4 aliments qui présentent un risque d'étouffement

Nous allons ici vous montrer quels sont les aliments qui peuvent provoquer l'étouffement chez les jeunes enfants afin que vous évitiez de leur en proposer.
4 aliments qui présentent un risque d'étouffement

Dernière mise à jour : 29 avril, 2022

Certains aliments présentent un risque élevé d’étouffement et doivent donc faire l’objet d’une attention particulière jusqu’à ce que le réflexe de déglutition de l’enfant soit totalement efficace. En effet, une inattention au moment de nourrir l’enfant pourrait mettre en danger la vie de ce dernier.

Afin de ne pas faire d’erreurs à ce sujet, il convient de lire attentivement les tableaux d’introduction des aliments dans le cadre de l’alimentation complémentaire.

De plus, il faut adapter les présentations et les préparations de certains aliments « dangereux » pour ne pas avoir à s’en passer totalement. Il est à noter qu’une carence nutritionnelle ou énergétique à ce moment de la vie pourrait également affecter l’organisme et la santé de l’enfant.

Aliments qui présentent un risque d’étouffement

L’alimentation complémentaire est un moment d’apprentissage. C’est le premier contact avec le monde culinaire et la porte d’entrée vers des habitudes saines.

Laisser les petits expérimenter avec leurs mains et découvrir par eux-mêmes leurs goûts et leurs préférences est un excellent stimulant. Cependant, cela demande beaucoup d’attention, de dévouement et de présence de la part des parents ou des personnes qui aident, tant dans la préparation des repas qu’au moment de les offrir aux enfants.

Nous allons ici vous montrer quelques aliments qui présentent un haut risque d’étouffement. Beaucoup d’entre eux ne devraient pas être proposés aux enfants avant l’âge de 4 ou 5 ans pour éviter tout accident. Néanmoins, d’autres peuvent être inclus dans l’alimentation si l’élaboration et la manière de les offrir aux plus petits sont adaptées. Prenez note !

L'alimentation complémentaire des morceaux de morceaux de nourriture douce pas de bouillie bébé six mois blw
L’introduction de la nourriture est un processus qui doit se faire avec dévouement de la part des tuteurs, que ce soit dans la sélection ou la préparation et l’offre alimentaire.

1. Fruits secs entiers

Les fruits secs sont des aliments de haute qualité car ils contiennent des protéines et des graisses essentielles pour maintenir une bonne santé. Il a été démontré que certaines de ces dernières, comme les huiles oméga-3, soutiennent le fonctionnement du système cardiovasculaire et réduisent l’inflammation.

Cependant, en raison de leurs caractéristiques organoleptiques, les fruits secs entiers peuvent provoquer très facilement l’étouffement. Étant donné qu’il s’agit d’aliments durs, ils sont difficiles à mâcher et à manipuler dans la bouche. Surtout si l’on pense à un nourrisson.

Pour éviter ce problème sans perdre leurs nutriments, vous pouvez choisir de faire des préparations adaptées, comme des crèmes de fruits secs, ou les broyer et inclure leur farine dans un gâteau.

Une dernière information sur les fruits secs est qu’ils sont assez allergènes et, pour cette raison, on doit les inclure dans l’alimentation des bébés avec certaines précautions. Consultez votre pédiatre avant de les incorporer afin qu’il puisse vous conseiller au mieux.

2. Bonbons gélifiés

En raison de leur taille, de leur consistance et de leur texture, les bonbons gélifiés et les chewing-gums peuvent provoquer l’étouffement des tout-petits. De plus, ce sont des produits qui n’apportent aucun bénéfice en termes de nutriments. En effet, ils contiennent une quantité excessive de sucres simples, ce qui augmente le risque de pathologies métaboliques lorsqu’on les consomme fréquemment.

Notre recommandation est de les éviter autant que possible et, si vous les offrez à vos enfants, surveillez-les pendant qu’ils les mangent.

3. Carotte crue

Les aliments proposés sans cuisson doivent avoir une consistance molle, pour être mâchés facilement par les plus petits avant d’être avalés.

Certains aliments, comme les carottes ou les pommes crues, ainsi que les morceaux de viande durs, demandent beaucoup de coordination des structures de la bouche et un énorme travail musculaire pour réaliser le bol alimentaire. Cela fatigue les enfants qui essaient d’avaler avant l’heure, ce qui augmente le risque que ces morceaux de nourriture se retrouvent coincés dans les voies respiratoires.

Pour éviter les complications, proposez ces légumes cuits (à la vapeur ou bouillis) pour les ramollir et, dans le cas de la viande, optez pour des coupes plus tendres et moins filandreuses.

4. Raisins

Les fruits sont recommandés dans l’alimentation dès le premier instant. Cependant, certains d’entre eux peuvent favoriser l’étouffement, du fait de leur rondeur, de leur petite taille ou de la présence de graines à l’intérieur. Par exemple, les raisins, les petits pois et les tomates cerises.

Pour éviter ce problème, on peut les proposer épluchés, coupés en deux et sans pépins.

En plus d’éviter les aliments potentiellement dangereux, il est essentiel que les parents connaissent les techniques de premiers secours.

Attention aux aliments qui présentent un risque d’étouffement !

Comme vous l’avez vu, il existe un certain nombre d’aliments présentant un risque d’étouffement avec lesquels il faut être prudent, afin de ne pas mettre en danger la santé de vos enfants. Selon les cas, il est préférable de les éviter ou de les adapter jusqu’à ce que les enfants soient capables de les manipuler correctement en bouche.

Pour finir, gardez à l’esprit que lorsque l’objectif est de prendre soin du bon fonctionnement de l’organisme , il est nécessaire de proposer un schéma alimentaire varié, complet, et avec une prédominance d’aliments frais. Ceux-ci contiennent des nutriments de haute qualité qui peuvent bénéficier au développement et à la croissance de vos enfants, bien plus que vous ne le pensez.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 aliments pour commencer l’alimentation complémentaire
Être parents
Lisez-le dans Être parents
6 aliments pour commencer l’alimentation complémentaire

Commencer correctement l'alimentation complémentaire est essentiel pour assurer le bon développement et la croissance des tout-petits.