10 clés pour faire collaborer les enfants à la maison

Pour faire collaborer vos enfants à la maison, il faut des consignes claires et ne pas tout faire à leur place. Voici quelques clés pour vous aider.
10 clés pour faire collaborer les enfants à la maison

Dernière mise à jour : 24 juillet, 2022

Collaborer à la maison, c’est bien plus qu’alléger la charge des adultes. C’est aussi apprendre des points essentiels pour la vie, tels que l’autonomie, la responsabilité et l’empathie avec les personnes avec qui nous vivons. Par conséquent, n’ayez pas peur de demander à vos enfants de collaborer à la maison, car vous verrez que vous les faites se sentir plus importants que vous ne le pensez.

Voici quelques recommandations pour mettre cela en pratique dès aujourd’hui et obtenir les meilleurs résultats. Vous êtes prêt ?

Comment inciter vos enfants à collaborer davantage à la maison

L’aide des enfants dans les tâches ménagères va au-delà de la simple collaboration car elle constitue une énorme leçon d’autonomie et de responsabilité. De plus, cela les aide à mettre en pratique des compétences sociales et à résoudre différentes situations dans un environnement sécuritaire, pour pouvoir se débrouiller seul lorsque la situation l’exige.

Prenez note de nos recommandations à mettre en pratique.

1. Attribuez des tâches et des responsabilités en fonction de l’âge de vos enfants

Lorsque nous ne prenons pas en compte le facteur de l’âge, nous pouvons frustrer les enfants et les faire se sentir incapables de faire quelque chose.

Dès l’âge de 3 ans, les enfants peuvent déjà comprendre ce que signifie collaborer et nous pouvons leur demander de ranger leur chambre et leurs jouets, dans le cadre des tâches de soin personnel. Pour cela, il faut aussi faciliter les circonstances et prévoir des paniers, des boîtes et des meubles bas afin qu’ils puissent mettre et sortir leurs objets personnels sans avoir à demander de l’aide.

À l’adolescence, les jeunes doivent pleinement s’impliquer dans les tâches ménagères et vous devez leur apprendre à les faire une première fois, si nécessaire. Par exemple, mettre la machine à laver et étendre le linge. D’autres activités que l’on peut leur demander sont le maintien de l’hygiène de leur chambre et noter sur la liste de courses ce qui manque dans le frigo.

Ranger la chambre ou faire la lessive sont des activités que les enfants peuvent réaliser à des âges différents. Les parents doivent d’abord leur expliquer comment faire les choses, puis les laisser essayer eux-mêmes.

2. Transformez les tâches en une activité supplémentaire de la journée

Lorsque vous demandez de l’aide aux enfants, il est important de ne pas leur assigner des tâches qui interrompent leurs autres activités ; il faut qu’elles puissent se compléter ou s’effectuer à un autre moment.

Ainsi, il est préférable de ne pas leur demander quelque chose lorsqu’ils jouent avec leurs amis, mais il faut quand même leur dire qu’ils devront le faire plus tard. Lorsqu’on interrompt son activité, la réponse de l’enfant traduit généralement un rejet ou de l’agacement, et il peut même exécuter la tâche à la hâte et avec peu d’engagement.

3. Apprenez à faire les choses et à développer la responsabilité

Les adultes doivent comprendre que les enfants ne réussiront pas du premier coup. Bien souvent, ils oublieront de mettre certains éléments dans leur sac à dos ou ils mettront leur chemise à l’envers, jusqu’à ce qu’ils parviennent à s’habiller tout seuls. Peut-être que ces moments arrivent quand nous sommes pressés, mais nous devons être patients et leur montrer comment bien faire ces tâches.

4. Acceptez qu’il existe différentes manières de faire les choses

Aider à la maison devient souvent gênant pour les enfants car ils sont souvent la cible de nombreuses critiques ou remarques. Il faut leur permettre d’explorer, d’expérimenter, d’essayer encore et encore et de découvrir par eux-mêmes comment mieux s’organiser et remplir leurs fonctions.

