Allaiter réduit les douleurs de la césarienne

· 23 juillet 2018
Il est connu qu'allaiter donne au bébé le lait maternel, la fontaine nutritionnelle la plus importante et adaptée aux nouveaux nés pendant les premiers mois de leurs vie. De plus, cela réduit la douleur liée à l'accouchement par césarienne.
Les effets produits par l’allaitement sur les douleurs liées à la césarienne que peuvent ressentir certaines mères après l’accouchement sont très peu connus.

Les statistiques révèlent que l’accouchement par césarienne est de plus en plus fréquent. Ils représentent 25% des naissances aux Royaume-Uni, aux Etats-Unis et au Canada.

Mais au moins 1 mère sur 5 qui choisit cette option est affectée par des douleurs chroniques pendant plus de trois mois suivant l’accouchement. Néanmoins, une étude récente a démontré que l’allaitement peut fonctionner comme antidote à cette douleur.

Comment conclure que l’allaitement réduise les douleurs de la césarienne ?

de cesárea 1

Les résultats ont été obtenus après des recherches menées par le docteur Carmen Alicia Vargas Berenjeno et ses collègues de l’Hôpital Universitaire de Notre Dame de Valme, à Séville en Espagne.

Cette étude s’intéresse au cas de 185 mères qui ont subi une césarienne dans cet hôpital de Séville entre janvier 2015 et décembre 2016.

Pour établir ces résultats, les auteurs ont interviewé les mères sur le thème de l’allaitement et du niveau des douleurs chronique ressenties dans les 24 et 72 heures qui suivent l’accouchement par césarienne, et de nouveau quatre mois plus tard.

En accord avec l’équipe de recherche, 87% des mères rencontrées ont allaité leur bébé mais seulement 58% d’entre elles leur ont donné le sein pendant deux mois ou plus.

Les découvertes ont également révélé que 23% des mères qui ont allaité leur enfant pendant deux mois ou moins ont expérimenté des douleurs chroniques au niveau de leur cicatrice pendant quatre mois suivant l’opération, contrairement à celles qui ont allaité pendant plus longtemps.

A l’inverse, à peine 8% de celles qui ont donné le sein pendant deux mois et plus, ont reporté ces douleurs chroniques.

Allaiter plus longtemps réduit les douleurs post-césarienne.

Les résultats ont mis en évidence que les mères qui allaitent leurs bébés pendant au moins deux mois suivant l’intervention ont trois fois moins de probabilités de ressentir de douleurs persistentes.

Votre sein est un cordon ombilical qui n’a jamais été coupé.
 – Anonyme –

A ce sujet, la chercheuse Carmen Vargas a écrit : « Ces résultats indiquent qu’allaiter pendant plus de deux mois protège des douleurs chronique à la suite d’une césarienne. Le risque des douleurs chroniques est multiplié par trois si l’allaitement n’est maintenu que pour deux mois ou moins. »

L’équipe d’experts également envisage également deux autres raisons valables, à l’issue des résultats de la recherche, pour encourager les femmes à allaiter.

Basés sur les données obtenues par les chercheurs, ces derniers affirmes que les femems ayant eu une éducation universitaire ont une moindre  propension à subi ces douleurs chroniques que les femmes de plus bas niveau scolaire.

De plus, 54% des mères qui allaitent ont indiqué souffrir d’angoisse. Il convient de noter que bien que cette étude n’ait pas été conçue pour prouver des relations causales, les chercheurs ont déclaré que l’anxiété pendant l’allaitement peut influencer les chances de souffrir de ces douleurs chroniques.

Allaitement après la césarienne
L’allaitement contre le cancer de l’endomètre

Des recherches en Australie ont également confirmé que l’allaitement favorise la santé de la mère. Il protège non seulement des douleurs chroniques dans les cas de césarienne mais également des risques de développement du cancer de l’endomètre.

Une autre étude, cette fois réalisée par l’institut de Recherche Médicale Berghofer QIMR à Brisbane en Autralie, indique que donner le sein pendant 6 mois peut réduire le risque de cancer de l’endomètre.

Les experts ont analysé des études effectuées aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Chine et en Autriche. Il s’avère que les facteurs qui peuvent influer sur le risque d’apparition du ce cancer, sont l’âge, l’origine, l’éducation, l’utilisation de la pilule anti-contraceptive, les phases de la ménopause, la date de la dernière grossesse et l’indice de masse corporelle.

Ainsi les scientifiques ont observé que les femmes qui ont allaité ont une meilleur protection face au cancer.

« Les résultats ne sont pas seulement dévoilés pour inciter les femmes à allaiter mais également pour que la société  comprenne les bénéfices de l’allaitement pendant une période relativement longue. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que les femmes qui ne peuvent pas allaiter vont nécessairement développer ce cancer » indiquent les chercheurs.