Syndrome des jambes sans repos : causes et traitement

· 16 avril 2019
Qu'est-ce le syndrome des jambes sans repos ? Il s'agit d'une pathologie qui touche les articulations inférieures des enfants et des adultes au repos. Bien que ce soit une situation minoritaire, il est important de suivre un traitement lorsque ce syndrome est présent.

Le syndrome des jambes sans repos est une pathologie d’origine neurologique. Celle-ci entraîne des gênes dans les membres inférieurs du corps au repos. Ce trouble reçoit également le nom de maladie de Willis-Ekbom et touche environ 3 % de la population.

Le malaise intense que provoque le syndrome des jambes sans repos nuit à la qualité du sommeil. La sensation de mal-être se soulage grâce à la réalisation d’exercice ou en marchant.

Causes et caractéristiques du syndrome des jambes sans repos

Le besoin de bouger les jambes au repos est le principal indicateur de cette maladie. Elle est certes plus fréquente à partir de quarante ans. On peut néanmoins en souffrir à tout âge sans distinction de sexe. En effet, les hommes comme les femmes peuvent en souffrir.

Par ailleurs, il existe une population plus propice à souffrir de ce syndrome. 20 % des patients en souffrent à cause d’une anémie, du troisième trimestre de grossesse ou en réponse à certains médicaments, entre autres.

L’origine précise de ce mal est un trouble des fonctions de la dopamine. Le dysfonctionnement de ce neurostransmetteur du système nerveux touche directement la motricité des personnes. Surtout, chez ceux dont le niveau de fer est bas, principal aliment de la dopamine.

Symptômes du syndrome des jambes sans repos

Les gênes intenses dans les jambes apparaissent souvent après une longue période de repos. Cela peut survenir après un voyage en voiture, en avion ou simplement après une séance de cinéma d’une heure et demie.

On commence à ressentir un fourmillement important dans les jambes. On a l’impression que des bulles d’air s’y trouvent emprisonnées. L’on ressent ainsi le besoin urgent de bouger les jambes. Le fait de s’étirer, de marcher voire de secouer ses jambes, soulage la tension.

Lisez également :
Combien de temps une femme enceinte devrait-elle marcher chaque jour ?

Une femme se masse la jambe

La caractéristique principale du syndrome des jambes sans repos est son intensification pendant la nuit. C’est pourquoi on associe souvent cette maladie à une autre dénommée « le syndrome de mouvements périodiques des jambes au cours du sommeil ».

Ce dernier consiste, selon la clinique du sommeil CENAS, « en des mouvements répétés typiques des membres inférieurs au cours du sommeil ».

Comment diagnostique-t-on le syndrome des jambes sans repos ?

Selon les antécédents cliniques du patient, le médecin réalise plusieurs examens de routine associés aux symptômes typiques de cette maladie. Il s’agit d’un protocole établi par le International Restless Legs Syndrom Study Group  (Groupe international d’étude sur le syndrome des jambes sans repos).

Si la symptomatologie coïncide avec celle que nous avons évoquée précédemment, on procèdera aux études du troubles. On réalise d’une part une analyse physique intégrale et d’autre part, une évaluation neurologique et une prise de sang.

L’analyse de sang doit mettre l’accent sur les taux de ferritine et de fer du patient. On doit aussi réaliser une polysomnographie nocturne afin de déterminer l’activité pendant le sommeil ainsi qu’un test d’immobilisation. On pourra ainsi évaluer la qualité du sommeil des patients.

Le médecin devra également écarter de possibles lésions dans les nerfs périphériques des jambes. On analyse cela grâce à une électromyographie (EMG) et des examens de la circulation nerveuse.

Aspects pertinents à analyser

En consultant les antécédents cliniques, on peut découvrir des informations pertinentes, tel que des antécédents familiaux du syndrome. La prédisposition familiale est une cause importante au moment de développer ce trouble.

Enfin, pour réaliser un diagnostic, le médecin doit connaître le degré de réponse aux médicaments dopaminergiques, employé dans le traitement. Il doit ainsi évaluer si la maladie est stable ou en train d’évoluer.

Traitement du syndrome

Le traitement adéquat dépendra du diagnostic concret. Un patient avec une carence en fer qui souffre du syndrome des jambes sans repos aura probablement besoin de compléments oraux ou par voie intraveineuse de ferritine et de fer.

Une femme se masse la jambe et le genou

On peut traiter ce trouble grâce à des traitements naturels ou des médicaments. Dans le second cas, on prescrit certains médicaments qui augmentent le niveau de dopamine pour soulager les symptômes.

Les compléments en fer et en calcium sont souvent indiqués pour soulager les gênes. On peut également prescrire des myorelaxants. Il faut néanmoins souligner que ce type de médicaments est contre-indiqué pendant la grossesse.

En ce qui concerne les remèdes naturels et maison, on peut recourir aux massages, aux exercices quotidiens, aux compresses froides, etc. Les sports comme le yoga ou la méthode Pilates favorisent la diminution du mal-être. Quant à l’alimentation, on doit éviter surtout la caféine, l’alcool et le tabac.