5. Donnez-leur des instructions claires

Parfois, les enfants reçoivent des instructions très générales ou on leur explique mal ce qu’on attend d’eux. Cela peut donner lieu à des doutes et à des interprétations erronées. Pour cette raison, il est important d’expliquer et de demander les choses de manière claire et concise afin que les jeunes puissent effectuer correctement les tâches. De plus, on peut leur demander s’ils ont bien compris les instructions ou s’il faut les réexpliquer.

6. Soyez cohérent avec vos demandes

Les parents doivent être constants dans leurs demandes, jusqu’à ce que cela devienne une habitude. Si une tâche est accomplie un jour mais pas le lendemain, le message devient confus. Pour une meilleure organisation, on peut se mettre d’accord sur certaines règles avant de commencer. Par exemple, le mercredi, la chambre doit être rangée et le jeudi, les vêtements doivent être rangés dans le placard.

7. Évitez de faire des choses pour eux

Si les adultes accomplissent les tâches en suspens des enfants, ces derniers rempliront de moins en moins leurs obligations. Rappelez-leur qu’ils doivent s’occuper du travail qu’ils n’ont pas fait et encouragez-les à le terminer.

8. Renforcez leur comportement de conformité

C’est très important, surtout les premières fois. Reconnaître et mettre en valeur le travail de vos enfants les encouragera à collaborer au quotidien. De plus, ils se sentiront utiles et verront que vous remarquez quand ils s’impliquent dans leurs responsabilités.

Il faut montrer aux enfants que le non-accomplissement de leurs tâches entraîne des conséquences. Par exemple, ne pas jouer avec la console tant qu’ils n’ont pas fini de ranger leurs jouets.

9. N’appliquez pas de sanctions, expliquez les conséquences des actes

Les punitions n’apportent que frustration et colère. Cependant, il est important de noter que lorsque les tout-petits s’engagent à faire quelque chose et ne donnent pas suite, il y a des conséquences logiques à leurs actions. Par exemple, s’ils ne terminent pas de ranger leurs vêtements, ils n’auront pas le droit de jouer aux jeux vidéo.

10. Enseignez par l’exemple

Les enfants nous regardent tout le temps : nous devons donc éduquer par l’exemple et pas seulement avec des mots. En ce sens, si nous demandons ou exigeons des choses auxquelles nous ne nous conformons pas nous-mêmes, il est fort probable qu’ils ne les feront pas non plus.

Enfants collaboratifs, adultes responsables

Lorsque nous commençons à rendre les enfants responsables des petites activités quotidiennes liées aux tâches domestiques, nous ne réussissons pas seulement à avoir de l’ordre dans la maison. Nous posons les bases pour qu’ils deviennent des personnes attentives aux besoins des autres et soucieuses de l’environnement.

En même temps, nous impliquons davantage nos petits dans la dynamique familiale et leur apprenons que tout ne doit pas être fait par « les grands ». Lorsque nous surprotégeons nos enfants, nous leur envoyons un mauvais message sur la confiance que nous leur portons.

Leur intégration dans les tâches ménagères crée des espaces plus agréables, réduit les conflits quotidiens et génère des relations plus symétriques et égalitaires. Il ne faut pas oublier qu’il existe toujours un écart entre les sexes en matière de travail d’entretien à la maison : il est donc crucial d’inculquer les notions de rôles dès le plus jeune âge. Car comment peut-on attendre d’un homme qu’il s’engage dans des tâches domestiques ou de soins si on ne l’a jamais encouragé à s’y impliquer ?

En conclusion, faire collaborer vos enfants à la maison, c’est bien plus que réduire la charge quotidienne : c’est leur apprendre de bonnes valeurs pour la vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les tâches ménagères en fonction de l’âge de l’enfant
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les tâches ménagères en fonction de l’âge de l’enfant

Les tâches ménagères aident à promouvoir la responsabilité et l'autonomie des enfants. On donnera au petit certaines responsabilités en fonction de...



  • Espinar-Ruiz, E. (2009). Infancia y socialización: estereotipos de género. Revista Padres y Maestros/Journal of Parents and Teachers, (326), 17-21.
  • MERCER, R., SZULIK, D., RAMÍREZ, M. C., & MOLINA, H. (2008). Del derecho a la identidad al derecho a las identidades: Un acercamiento conceptual al género y el desarrollo temprano en la infancia. Revista chilena de pediatría79, 37-45.