3 défis de l’allaitement

· 4 novembre 2017

Au cours de la période d’allaitement, il peut se passer beaucoup de choses qui sont de vrais challenges à relever : les défis de l’allaitement. Tout n’est pas rose pendant cette étape, même quand on sait que c’est une étape merveilleuse. Le corps de la femme se prépare pour faire face à la plupart des défis de la maternité, mais parfois, le corps va jusqu’à des limites extrêmes.

L’allaitement étant la façon naturelle de nourrir son bébé et son seul aliment, ce n’est pas quelque chose que l’on peut facilement éviter. Mais dans certaines occasions, des défis extrêmement difficiles se présentent, qui peuvent pousser la mère à abandonner l’allaitement avant la fin de la période habituelle.

Il ne s’agit pas seulement d’une aptitude que l’on acquiert avec la pratique ou qui est innée. En réalité, on ne sait jamais comment notre corps va réagir et quels problèmes nous risquons d’avoir.

Au cours de la période d’allaitement, la mère peut avoir à faire face à des contretemps. Cependant, tous les obstacles doivent être surmontés pour pouvoir continuer à alimenter le petit. Parmi les défis de l’allaitement les plus importants à relever, vous pourriez rencontrer les suivants :

Les obstacles à surmonter quand on allaite

Une production insuffisante de lait

Poches et biberons de lait maternel dans un réfrigérateur

Avoir une production insuffisante de lait est un problème plutôt commun. Même si notre organisme s’est préparé pendant des mois à cette tâche, il arrive un moment où il n’est plus possible de produire la quantité de lait dont le bébé a besoin. À ce moment-là, il faut trouver des solutions à temps, afin que le bébé n’ait pas de carences nutritionnelles.

Pour augmenter la quantité de lait que notre corps produit, il faut d’abord s’ajuster à la quantité dont le bébé a besoin. Il peut arriver que nous ne nourrissions pas le bébé assez fréquemment. Et en fait, le seul signal que le corps reçoit pour commencer à produire plus de lait, c’est quand les seins sont vides. Il faut donc qu’ils le soient souvent.

Attention, une chose que l’on ne sait pas souvent, c’est que lorsque l’on utilise un extracteur, les seins ne sont pas entièrement vidés. C’est pour cela que la meilleure façon de réactiver la production est bien de nourrir davantage le bébé. Parfois, il va falloir stimuler en bien plus grande quantité la production de lait. Dans ce cas, on peut se voir prescrire des suppléments nutritionnels.

Entre la troisième semaine et la sixième semaine après la naissance, le corps s’adapte aux besoins du bébé. C’est pour cette raison que l’on peut observer que les seins sont plus mous et moins pleins. Cela peut inquiéter les mamans, mais pas de préoccupation, c’est un simple processus d’ajustement.

Il peut aussi arriver que la prise de certains contraceptifs fasse diminuer la production de lait. Dans ce cas, il est recommandé de changer de méthode contraceptive et d’en choisir une sans hormones, comme les préservatifs, ou d’utiliser un diaphragme.

La congestion

Une femme appuie sur son sein congestionné par l'allaitement

La congestion mammaire se produit lorsque le sein est trop plein de lait. En général, ce problème survient au cours de la première semaine d’allaitement. C’est le mauvais ajustement qui est à l’origine de ce problème et il faut réguler cela en fonction des besoins du bébé.

Toutefois, restez consciente que ce défi peut se présenter à n’importe quel moment de la grossesse. Pour que la congestion survienne, il suffit en fait qu’on arrête de pomper pendant un certain temps. Abandonner l’allaitement de façon prolongée amène les seins à être congestionnés de lait. C’est quelque chose de très douloureux et les seins deviennent très durs.

Pour soulager la douleur et traiter ce problème, il ne faut pas cesser d’extraire le lait. On peut le faire en allaitant ou en utilisant un extracteur. Ce moment difficile parmi les défis de l’allaitement n’est pas seulement douloureux, mais il peut aussi causer des complications. Par exemple, la production de lait risque de diminuer avec le temps, et les conduits de lait maternel peuvent être obstrués.

Il n’est pas difficile d’éviter la congestion, il suffit en fait d’allaiter fréquemment. Pour pouvoir faire cela, faites attention à bien planifier cette tâche avec anticipation. Parfois, on peut être amenée à se séparer de son bébé pendant un temps prolongé. Dans ces cas-là, il vaut mieux emmener un extracteur avec vous. Il est recommandé d’utiliser cet appareil quand on s’est déjà habituée à allaiter, et sans attendre que le sein se remplisse entièrement de lait.

D’autre part et dans la mesure du possible, essayez d’éviter de donner le sein quand il est trop congestionné. Si votre sein est très rond et dur, le petit peut avoir des difficultés pour téter. Quand cela arrive, essayez de pomper un peu de lait, avant de commencer la tétée.

Les douleurs dans les tétons, un des principaux défis de l’allaitement

La douleur dans les tétons est une véritable gêne. Elle se présente en général dès la première semaine d’allaitement. Dans la plupart des cas, le téton fait mal à cause d’un problème avec la façon dont le bébé tète. Par exemple, si le bébé n’arrive pas à prendre toute l’auréole dans sa bouche, cela peut être davantage douloureux.

Une femme se tient le sein douloureux

Il arrive que le téton soit abîmé ou même blessé si le petit n’en suce que l’extrémité. Si vous vous mettez dans la bonne position, vous pourrez en grande partie éviter la douleur et les morsures. Assurez-vous que le bébé ouvre suffisamment la bouche. Pour cela, vous pouvez introduire votre doigt dans sa bouche et la mettre dans la bonne position.

Quand des éraflures ou même des morsures apparaissent, ou que ça saigne, il est pratique d’utiliser des coussinets d’hydrogel, pour éviter que le soutien-gorge n’accroche le téton. Le lait maternel lui-même contient ce qu’il faut pour aider à la guérison du téton. Mais il est possible aussi d’utiliser des produits dédies à ce traitement.

Les principaux défis de l’allaitement surviennent dans les premières semaines. Avec le temps, l’ensemble du processus devient plus facile et on s’y habitue. Mais en cas de doute, n’hésitez pas à consulter votre spécialiste.