Charge mentale ménagère : le travail invisible des femmes

29 novembre 2019
Beaucoup de couples pensent qu'ils répartissent les tâches ménagères de manière équitable. Cependant, c'est souvent la femme qui porte l'entière responsabilité de la planification de ces tâches ménagères.

La partie du travail associée à la logistique et la planification des tâches ménagères et familiales de la maison est c’est qu’on appelle la charge mentale ménagère. Même si beaucoup de couples répartissent plus ou moins équitablement la réalisation des tâches du foyer, les femmes ressentent beaucoup plus les effets de la charge mentale que les hommes.

Il ne fait aucun doute que la situation sociale a changé en ce qui concerne l’équité et la participation des hommes aux tâches ménagères. En effet, les femmes participent aujourd’hui activement au revenu du couple. Par conséquent, les couples se répartissent plus facilement les tâches domestiques entre conjoints. C’est logique et équitable.

Cependant, si nous y regardons d’un peu plus près, nous constatons que cette répartition n’est pas aussi équitable qu’elle n’y paraît. Certes, la réalisation des tâches physiques est partagée. Cependant, le travail mental de planification, d’organisation et de gestion incombe presque entièrement aux femmes.

Qu’est-ce que la charge mentale ménagère ?

Le concept de charge mentale ménagère englobe tout le travail invisible nécessaire au bon fonctionnement des différents domaines de la vie familiale. C’est le fait de penser continuellement aux tâches à réaliser et sur la façon de les gérer. Anticiper, organiser et se souvenir des choses à faire représente un poids mental qui est source de fatigue.

Le partage des corvées

C’est la sociologue Susan Walzer qui a décrit ce terme dans son étude sur les différences existantes entre les sexes. Pour prendre réellement conscience de cette inégalité, nous devons commencer par faire la distinction entre les tâches physiques et mentales liées à la gestion du foyer.

Les tâches physiques :

  • Aller au supermarché.
  • Aller chercher les enfants à l’école.
  • Préparer le dîner.
  • Laver le linge.

Les tâches mentales :

  • Réaliser que le dentifrice est presque fini et prévoir d’en acheter avant qu’il n’y en ait plus.
  • Se rappeler que notre enfant a une sortie éducative aujourd’hui et qu’il quitte donc l’école une heure plus tôt.
  • Planifier à l’avance ce que nous allons manger pour le dîner et penser à sortir les aliments du congélateur pour qu’ils soient décongelés à temps.
  • S’organiser pour faire une machine à laver le jeudi parce que le samedi nous avons un dîner. Il faut donc prévoir du temps pour que les vêtements que nous voulons utiliser puissent sécher.

Ce type de travail semble être un domaine presque exclusivement réservé aux femmes. Généralement, les hommes ne consacrent pas le même temps à ce processus mental. Et, s’ils le font, c’est le plus souvent dans le cadre de leurs propres activités professionnelles. Les femmes, quant à elles, pensent, organisent et planifient leurs vies professionnelles, sociales, familiales mais aussi celle des autres membres du ménage.

Comment détecter la charge mentale ménagère ?

Il est donc parfois difficile de réaliser que notre famille se trouve dans cette situation injuste. En raison d’une certaine inertie sociale, les femmes continuent à se voir attribuer la responsabilité du ménage. En effet, elles ont tellement intériorisé le fait que c’est un rôle qui leur incombe que parfois elles s’y identifient. Les femmes peuvent même trouver une certaine reconnaissance à prendre soin de la maison et de la famille.

C’est pourquoi, en premier lieu, il est nécessaire de prendre conscience que ce n’est pas seulement la responsabilité de la femme. Il serait juste que ces tâches soient également partagées. Ainsi, pourquoi ne pas écrire pendant une semaine les tâches du foyer que les deux conjoints ont en tête ? Puis les comparer.

La charge mentale ménagère

Ce petit exercice peut nous donner une idée du poids associé à ce constant travail mental. C’est donc une bonne manière d’apporter les changements nécessaires à la dynamique familiale.

D’autre part, la fatigue mentale des femmes peut également être un signe avant-coureur du déséquilibre. La charge mentale est un poids important qui génère du stress, de l’anxiété et même des symptômes physiques. Par exemple, des maux de dos ou de tête fréquents.

Quelle est la solution ?

La façon d’alléger ce lourd fardeau est évidemment le partage. Mais il s’agit de le réaliser de manière réelle et efficace. Il n’est pas correct que l’homme accepte d’assumer certaines tâches mentales ménagères, puis qu’il les oublie et ne les exécute pas. L’idée n’est pas non plus que la femme laisse des instructions concernant les enfants, les repas ou les horaires à son conjoint chaque fois qu’elle quitte la maison.

Il est donc nécessaire que les deux époux s’engagent fermement à prendre soin de ce qui leur correspond. Tant physiquement que mentalement. Pour ce faire, une bonne stratégie peut consister à diviser les tâches par domaine. Par exemple, l’un des conjoints serait en charge de planifier et de préparer les menus et l’autre de s’occuper de l’école des enfants.

  • Walzer, S. (1996). Thinking about the baby: Gender and divisions of infant care. Social Problems43(2), 219-234.
  • López, S. T., Calvo, J. V. P., Menéndez, M. D. C. R., García, C. M. F., & Martín, S. M. (2010). Hacia la corresponsabilidad familiar: » Construir lo cotidiano. Un programa de educación parental ». Educatio Siglo XXI28(1), 85-108.