Comment éduquer des enfants dans une famille monoparentale?

La famille monoparentale est un défi. Son augmentation indique que les définitions actuelles de la famille sont obsolètes et que de nouvelles sensibilités à l'éducation des enfants redessinent les formes d'union et de coopération.
Comment éduquer des enfants dans une famille monoparentale?
María Alejandra Castro Arbeláez

Rédigé et vérifié par la psychologue María Alejandra Castro Arbeláez.

Dernière mise à jour : 01 avril, 2022

Élever des enfants dans une famille monoparentale présente de nombreux défis, puisqu’il s’agit d’une situation dans laquelle les responsabilités incombent à la même personne. Cela peut être aussi difficile pour une mère célibataire que pour un père. Il n’existe malheureusement pas de manuel pour agir dans ces cas.

De nos jours, ce type de famille est de plus en plus fréquent. Comme c’est le cas des femmes célibataires qui souhaitent être maman. Mais cette configuration survient également dans d’autres cas par choix, par exemple lors d’un divorce.

Dans tous les cas, élever des enfants en soi est déjà compliqué, donc dans le cas d’une mère ou d’un père célibataire, la tâche est encore plus complexe. Cependant, il n’est pas impossible d’y parvenir correctement sans l’aide de l’autre figure paternelle.

Conseils pour favoriser la bonne parentalité dans une famille monoparentale

Un père qui joue avec son enfant à la campagne.

L’éducation qui commence à la maison est la plus importante. Il ne faut donc pas la négliger même lorsque nous sommes seuls dans ce travail. Souvent, discipliner un enfant nécessite l’intervention de deux parents. Il est également important que les enfants se sentent au sein d’une famille stable qui peut leur offrir la tranquillité d’esprit.

Bien qu’il n’y ait pas de recette pour éduquer des enfants, profitez de quelques conseils qui ont fonctionné pour d’autres familles.

  • Essayez d’avoir une harmonie et une bonne communication au sein de la famille. Ceci dans le but de faciliter la canalisation des exigences communes. Cela contribue également à pouvoir gérer les informations nécessaires à propos de ce qui se passe à la maison. Car ce sera à vous de les résoudre seuls.
Une mère et sa jeune fille dans ses bras.
  • Analysez attentivement vos décisions, car la responsabilité qui implique de ne pas avoir d’autre personne à consulter peut vous amener à commettre des erreurs plus souvent si vous n’y êtes pas attentif.
  • Passez du temps avec les enfants. Il est normal qu’un parent seul s’occupe de plus de choses à la fois. Il doit travailler et consacrer son temps libre à d’autres obligations. Pourtant, il est essentiel de prendre un moment privilégié à partager en famille.
  • Essayez d’être tolérants et patients face à la situation. Être constamment sous le même stress peut nous faire perdre le contrôle, ce qui pourrait nous amener à transférer notre frustration sur les enfants. Ne pas savoir comment agir dans ces cas conduit souvent à la colère qui nous envahit. Mais avant toute action, nous devons nous rappeler que les enfants ne sont pas coupables et qu’ils n’ont personne vers qui se tourner si nous les maltraitons.

Recommandations supplémentaires

  • N’ayez pas peur de demander de l’aide. Il est probable que jusqu’à présent vous n’ayez ressenti le soutien de personne d’autre, mais il y aura sûrement quelqu’un qui sera prêt à vous aider. Si le problème est économique, il existe des aides gouvernementales qui peuvent pallier cette situation.
  • S’il s’agit au contraire d’un problème psychologique ou d’une maladie, recherchez la bonne action d’un membre de la famille ou d’un personnel spécialisé qui contribue à rétablir le contrôle de la situation.
  • Établissez des règles claires. Peut-être en raison du fait que les enfants n’ont pas l’intervention d’une autre personne, ils profitent de la manipulation de vos sentiments en leur faveur. Cela aboutit à un contrôle plus ou moins conscient des enfants envers le parent seul, qu’il faut constamment et fermement éviter.
  • Pour s’assurer que la discipline et le respect prévalent, des règles claires de coexistence doivent être créées, afin que les enfants sentent qu’il y a un contrôle à la maison.
  • Prenez un peu de temps pour prendre soin de vous. Nous savons que les enfants auront besoin d’une grande partie de votre attention. Mais il doit toujours y avoir de la place pour vous-mêmes. Trouver un moment pour se détendre et prendre soin de sa santé est essentiel pour parvenir à un développement correct des émotions et des relations dans les familles monoparentales.

La famille monoparentale, une tendance croissante

Le nombre de familles monoparentales est une tendance à la hausse, de même que la majorité, qui sont dirigées par des femmes. Une autre caractéristique associée à ce type de famille est la précarité économique, dérivée d’un modèle de société dans lequel un revenu suffisant est donné par la somme des cotisations en tant que couple.

Sur près de deux millions de ménages monoparentaux en Espagne en 2020 (5,4 % des ménages), 1 006 000 avaient un enfant de moins de 25 ans. Et la majorité de ces ménages, 81,1%, sont sous la responsabilité de la mère. Ainsi, les difficultés sont à l’ordre du jour, dans des domaines aussi sensibles que :

  • Emploi. La mère rencontre des difficultés pour accéder à l’emploi et lorsqu’elle y accède, c’est dans des conditions précaires. Les contrats à temps partiel et temporaires prédominent. Ce qui signifie des revenus plus faibles.
  • Famille. Davantage de difficulté à concilier travail, famille et vie personnelle. Les familles s’en sortent avec le soutien de leurs proches et de leurs amis. Les enfants peuvent présenter des épisodes de tristesse, d’isolement, d’agressivité. Et, en général, des problèmes de comportement et de performance en milieu scolaire.
  • Économie. Il est difficile de joindre les deux bouts, de payer les services et de faire face aux imprévus.
  • Logement. Souvent, l’option est un logement locatif, avec une précarité énergétique, dans des conditions de vulnérabilité juridique en raison du non-paiement.
  • Santé. Les troubles les plus courants à cette époque sont la dépression, le stress et l’anxiété. Aussi la tristesse, la peur, la colère, l’insécurité et la solitude.

La famille monoparentale dans la pandémie

La pandémie a entraîné une augmentation du fardeau du parent. Surtout sur les épaules de la mère, qui s’occupait des besoins personnels, des enfants et des proches touchés par le virus.

Les doubles horaires chez les femmes se distinguent, en raison de l’augmentation du travail non rémunéré à la maison , avec une augmentation inhabituelle due au temps consacré aux tâches ménagères et à la garde des enfants.

Un rapport a révélé que la détresse psychologique augmentait chez les femmes. Et plus encore chez celles qui, en raison de l’âge, du sexe, de la structure familiale, du niveau d’éducation, de l’origine ethnique et de la situation ou de l’état physique et/ou mental, sont plus vulnérables, comme les mères célibataires.

Enfin, garder ces considérations à l’esprit aiderait à soulager le poids et l’angoisse, en faveur d’enfants et d’adolescents plus heureux et en meilleure santé émotionnelle.

Cela pourrait vous intéresser ...

Comment réduire le stress chez les parents célibataires ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Comment réduire le stress chez les parents célibataires ?

Le stress chez les parents célibataires peut être évité en adoptant un mode de vie plus sain, et des habitudes familiales détendues.




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.