5 clés pour aider les enfants à se dépasser

Un enfant qui apprend à se dépasser est capable de relever des défis sans peur et de poursuivre ses rêves et ses objectifs de manière saine. Voici comment aider votre enfant à développer le bon état d'esprit.
5 clés pour aider les enfants à se dépasser

Dernière mise à jour : 01 novembre, 2022

L’enfance n’est pas seulement une étape où l’on apprend à parler, à marcher, à faire des additions ou à lire. C’est une période sensible au cours de laquelle se déroule un autre type d’apprentissage de vie, lié aux ressources personnelles pour faire face à l’adversité. L’attitude que le petit adopte et sa vision du monde peuvent le mener au succès ou à l’échec, au bonheur ou à la tristesse. Il est donc important d’aider les enfants à se dépasser.

Cette force est essentielle au sein d’une parentalité respectueuse, puisque cette méthode éducative favorise l’autonomie et l’estime de soi des enfants. Les parents qui veulent renforcer cela devront éviter d’être surprotecteurs et être prêts à laisser leurs enfants trébucher, tomber et se relever, pour apprendre de leur expérience.

Si vous vous sentez identifié à cet objectif, nous allons vous dire comment y parvenir. Ne le manquez pas !

Comment aider les enfants à se dépasser ?

Lorsque vous encouragez votre enfant à se dépasser dès son plus jeune âge, vous contribuez au développement d’une estime de soi forte et solide, qui lui sera d’une grande utilité pour le reste de sa vie.

C’est seulement en acceptant les défis et en avançant que l’on apprend à croire en soi ; la flatterie et les compliments, sans cette partie, pratique sont vains.

Cela étant dit, nous allons vous apporter quelques clés pour que vous puissiez les mettre en pratique dès aujourd’hui avec vos bouts de chou. Prenez note !

Apprenez-leur à tolérer la frustration

Tolérer la frustration est l’une des tâches les plus difficiles pour les enfants car ils ont tendance à être impulsifs, spontanés et ont du mal à attendre la récompense. Ils veulent ce qu’ils veulent et le veulent maintenant : attendre ou accepter un « non » comme réponse est très difficile pour eux. Pour cette raison, les parents doivent les soutenir dans cette tâche, notamment en fixant des limites claires et cohérentes.

Dans tout processus d’apprentissage, l’enfant fera des erreurs, aura des tentatives infructueuses et verra qu’il n’atteint pas son but du premier coup. Savoir accepter cette réalité sans devenir excessivement frustré, se dépasser et persévérer l’aidera à réussir en temps voulu.

enfant aire de jeux école réconforte un autre camarade de classe stress tristesse
La tolérance à la frustration est une compétence très importante car elle nous encourage non seulement à nous améliorer mais nous empêche également d’abimer à notre estime de soi face à des échecs inévitables.

Oubliez le perfectionnisme car les erreurs font partie de l’apprentissage

En lien avec ce qui précède, il est important que l’enfant développe une vision positive de l’erreur au sein de ce processus. Dans les familles qui favorisent le perfectionnisme, et dans lesquelles l’échec est quelque chose dont il faut avoir honte, les enfants sont souvent limités et paralysés.

Par peur d’échouer, d’être réprimandé ou de ne pas être « assez bon », de nombreux enfants choisissent de ne même pas tenter de relever des défis.

C’est ce que Carol Dweck a appelé la mentalité  fixe : l’idée qu’une personne est comme elle est et ne peut pas s’améliorer. Ainsi, certains enfants préfèrent ne pas tester leur intelligence ou leurs capacités par peur d’échouer.

Au lieu de cela, les enfants qui développent une mentalité de croissance savent que l’échec est une étape nécessaire dans l’apprentissage : cela ne les effraie donc pas. Ils savent parfaitement que c’est l’effort qui leur fera améliorer leurs compétences.

Offrez-leur des tâches stimulantes mais abordables pour se dépasser

Si nous voulons aider les enfants à s’améliorer, nous devons leur permettre d’expérimenter, de pratiquer et de se tester. Ils doivent avoir des tâches et des responsabilités à la maison, selon leur âge, qu’ils peuvent apprendre et réaliser au jour le jour.

