nous devons également partager avec eux que, même lorsque nous sommes convaincus de quelque chose, il peut y avoir des scénarios inattendus et les choses peuvent ne pas être comme nous l’imaginons.

L’aspect émotionnel a un rôle très important dans la prise de décision. En ce sens, il faut adoucir l’idée d’échec. S’ils choisissent une voie d’étude et qu’ils ne l’aiment pas, le fait qu’ils abandonnent ne sera pas synonyme d’échec. Au contraire, cela doit être compris comme un exemple d’apprentissage et de connaissance de soi.

Enfin, lors de l’accompagnement des adolescents, nous devons penser aux croyances et aux préjugés sur lesquels nous nous basons. Ce faisant, nous pouvons découvrir que nos conseils sont davantage guidés par nos peurs et même par l’ignorance.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Garduño, J. M. E. G. (2010). Los determinantes de la elección vocacional de una semiprofesión. Un estudio de estudiantes de primer ingreso a la carrera de profesor de educación primaria. Revista Latinoamericana de Estudios Educativos (México)40(1), 95-110.
  • Cantillo, A. E. C., & Rojas, J. A. N. (2005). Procesos y procedimientos de orientación vocacional/profesional/laboral desde una perspectiva sistémica. Hallazgos, (4), 144-165.
  • Borrachero Cortés, A. B., Dávila Acedo, M. A., & Airado Rodríguez, D. (2017). LA INFLUENCIA DE LAS EMOCIONES EN LA ELECCIÓN DE CARRERAS UNIVERSITARIAS. International Journal of Developmental and Educational Psychology, 2(1),125-136.[fecha de Consulta 31 de Enero de 2023]. ISSN: 0214-9877. Recuperado de: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=349853220013

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.