Comment améliorer la communication chez les enfants atteints de TSA?

Comme lignes directrices pour améliorer la communication avec les enfants atteints de TSA, il est important de commencer par créer un environnement calme et de réduire les stimuli.
Comment améliorer la communication chez les enfants atteints de TSA?

Dernière mise à jour : 01 avril, 2022

Le trouble du spectre autistique (TSA) est une affection neurodéveloppementale qui affecte principalement la communication et l’interaction sociale de ceux qui en souffrent. Quand on parle de communication, on fait référence à bien plus qu’à la parole, puisque l’échange entre les personnes s’établit de différentes manières. Pour cette raison, nous voulons aujourd’hui vous proposer 3 conseils pour améliorer la communication chez les enfants souffrant de TSA.

La communication peut être améliorée par différentes stratégies. Mais pour cela, il faut d’abord comprendre la complexité impliquée dans son développement et chacune de ses dimensions. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons nous ouvrir à de nouvelles façons d’interagir et ne pas nous en tenir uniquement au traditionnel et au connu.

Qu’est-ce que le trouble du spectre autistique (TSA) ?

Toutes les personnes atteintes de TSA sont différentes, puisqu’il n’y a pas d’individus identiques dans le monde. Cependant, elles présentent certaines caractéristiques communes qui se manifestent à des degrés divers, mais qui suggèrent généralement fortement cette condition. Parmi elles figurent les suivantes :

  • Difficultés de communication.
  • Problèmes d’interaction avec les autres.
  • Intérêts particuliers et restreints.
  • Comportements répétitifs ou stéréotypés.
  • Impossibilité d’anticiper les intentions ou les motivations des autres.

La teneur avec laquelle ces caractéristiques se manifestent déterminera le niveau de complexité du TSA de la personne. Cependant, dans une plus ou moins grande mesure, il est courant de trouver une altération ou un déficit dans le domaine social, communicatif et comportemental.

Pour améliorer la communication chez les enfants atteints de TSA, il est important d’arriver au diagnostic le plus tôt possible. En effet, le cerveau des enfants est très perméable aux changements au cours des 5 premières années de vie et les interventions qui sont effectuées à ce stade peuvent modifier l’évolution de cette condition.

Une adulte avec une jeune fille atteinte du spectre du trouble autistique.

Directives de communication pour les enfants avec TSA

Dans notre quotidien, la communication revêt une importance énorme. Car c’est elle qui nous permet d’échanger des idées et des sensations avec les autres et de fonctionner dans la société dans laquelle nous vivons. Par le langage nous exprimons nos besoins, nos désirs ainsi que nos limites.

Pour les personnes atteintes de TSA, la communication peut devenir un énorme défi. Et cela ne se limite pas à un répertoire limité de mots, mais à une difficulté à établir un échange. Par conséquent, nous devons apprendre de nouvelles façons de communiquer avec les enfants atteints de TSA et les promouvoir auprès du reste de la société.

Certaines des stratégies utiles qui peuvent être mises en pratique sont les suivantes.

Comportement du modèle

Il s’agit de montrer à plusieurs reprises à l’enfant quel comportement on attend de lui. Ceci est exécuté séquentiellement pour réduire la complexité et faciliter le suivi et l’imitation.

Par exemple, si on veut que l’enfant apprenne à s’habiller, il faut lui montrer que le bras est placé à l’intérieur de la manche puis l’inciter à l’essayer par lui-même. Cela favorise l’apprentissage par imitation, mais il faut savoir clairement ce que l’on veut enseigner.

Utiliser le renforcement de l’image pour améliorer la communication chez les enfants souffrant de TSA

La capacité à comprendre les mots peut être affectée. Ainsi que la capacité à retenir une commande ou à évoquer une idée. Pour cette raison, il est utile d’utiliser des images, des photographies ou des objets du quotidien pour que l’enfant les associe à une demande précise.

Un exemple de ceci est de l’encourager à pointer vers l’image des toilettes lorsqu’il veut aller aux toilettes.

