5 conseils pour prévenir les troubles alimentaires chez les adolescents

Depuis la maison, nous devons prévenir l'apparition de troubles alimentaires chez les adolescents. Les routines familiales, le style parental et la communication sont essentiels à cet égard.
5 conseils pour prévenir les troubles alimentaires chez les adolescents

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2022

L’adolescence est une étape critique dans le développement des troubles du comportement alimentaire (TCA). La pression sociale, la faible estime de soi, le besoin d’intégration ou les difficultés à gérer ses émotions augmentent durant cette période et peuvent avoir des conséquences fatales. C’est pour cela que la prévention des troubles de l’alimentation chez les adolescents est l’une des tâches fondamentales qui doivent être effectuées à domicile.

La famille est un agent socialisant de premier ordre : elle transmet des valeurs et des habitudes et influence considérablement le mode de vie des jeunes. Les attitudes apprises concernant la nourriture, le corps, l’image et la santé physique et mentale peuvent fonctionner comme des facteurs de protection ou de prédisposition à ce type de trouble. Alors, comment pouvons-nous protéger nos jeunes ? Voici quelques règles de base.

Les troubles alimentaires chez les adolescents

Les adolescents représentent la population la plus vulnérable en termes de développement de troubles alimentaires.

En Espagne, on estime qu’entre 4,1 et 6,4 % des femmes entre 12 et 21 ans souffrent d’un trouble de l’alimentation, ainsi que 0,3 % des hommes. Mais, en plus, 70 % des adolescents ne sont pas à l’aise avec leur corps et un pourcentage élevé présente des comportements à risque qui peuvent conduire à un trouble dans le futur.

Ces données sont décourageantes, surtout si l’on tient compte du fait que les troubles du comportement alimentaire apparaissent de plus en plus tôt.

Au-delà d’une obsession de l’image corporelle, nous sommes confrontés à des syndromes complexes qui génèrent de grandes souffrances émotionnelles et mettent la santé des personnes en danger. Ces syndromes durent souvent des années et causent de graves problèmes physiques et émotionnels qui peuvent être irréversibles. La prévention est donc une priorité.

Pour les éviter, il faut d’abord savoir à quoi on a affaire. En effet, bien que les termes anorexie et boulimie soient généralement connus, tout le monde ne sait pas en quoi ils consistent. Les autres types de troubles de l’alimentation sont, pour leur part, méconnus.

Alors, si vous êtes parent d’un adolescent, le premier conseil est évident : informez-vous auprès de sources claires et fiables.

trouble de l'alimentation nausées vomissements anorexie boulimie

Comment prévenir les troubles alimentaires chez les adolescents ?

Au-delà de ce qui précède, il est important d’appliquer une série de lignes directrices et de principes dès le plus jeune âge de nos enfants. Rappelons que même si le groupe de pairs joue un rôle prédominant à l’adolescence, c’est à la maison que s’acquièrent les outils personnels les plus importants.

1. Aidez vos enfants à développer une bonne relation avec la nourriture

Le rapport à la nourriture commence à se développer dès la naissance, se poursuit avec l’allaitement et, plus tard, avec les aliments solides. Pour l’encourager à se développer de manière positive, il est important d’apprendre aux enfants que la nourriture est « l’essence » du corps et que bien manger est un acte d’amour envers son propre corps.

Ainsi, la priorité et la ligne de base doivent être la santé et non l’esthétique.

À cet égard, nous devons permettre aux enfants d’être attentifs à leurs signaux de faim et de satiété, et non les forcer à manger, les faire chanter ou les soudoyer avec de la nourriture.

De la même manière, les repas doivent être des moments agréables et détendus lors desquels il n’y a pas de conflits, de disputes ou de distractions (comme le téléphone portable ou la télévision).

2. Créez des routines et des habitudes familiales

Il a été démontré que les enfants qui ont l’habitude de manger en famille ont moins de risques de développer des troubles alimentaires que ceux qui ne le font pas.

