Alimentation et eczéma chez les bébés

Découvrez le lien entre l'alimentation et l'eczéma chez les bébés, et comment le prévenir.
Alimentation et eczéma chez les bébés

Dernière mise à jour : 05 février, 2021

Saviez-vous que 20 % des enfants présentent souvent de l’eczéma ? C’est la maladie inflammatoire de la peau la plus courante dans cette tranche d’âge. Elle est également liée au risque de développer une allergie alimentaire, de l’asthme ou une rhinoconjonctivite.

C’est pourquoi nous allons vous dire comment l’alimentation a une influence sur l’eczéma chez les bébés. N’oubliez pas qu’elle est également connue sous le nom de dermatite atopique.

En ce sens, la pollution de l’environnement causée par la circulation et le tabagisme augmente le risque d’eczéma. En outre, cela accroît la probabilité d’infection. Il en va de même pour les acariens et le pollen.

Le traitement implique l’utilisation de médicaments, de crèmes et d’huiles à usage topique mais aussi le retrait des allergènes concernés. Il varie en fonction de la gravité des symptômes, il est donc essentiel de consulter un professionnel spécialisé.

Ainsi, suivant la diversité des approches, l’Académie européenne de dermatologie et de vénérologie a publié un consensus en 2018.

Alimentation et eczéma chez les bébés

Dermatite sur le corps d'un enfant.


Les bienfaits des oméga-3 de notre alimentation sur l’eczéma

Les recherches ont commencé lorsqu’on a découvert que la quantité d’acide linolénique dans la peau est faible en raison d’un manque d’enzymes spécifiques. En retour, il leur manque la filigrane protéique, qui constitue la barrière protectrice de la peau. C’est une raison pour laquelle on peut avoir des infections à Staphylococcus aureus.

Selon la deuxième partie du consensus de l’Académie de dermatologie, les huiles d’onagre et de bourrache par voie d’administration orale ne présentent aucun avantage. Ils ne sont donc pas recommandés dans le cadre du traitement. Cependant, ils sont utiles par voie topique.

De plus, la prise de 5,4 grammes de DHA (acide docosahexaénoïque) pendant 8 semaines réduit la gravité de l’eczéma. En effet, ils ont un fort pouvoir anti-inflammatoire.

On trouve également des oméga-3 dans les poissons gras dont la consommation recommandée est de 2 fois par semaine. La consommation de noix et de graines est aussi riche en oméga-3. Pensez à les moudre pour éviter que votre enfant ne s’étouffe. N’oubliez pas non plus d’utiliser de l’huile d’olive vierge lorsque vous cuisinez.

La vitamine D, la clé de la prévention de l’eczéma chez les nourrissons

Bien que l’on ne sache pas si un manque de vitamine D est une cause ou une conséquence de la dermatite, la supplémentation a obtenu de bons résultats. D’une part, 90 % des enfants âgés de 1 an et plus réduisent l’occurrence des infections cutanées.

D’autre part, un faible taux de vitamine D pendant la grossesse augmente le risque de développer de l’eczéma chez l’enfant. Il est donc important de s’exposer au soleil pendant au moins 10 à 15 minutes par jour pour synthétiser la vitamine D.

La dose pour les nourrissons est de 1000 unités internationales (UI) de D3 par jour, tant que la mère ne donne pas de supplément. En outre, au fur et à mesure qu’ils prennent du poids, ils peuvent augmenter de 1000 en 1000 pour chaque 5 kilogrammes.

Les probiotiques sont-ils efficaces pour réduire l’eczéma chez les bébés ?

La plupart des recherches sur les probiotiques montrent des résultats prometteurs, en particulier pour le mélange d’espèces de Lactobacillus par rapport aux Bifidobactéries seules. Toutefois, les doses, la durée et les souches spécifiques recommandées n’ont pas encore été établies.

En outre, certaines souches comme le L.rhamnosus GG sont inefficaces lorsqu’elles sont administrées à titre préventif pendant les six premiers mois de la vie.