Des activités simples comme s’habiller seuls, mettre la table pour le petit-déjeuner ou arroser les plantes les aident à se sentir utiles et compétents. Ainsi, ils peuvent devenir des individus déterminés et autonomes.

La devise devrait être « ne faites pas pour votre enfant ce qu’il sait déjà faire », car vous le priveriez ainsi de la possibilité de se prouver de quoi il est capable.

Cela dit, choisissez des tâches qui ont un niveau de difficulté approprié : assez élevé pour les motiver à relever le défi, mais pas complexe au point d’empêcher leur exécution et de mener à la frustration. Pour cela, tenez compte de l’âge de votre enfant et de ses connaissances antérieures et accompagnez-le dans ses premiers essais.

Valorisez le processus et non le résultat

De nombreuses familles commettent l’erreur de se focaliser uniquement sur les résultats de leurs enfants : la qualité du dessin qu’ils ont réalisé, la justesse des acrobaties qu’ils ont apprises ou encore les notes qu’ils ont obtenues. Cependant, comme on peut s’en douter, les premières fois qu’un enfant essaie quelque chose, il n’obtient pas les meilleurs résultats.

Si ses efforts, son intérêt et le processus qu’il a suivi pour arriver là où il est ne sont pas valorisés, il voudra probablement abandonner et jeter l’éponge au premier échec. Pour cette raison, il est important de s’habituer à observer et apprécier les étapes précédentes, et pas seulement l’objectif final.

Lorsque vous voyez que votre enfant s’est beaucoup entraîné ou a étudié régulièrement mais que les résultats ne sont pas ceux attendus, valorisez-le, complimentez-le et récompensez cet effort.

Rappelez-leur que la seule compétition est avec eux-mêmes

Enfin, pour aider les enfants à progresser, il faut les aider à comprendre qu’ils ne sont pas en compétition avec les autres mais avec eux-mêmes. Pour cela, évitons de les comparer à leurs frères/sœurs, cousins ou camarades et prenons comme référence leurs propres versions précédentes.

S’il n’a pas pu résoudre un problème hier et l’a résolu aujourd’hui, c’est bien l’exploit qu’il faut fêter : il ne faut pas souligner qu’un autre enfant a réussi en moins de temps.

Ainsi, encouragez votre enfant à apprécier et valoriser chacune de ses petites victoires et à s’en souvenir chaque fois qu’il doute de ses capacités à relever un nouveau défi. S’il a réussi à se dépasser dans le passé, il pourra le refaire à l’avenir.

échelle coup de crayon écolier propre chemin objectifs d'amélioration personnelle
Rappelez chaque jour à votre enfant que ses objectifs doivent se baser sur son propre parcours et non sur les réalisations ou les temps des autres.

Apprendre aux enfants à se dépasser, c’est former des adultes sains et capables

Dans une large mesure, l’enfance est un terrain d’entraînement pour les compétences de vie. Dans un environnement sécuritaire et avec la supervision et le soutien des parents, les petits sont « formés » à relever chaque jour de nouveaux défis afin d’atteindre leurs objectifs. Si cela est exploité, le résultat sera une solide estime de soi et une forte confiance en soi, à la fois aujourd’hui et dans la vie adulte.

Ainsi, apprendre à s’améliorer dès l’enfance est une habitude qui nous rapproche du succès, de la réalisation de soi et du bonheur. N’hésitez pas à favoriser cet apprentissage chez vos enfants dès leur plus jeune âge. Ils vous remercieront quand ils seront adultes !

Cela pourrait vous intéresser ...
Transmettre aux enfants le désir de se dépasser
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Transmettre aux enfants le désir de se dépasser

Dès le plus jeune âge, l'enfant est confronté à la frustration. Comment lui transmettre le désir de se dépasser pour atteindre ses rêves et ses obj...



  • Dweck, C. (2015). Carol Dweck revisits the growth mindset. Education Week35(5), 20-24.
  • Gunderson, E. A., Gripshover, S. J., Romero, C., Dweck, C. S., Goldin‐Meadow, S., & Levine, S. C. (2013). Parent praise to 1‐to 3‐year‐olds predicts children’s motivational frameworks 5 years later. Child development84(5), 1526-1541.