L’heure du repas familial, d’une part, permet aux parents de montrer l’exemple en matière d’alimentation saine. Et, d’autre part, cela permet à toute la famille de partager le même menu et aux jeunes de ne pas opter pour des options néfastes. De plus, des échanges agréables lors de ces moments sont très positifs pour renforcer les liens familiaux.

Il est aussi très bénéfique de faire de l’exercice physique en famille de façon régulière. De cette manière, les soins personnels et les habitudes de vie saines sont promus de manière agréable et naturelle dès les premières années.

3. Construisez une forte estime de soi chez vos enfants

Une faible estime de soi constitue un facteur de risque majeur de développer des troubles alimentaires à l’adolescence.

Vos enfants doivent développer une estime de soi solide et constante, reconnaître leurs qualités, accepter leurs défauts et s’apprécier pour ce qu’ils sont, au-delà de leur apparence physique.

Cet amour inconditionnel envers eux-mêmes leur permettra de faire face aux pressions de groupe typiques de leur âge ainsi qu’aux mandats esthétiques promulgués par les médias et les réseaux sociaux.

4. Informez-les des risques

Bien que cela puisse sembler inutile, il est important de parler ouvertement avec les adolescents de ce qu’implique un trouble du comportement alimentaire. Il faut leur expliquer les symptômes, les causes et les conséquences car ils doivent connaître les grands risques qu’ils représentent pour la santé et comprendre que ce n’est pas un jeu.

Partager cette information avec eux peut les aider à reconnaître quand ils se trouvent dans une situation à risque et les encourager à demander de l’aide.

De même, nous devons prêter attention aux préoccupations et aux besoins de nos enfants. S’ils sont inquiets pour leur image ou leur poids, contactons des professionnels qui peuvent les aider individuellement.

5. Apprenez-leur à prendre soin de leur santé mentale pour prévenir les troubles alimentaires

mère embrasse son fils adolescent dans la cuisine à la maison

Enfin, il faut rappeler que les troubles de l’alimentation sont des conditions psychologiques. Ainsi, des problèmes d’anxiété ou de dépression, être victime d’intimidation ou traverser une période personnelle ou familiale compliquée peuvent agir comme des déclencheurs.

Il est essentiel d’apprendre à nos enfants à gérer leurs émotions, leur donner la confiance nécessaire pour s’exprimer et leur faire comprendre qu’ils peuvent compter sur nous pour tout ce qu’ils veulent. Et si cela ne suffit pas, faites appel à un professionnel.

Le style parental parental est lié à l’apparition de troubles alimentaires. Par conséquent, nous devons opter pour une éducation démocratique au lieu d’un style autoritaire, permissif ou indifférent.

Prévenir les troubles alimentaires chez les adolescents n’est pas toujours possible

Bien que les parents s’efforcent d’appliquer tous les principes ci-dessus, aucun adolescent n’est exempt de souffrir d’un trouble alimentaire à un moment donné. Ainsi, la détection précoce devient essentielle.

En tant que père ou mère, vous devez être conscient des signes et demander l’aide d’un professionnel dès les premiers instants. Laisser le trouble progresser ne fera qu’aggraver les répercussions sur la santé physique et mentale de vos enfants.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi est-il important de véhiculer des messages positifs sur le corps devant les enfants ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Pourquoi est-il important de véhiculer des messages positifs sur le corps devant les enfants ?

Il est important de toujours véhiculer des messages positifs aux enfants, d'autant plus lorsqu'il s'agit du corps et de son acceptation.



  • Losada, A. V. (2018). Trastornos de la Conducta Alimentaria y Estilos Parentales. Perspectivas Metodológicas, 21 (I), 89-112
  • Sociedad Española de Médicos Generales y de Familia. (2018, 30 de Noviembre). Los trastornos de la conducta alimentaria son la tercera enfermedad crónica más frecuente entre adolescentes. [Comunicado de prensa]. https://www.semg.es/index.php/noticias/item/326-noticia-20181130
  • Marfil, R., Sánchez, M. I., Herrero-Martín, G., & Jáuregui-Lobera, I. (2019). Alimentación familiar: influencia en el desarrollo y mantenimiento de los trastornos de la conducta alimentaria. Journal of Negative and No Positive Results4(9), 925-948.