Allergies et eczéma : conséquences sur l’alimentation

Pour finir, on sait qu’il existe une relation positive entre l’eczéma et les allergies chez les bébés et les enfants. Cela n’implique pas que nous devions éliminer de notre consommation des aliments tels que les produits laitiers et les œufs. Ou même des noix ou des cacahuètes. Les principales raisons de cette affirmation sont les suivantes :

  • La difficulté de maintenir le régime alimentaire à long terme.
  • Les rares preuves des avantages de leur élimination.
  • Le manque d’efficacité chez les enfants.
Une maman met de la crème sur le visage de son bébé pour l'hydrater.

De plus, un test d’allergie positif est requis pour arrêter de consommer la nourriture à laquelle on pense être allergique.

Compte tenu de cette relation, nous nous sommes demandé si le fait d’avancer ou de retarder l’introduction des aliments avait un effet sur l’augmentation de la prédisposition. Après enquête, il n’y a pas eu d’effet notoire, bien qu’il y ait une fenêtre entre les 4 et les 6 mois.

En résumé, à la moindre suspicion, consultez un dermatologue pour obtenir des conseils sur la façon de traiter la nourriture et l’eczéma chez les bébés.

Si vous savez quels aliments aggravent les symptômes de votre petit, consultez un diététicien-nutritionniste. Il vous expliquera le régime alimentaire à suivre le plus adapté à votre enfant.

Il est également important de bien hydrater votre bébé en lui donnant de l’eau à boire. Pour finir, il est aussi important d’utiliser des crèmes hydratantes spécialisée pour les peaux sensibles. Cela contribuera à améliorer la santé de la peau de votre bébé.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les caractéristiques et les soins de l’eczéma chez le bébé
Être parentsLisez-le dans Être parents
Les caractéristiques et les soins de l’eczéma chez le bébé

L'eczéma chez le bébé est une maladie qui affecte la peau des bébés et qui peut être prise en charge par des soins appropriés.



  • Wollenberg, A; Barbarot, S; Bieber, T; Christen-Zaech, S; Deleuran, M; Fink-Wagner, A  et al (2018) Consensus-based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part I. JEur Acad Dermatol Venereol, 32(5): 657-82.
  • Wollenberg, A; Barbarot, S; Bieber, T; Christen-Zaech, S; Deleuran, M; Fink-Wagner, A  et al (2018) Consensus-based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part II. JEur Acad Dermatol Venereol, 32(6): 850-78.
  • Dennin, M; Lio, P A (2017) Filaggrin and childhood eczema. Arch Dis Child, 102(12): 1101-02.
  • Schlichte, M J;Vandersall, A; Rajani Katta, R (2016) Diet and eczema: a review of dietary supplements for the treatment of atopic dermatitis. Dermatol Pract Concept, 6(3): 23-9.
  • Obbagy, J E; English, L K; Ping Wong, Y; Butte, N F; Dewey, K G; Fleischer, D M et al(2019) Complementary feeding and food allergy, atopic dermatitis/eczema, asthma, and allergic rhinitis: a systematic review. Am J Clin Nutr, 109 (S7): 890-934.
  • Cabana, M D; McKean, M; Caughey, A B; Fong, L; Lynch, S; Wong, A et al. (2017) Early Probiotic Supplementation for Eczema and Asthma Prevention: A Randomized Controlled Trial. Pediatrics, 140(3)
  • Waidyatillake, N T; Dharmage, S C; Allen, K J; Bowatte, G; Boyle, R J; Burgess, J A et al (2018) Association between the age of solid food introduction and eczema: A systematic review and a meta-analysis. Clin Exp Allrgy, 48(8): 1000-15.
  • Wei, Z; Zhang, J; Yu, X (2016) Maternal vitamin D status and childhood asthma, wheeze, and eczema: A systematic review and meta-analysis. Pediatr Allergy Immunol, 27(6): 612-9.
  • Mustapa Kamal Basha, M A; Abdul Majid, H; Razali, N; Yahya, A (2020) Risk of eczema, wheezing and respiratory tract infections in the first year of life: A systematic review of vitamin D concentrations during pregnancy and at birth. Plos One, 15(6).
  • Yang, W; Tu, R; Hu, Y; He, T; Zhang, W; Gu, L et al (2019) Probiotics supplement for the prevention of eczema in children: Study protocol for a meta-analysis and systematic review. Medicine, 98(34).