Quels sont les aspects psychologiques de la puerpéralité ?

· 9 février 2018
La puerpéralité psychologique est un processus psycho-émotionnel que chaque mère doit traverser pour se redécouvrir, se transformer et se retrouver émotionnellement avec son bébé.

La puerpéralité est définie comme l’étape qui débute lorsque le placenta est expulsé. Elle se poursuit jusqu’à ce que l’utérus et le reste du système reproducteur féminin se rétablissent après l’accouchement. Ou alors, jusqu’à ce que la première menstruation apparaisse. Autrement dit, quand on parle de puerpéralité, on parle habituellement en termes physiques et physiologiques. Cependant, nous ne devons pas oublier que les aspects psychologiques de la puerpéralité sont d’une importance vitale.

La période post-partum ou puerpéralité est un processus d’adaptation physiologique et sans doute psychologique. La femme qui vient d’accoucher doit s’habituer à une nouvelle étape où elle n’est plus enceinte. Cependant, elle n’est plus la même qu’avant la grossesse. Il y a tellement d’aspects psychologiques autour de cette étape – parfois négligés ou même inconnus. Certains parlent de puerpéralité psychologique en soi.

Ainsi, la puerpéralité psychologique n’est rien de plus que tout le processus psycho-émotionnel que doit traverser la mère pour se redécouvrir, se transformer et se retrouver émotionnellement avec son bébé.

À quoi nous adaptons-nous ?

Avoir un bébé transforme la vie, la routine et bien sûr le corps d’une femme. Votre corps change radicalement et cela se reflète dans une vague d’hormones incontrôlées qui causent un excès de sensibilité émotionnelle. Cela peut se manifester par des sautes d’humeur ou de l’intensité dans l’expression de la colère, la tristesse, la joie, etc.

Les aspects psychologiques de la puerpéralité sont inconnus mais d'une grande importance.

Ces aspects psychologiques de la puerpéralité, loin d’être un problème, sont une nécessité. En effet, à ce stade, tous vos sens seront ouverts pour connaître votre bébé et ses émotions et ainsi mieux répondre à ses besoins.

À aucun moment de la vie, un être ne dépendra plus de vous que pendant la première année de la vie de votre enfant. Cela peut être vraiment épuisant, surtout avec un corps endolori par l’accouchement. Un bébé est une tempête de besoins à satisfaire 24 heures par jour. Et cela vous forcera souvent à mettre de côté vos propres besoins, en particulier ceux de la faim et du sommeil.

Écoutez votre bébé et apprendre à le connaître en profondeur prendra du temps. Apprendre à déchiffrer les pleurs, quand le nourrir ou savoir comment et dans quelle position l’endormir sera un défi auquel vous devrez faire face. C’est un processus de liaison qui exige du temps et de la concentration de la part des deux.

Si l’on y ajoute que la vie continue et que vous devez faire le ménage, recevoir des visites, vous occuper des enfants plus grands ou retourner au travail, il est compréhensible que la plupart des femmes éprouvent un sentiment de tristesse comme le baby blues ou se sentent débordées psychologiquement.

D’abord, les situations sociales et de famille auxquelles chaque femmes doit faire face sont différentes. De plus, chaque femme a différents outils émotionnels pour les affronter. Alors, la puerpéralité psychologique (ou les aspects psychologiques de la puerpéralité) ne dispose pas d’une durée définie. Mais en général ce processus d’adaptation peut durer entre un et deux ans.

Comment gérer les aspects psychologiques de la puerpéralité ?

Le soutien et la compréhension du compagnon et de la famille sont essentiels pour retrouver notre équilibre et en sortir triomphantes. Aussi, pour vous aider dans ce processus, nous voulons vous laisser les recommandations suivantes :

  • Trouver des informations et vous préparer à la naissance. Cela ne se réfère pas seulement à l’achat de vêtements et de meubles pour bébés. Il est important que vous vous imaginiez dans votre nouvelle routine et anticipiez les situations de la vie quotidienne. (Par exemple, penser à qui va cuisiner, qui prendra soin de vos enfants plus âgés les premiers jours après l’accouchement. Vous informer sur le processus de l’allaitement ou les problèmes les plus communs des nouveau-nés).
  • Accepter toute l’aide que vous offrent les amis et la famille. La puerpéralité n’est pas le moment d’essayer de vous prouver à vous-même ou à quelqu’un d’autre que vous pouvez tout faire. Avoir un réseau de soutien est très important et peut faire une grande différence dans la façon dont vous approchez la puerpéralité.
  • Appliquer la règle d’or de la puerpéralité : « si bébé dort, maman dort ». Profitez de toutes les opportunités que vous avez pour vous reposer. De plus, votre partenaire peut vous aider avec les tâches ménagères et gérer les visites afin que vous ne perdiez pas ces moments précieux.
  • Exprimer vos sentiments, vous détacher. Parlez avec votre partenaire pour l’aider à vous comprendre. Ou sinon, entrer en contact avec des personnes qui traversent la même étape pour partager vos expériences.
Pendant la puerpéralité, il est essentiel de se décharger émotionnellement avec un(e) ami(e).

Un conseil supplémentaire pour gérer la puerpéralité psychologique

  • Rechercher et demander de l’aide spécialisée si vous en avez besoin. Toutes les femmes éprouvent beaucoup de changements émotionnels. Cependant, dans certains cas , il est essentiel de rechercher un soutien professionnel à temps pour éviter de tomber dans des problèmes tels que la dépression post-partum.

« En général, ce processus d’adaptation peut durer entre un et deux ans »

Tout processus de transformation teste nos outils émotionnels. Cela est dû au fait qu’il implique de devenir quelqu’un de différent. Cependant, gardez à l’esprit qu’être une mère est la meilleure opportunité pour grandir personnellement, mûrir et se renouveler. Avec du repos, un soutien émotionnel et les informations nécessaires, vous y arriverez.