Éviter l’utilisation de métaphores et de phrases à double sens

Le langage indirect est plus difficile à comprendre que le langage direct. Ceci est étroitement lié à la capacité de “lire dans l’esprit des gens” et de comprendre des aspects qui vont au-delà du sens des mots.

Les enfants atteints de TSA n’ont pas cette capacité. Il est donc préférable de leur parler de manière simple et concrète. Il ne s’agit pas seulement d’enseigner des signes et des règles, mais de favoriser l’interaction et de miser sur la communication par des voies alternatives . C’est-à-dire renforcer la valeur de l’échange social qui permet la communication.

Autres recommandations pour améliorer la communication avec les enfants atteints de TSA

En plus des lignes directrices mentionnées, d’autres stratégies peuvent être mises en œuvre, qui sont utiles dans n’importe quel milieu dans lequel l’enfant avec TSA se développe:

  • Stimuler la communication. Éviter d’interpréter ou de “précéder” les demandes et laissez l’enfant développer l’idée du mieux qu’il peut.
  • Lorsque vous parlez ou donnez des instructions, utilisez un vocabulaire courant.
  • Parler clairement, simplement et lentement.
  • Opter pour un langage positif pour rediriger un comportement inapproprié vers un comportement approprié. Par exemple, « sautons ici » au lieu de « ne saute pas sur le canapé ».
  • Renforcer le comportement souhaité, valoriser les réalisations. Il ne faut pas recourir à des objets matériels, mais offrir à l’enfant quelque chose d’intéressant (comme un geste, une promenade, un moment partagé) pour qu’il établisse une relation causale entre répondre à notre demande et recevoir ce qu’il veut.
  • Favoriser des environnements ordonnés et prévisibles, avec une faible charge de stimuli.

Il convient de noter que l’accent ne doit pas être mis sur la “réduction” ou “l’adaptation” de l’enfant avec TSA au langage, mais bien au contraire : adapter le langage à chaque enfant et le rendre fonctionnel à ses capacités.

pictogrammes visages émotions.

Découvrez aussi: Comment sont liés le microbiote intestinal et l’autisme?

Chaque personne est un monde

Chacun a sa propre unicité et cela nous rend spécial. Par conséquent, nous ne pouvons pas généraliser à tous les enfants atteints de TSA ou fournir des solutions magiques et universelles. Il s’agit plutôt de connaître et de comprendre l’enfant en face de nous et entrer dans son monde pour faire partie de ses activités.

Pour communiquer avec les autres, il faut comprendre leurs besoins, leurs capacités et aussi leurs intérêts. Par ailleurs, les TSA se manifestent de multiples façons. Ce qui nous amène à rechercher des lignes directrices qui s’adaptent aux possibilités de chaque individu.

Enfin, il ne faut pas oublier qu’il est nécessaire d’accompagner les parents, les familles et les établissements scolaires afin que nous puissions tous contenir et orienter les apprentissages de ces enfants.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mythes et faits à propos de l’autisme
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Mythes et faits à propos de l’autisme

Le diagnostic de l'autisme est parfois complexe et nous découvrons encore des choses sur ce trouble..Découvrez les nombreux mythes à propos de l'au...



  • Cornelio-Nieto, J. O. (2009). Autismo infantil y neuronas en espejo. Revista de neurología48(2), 27-29.
  • En el TEACCH Center, P. (2007). Principios y estrategias de intervención educativa en comunicación para personas con autismo: TEACCH. Revista de Logopedia, foniatría y audiología27(4), 173-186.
  • Gómez, J. L. C., & García, V. A. (2012). Tecnologías de la información y la comunicación: aplicaciones en el ámbito de los trastornos del espectro del autismo. Siglo Cero: Revista Española sobre Discapacidad Intelectual43(242), 6-25.
  • Mora, C. E., & Fortea, I. B. (2012). Comunicación, atención conjunta e imitación en el trastorno del espectro autista. International Journal of Developmental and Educational Psychology3(1), 49-57.

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.