5 dynamiques de l’intelligence émotionnelle chez les enfants

· 9 novembre 2018
L'intelligence émotionnelle, un aspect souvent négligé, est l'un des facteurs principaux qui affectent le bien-être de la personne ainsi que le développement et la maturation optimale de l'enfant.

L’intelligence émotionnelle est un des aspects centraux du développement intégral d’une personne. Elle peut se travailler de différentes façons et dans différents domaines : la maison, l’école ou avec des professionnels, entre autres. Voici cinq dynamiques de l’intelligence émotionnelle chez les enfants.

Tout d’abord, qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ? L’intelligence émotionnelle est la capacité de percevoir, d’assimiler et de contrôler nos propres émotions et celles des autres en développant notre intellect et notre état émotionnel.

Bien que l’intelligence émotionnelle ne figure pas souvent parmi nos priorités, comme peuvent l’être la capacité intellectuelle ou le bien-être physique, elle traverse une grande partie de nos vies.

Premièrement, parce qu’elle possède une relation directe avec le lien que nous établissons avec nous-mêmes et avec les autres personnes. Elle définit la perception de soi, le contrôle des sentiments et la manière d’affronter ces liens avec nos pairs.

De plus, cela établit également une façon de vivre et un style de communication propre, basés sur notre vision du monde, de nous-mêmes et des autres.

5 dynamiques de l’intelligence émotionnelle chez les enfants

Nous allons maintenant passer en revue certaines dynamiques d’intelligence émotionnelle chez les enfants afin que vous travailliez ensemble sur cette caractéristique si importante de la personnalité.

L'intelligence émotionnelle nous permet de savoir gérer et identifier nos émotions et celles des autres.

1. Les prénoms et les qualités

Sur une feuille de papier, on demande à l’enfant d’écrire son nom et son prénom. Ensuite, à partir de chacune des lettres qui les composent, on lui demande d’ajouter une caractéristique positive qui, selon lui, le définit. 

Par exemple, si l’enfant s’appelle Alberto, nous pourrions ajouter : aimable, loyal, bon, énergique, rieur, tolérant, ordonné.

Si le nom et le prénom sont trop longs, on peut en choisir un sur les deux pour ne pas exagérer la difficulté de l’exercice.

De l’autre côté de la feuille, on lui demande d’incorporer le prénom d’une personne importante dans sa vie. De plus, il doit ajouter des mots qui indiquent de quelle façon il l’a changé. Par exemple: amour, compagnie, aide, etc.

2. L’accusation

Voici une autre dynamique d’intelligence émotionnelle chez les enfants que nous développons. La maîtresse, la mère, la tutrice ou la responsable de l’activité doit présenter une situation hypothétique dans laquelle l’enfant est accusé d’un mauvais comportement

Cela peut être à travers une histoire (pour rendre l’exercice plus impersonnel) ou se baser sur un manque supposé de loyauté envers un ami, pour ne citer que deux exemples.

Une fois la situation exposée, l’enfant doit rédiger une réponse dans laquelle il répond comment il réagirait face à cette accusation. Puis, vous pouvez classer les réponses positives et négatives et discuter collectivement sur les raisons pour lesquelles les premières sont meilleures.

3. Une liste des émotions

Dans ce cas, les enfants doivent dresser une liste d’émotions, de sentiments ou de sensations et les noter sur une feuille en papier. Il peut s’agir également d’un support numérique si cela est plus pratique.

Ensuite, l’adulte doit amener, individuellement ou en groupe, à ce que les enfants élaborent une définition de chacune des émotions citées.

Comme d’autres dynamiques de l’intelligence émotionnelle, celle-ci vise à identifier les sentiments et à faire comprendre à l’enfant le sens de ce qui se passe dans sa tête.

L'intelligence émotionnelle peut se travailler dès le plus jeune âge à travers des exercices et des situations où les émotions de l'enfant sont mises en jeu.

4. Les expressions du visage

C’est l’une des dynamiques d’intelligence émotionnelle les plus complètes pour les enfants. Tout d’abord, l’adulte dit avoir préparé des images avec des visages qui expriment des émotions. 

Un conseil utile : on peut profiter de la familiarité des enfants avec les « émoticônes » des téléphones, ayant la fonction de représenter des sentiments.

Cela peut se faire aussi dans l’autre sens : écrire l’émotion avec des mots et demander à l’enfant de l’exprimer avec des gestes.

A partir de là, il est possible de travailler sur l’identification d’un sentiment, l’énumération des autres sentiments qui peuvent l’accompagner et mettre des mots sur les moments où les enfants se sont senti ainsi.

5. L’expression artistique

L’art est l’un des canaux expressifs de l’être humain par excellence. Les enfants ne font pas exception. Pour cette activité, qui peut se dérouler seul ou en groupe, on demande aux enfants de s’exprimer en peignant sur une feuille de papier les émotions qu’ils sentent sur le moment.

Le contexte est extrêmement important pour ce travail. Il est conseillé de produire de la musique (si vous souhaitez encourager une sensation en particulier, choisissez un type d’accord). L’interaction ou la discussion entre les enfants (dans le cas d’un groupe) seront interdites.

Par la suite, nous pouvons générer un débat au cours duquel chaque participant explique son travail et les émotions qu’il a choisi de représenter, ainsi que les raisons de son choix.

Comme conclusion, nous pouvons attester que le fait de savoir différencier, gérer et résoudre nos émotions nous permet de mener une vie plus équilibrée d’un point de vue mental. 

Plus ces stratégies sont définies, plus nous sommes actifs et résolutifs. Travailler dès l’enfance sur l’intelligence émotionnelle est une excellente idée.