Comment les bébés perçoivent-ils les couleurs ?

· 13 mars 2018
Le saviez-vous ? Les bébés ne perçoivent pas les couleurs comme nous, les adultes. Une étude de l'université du Sussex nous explique les différentes phases que traverse un enfant jusqu'à percevoir les couleurs comme un adulte.

Un enfant commence à parler entre dix-huit et vingt-quatre mois. Mais les mots qu’ils balbutient à cet âge ne nous suffisent pas pour comprendre ce que le Laboratoire des Bébés de l’université du Sussex, en Angleterre, essaye de déchiffrer dans le cadre du Projet Rainbow.

Ce projet a pour but, entre autres choses, de comprendre la manière dont les bébés perçoivent les couleurs. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ils ne voient pas tout simplement en noir et blanc. Aux yeux d’un bébé, le monde ne cesse de changer. A la naissance, ils voient tout flou. Leur acuité visuelle s’élève à seulement 5% par rapport à celle d’un adulte.

Même si l’enfant voit, cela ne signifie pas qu’il voit très bien. Les premiers mois, sa vision est très limitée. A mesure que le temps passe, il distingue plus de couleurs. Sa vision se clarifie et se focalise. C’est pour cette raison qu’on voit souvent les nouveau-nés loucher. Ils voient bien à trente centimètres, mais ils ne sont pas capables de faire la mise au point sur des objets ou des personnes plus éloignés.

La vision stéréoscopique, qui nous permet de percevoir les informations visuelles en trois dimensions, n’est pas encore développée chez l’enfant. Ils sont incapables de percevoir la profondeur de champ. Cela signifie qu’ils voient tout en deux dimensions. Il est intéressant de noter qu’au bout de quelques mois, ils discernent bien les visages à trente centimètres, c’est-à-dire la distance approximative entre la poitrine et le visage de la mère.

Les bébés voient en deux dimensions.

La vue est un sens qui se développe avec le temps

Si l’être humain voit le monde en couleurs, c’est grâce aux cellules spécialisées de la rétine, qu’on appelle des cônes. Il en existe trois sortes. Même si les bébés naissent avec les trois types de cônes, ces cellules spécialisées ont besoin de temps pour se développer et pour que le cerveau comprenne les signaux qu’elles lui envoient.

A deux mois, les bébés sont capables de distinguer le rouge et le vert. Un peu plus tard, ce sont le bleu et le jaune qu’ils commencent à percevoir. Dans tous les cas, il faut que les couleurs soient saturées et voyantes. S’il s’agit d’un vert pâle, le bébé ne sera pas capable de le percevoir. En revanche, il remarquera un vert très intense.

Avec l’aide de quatre cents bébés âgés de quatre à six mois, et plus de trois ans de recherches, les chercheurs sont arrivés à la conclusion qu’à quatre mois, les bébés perçoivent toutes les teintes de vert comme si c’était la même couleur. Un adulte, lui, saurait distinguer un vert d’eau d’un vert foncé.

Des progrès technologiques pour voir les couleurs

Il n’aurait pas été facile d’obtenir toutes ces informations sur les bébés sans l’aide de la technologie. Les enfants étaient installés devant un écran d’une certaine couleur, avec un cercle d’une autre couleur au milieu. On captait alors les reflets de la cornée et la position des pupilles.

Les couleurs les plus vives captaient mieux l'attention des enfants.

Les chercheurs essayaient de voir si le regard du bébé se dirigeait vers le point central de l’écran. En changeant la saturation des couleurs, ils se sont rendu compte que les couleurs les plus vives captaient mieux l’attention des enfants. Quand l’enfant cessait de prêter attention au point central, les couleurs changeaient.

Mais ce n’est pas la seule brillante idée de ces chercheurs. Quand le petit participant se lassait de l’expérience, l’écran diffusait des dessins animés pour capter de nouveau son attention.

Les résultats de cette expérience menée par ces experts de la vision des couleurs chez les bébés ont permis de développer des jouets, des spectacles et des séries télévisées mieux adaptés aux plus petits. Bien sûr, ils font aussi progresser les recherches sur les déficiences visuelles.

La capacité de distinguer les couleurs pâles s’améliore avec le temps. Certains doutes demeurent : on ne sait pas si toutes les couleurs doivent être saturées pour être perçues par les yeux des bébés. Par exemple, on ne sait pas si le bébé distingue mieux un bleu ciel qu’un rose pâle, et vice versa.