Reflect, le nouveau court métrage de Disney sur la dysmorphie corporelle

Reflect est un court métrage d'animation de Disney qui vise à sensibiliser à la dysmorphie corporelle. Une bonne idée de film à voir pour réfléchir en famille.
Reflect, le nouveau court métrage de Disney sur la dysmorphie corporelle
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2022

Il nous est difficile de concevoir qu’un enfant puisse se soucier de son image au point d’éprouver une réelle souffrance. Idéalement, l’enfance devrait être une période d’innocence et de plaisir au cours de laquelle une bonne base pour l’estime de soi et la santé mentale pourrait être posée. Mais la vérité est qu’il a été constaté qu’un nombre important d’enfants souffrent de troubles liés à l’apparence physique, comme la dysmorphie corporelle. Reflect, le nouveau court métrage de Disney, met en lumière ce problème.

Reflect (ou Reflet, pour sa traduction française) fait partie du Short Circuit Experimental Films, un projet innovant à travers lequel n’importe quelle personne de Disney peut soumettre une idée pour qu’elle soit ensuite transformée en court métrage d’animation. Dans cette deuxième saison, et parmi tous les films sortis, c’est celui qui capte l’attention du public et suscite le plus de réflexion et d’opinions.

Reflect, le combat contre le miroir

Ce court-métrage, disponible sur la plateforme de streaming Disney+, a été réalisé par Hillary Bardfield, qui a également participé à des films acclamés comme La Reine des Neiges 2 ou Encanto. Reflect raconte l’histoire de Bianca, une jeune danseuse de ballet qui lutte contre le fait d’avoir un corps de grande taille. Ceci n’est pas facile dans cette société, mais encore moins dans un monde aussi exigeant avec l’image physique que la danse.

Dans les images, nous pouvons voir comment la protagoniste, malgré son plaisir de danser, souffre en regardant son reflet. Lorsqu’elle se regarde, le miroir se fissure et la plonge dans un monde sombre et angoissant dont elle tente de s’échapper sans succès. C’est une métaphore claire des pensées et des émotions négatives qui accompagnent la dysmorphie corporelle.

reflect
La protagoniste devra se servir de sa force, de son courage, de sa grâce et de son talent pour renforcer son estime de soi et réussir à avancer.

Opinions controversées

Reflect a suscité une certaine controverse parmi les observateurs, conduisant à des opinions divisées. Il y a ceux qui supposent que le court métrage encourage l’obésité et un mode de vie malsain, et que ce n’est donc pas un bon exemple pour les enfants.

D’un autre côté, il y a ceux qui considèrent que le fait que le protagoniste ait cette figure et que l’histoire tourne autour des problèmes auxquels les jeunes sont confrontés avec des corps non normatifs est une inclusion forcée et inutile. Mais la vérité est que le court métrage accomplit d’importantes tâches de sensibilisation que nous ne devons pas négliger.

Mise en évidence de la diversité

Ce court métrage d’animation se distingue principalement par le fait qu’il place une fille en surpoids comme protagoniste. En effet, dans Disney, les corps de grande taille sont rarement représentés et, s’ils apparaissent, le personnage est un méchant. Ainsi, Bianca est la première à sortir de cette trajectoire.

Cela aide grandement à rendre visible la diversité des corps dès la petite enfance et aide les enfants à comprendre que nous sommes tous différents et précieux. De plus, Bianca peut être une référence pour de nombreux jeunes garçons et filles qui souffrent énormément d’être hors norme en ce qui concerne leur apparence physique.

Sensibilisation à la dysmorphie corporelle

Cependant, Reflect se concentre également sur un trouble peu connu, mais dont la prévalence n’a cessé d’augmenter ces derniers temps. La dysmorphie corporelle entre dans la catégorie des « troubles obsessionnels compulsifs et apparentés », c’est-à-dire qu’elle se caractérise par une préoccupation excessive et persistante pour l’image corporelle.

Ceux qui souffrent de cette pathologie perçoivent de manière altérée certaines parties de leur corps qu’ils jugent laides ou désagréables, déformées ou exagérées. Cependant, il est en fait dans les limites normales. La dysmorphie amène la personne à vérifier constamment son corps dans le miroir ou à se comparer à plusieurs reprises aux autres. Elles peuvent également pincer la zone qu’elles n’aiment pas et essaient généralement de cacher ce défaut perçu par tous les moyens.

Les répercussions de ce trouble sont graves puisque ceux qui en sont atteints passent une grande partie de leur temps à se soucier de leur apparence, souffrent beaucoup et ont tendance à s’isoler. Ainsi, la vie personnelle, sociale et scolaire est affectée. De plus, il est courant que d’autres troubles tels que l’anxiété ou la dépression surviennent et même que des idées suicidaires apparaissent.

dysmorphie
La dysmorphie corporelle est un trouble qui apparaît généralement à l’adolescence. La plupart du temps, ceux qui en souffrent ne sont pas conscients qu’ils ont une maladie.

Reflect rapproche les jeunes d’une réalité dont ils doivent se protéger

La dysmorphie corporelle est un trouble qui survient, la plupart du temps, à l’adolescence. Cependant, ceux qui en souffrent ne se rendent pas compte qu’ils sont malades et considèrent vraiment que leurs défauts sont exagérés. Pour cette raison, l’aide n’est généralement pas recherchée à temps.

Les jeunes d’aujourd’hui sont exposés à de grands risques de la part des médias et des réseaux sociaux qui promeuvent des corps irréels et des stéréotypes physiques impossibles. Cela peut déclencher des problèmes d’estime de soi, des troubles alimentaires, le rejet de son propre corps et des troubles comme la dysmorphie.

Ainsi, avoir un contenu audiovisuel qui donne une voix à ces dangers et nous alerte sur la façon dont cela peut nous nuire est vraiment précieux. Reflect est un film différent qu’il faudrait voir en famille pour pouvoir y réfléchir et en tirer des leçons importantes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Hair Love : le court métrage attachant oscarisé
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Hair Love : le court métrage attachant oscarisé

Hair Love est un court métrage d'animation attachant qui véhicule un beau message. N'attendez plus avant de le découvrir!



  • Salavert Jiménez, J., Clarabuch Vicent, A., & Trillo Garrigues, M. (2019). Trastorno Dismórfico Corporal: revisión sistemática de un trastorno propio de la adolescencia. Revista De Psiquiatría Infanto-Juvenil, 36(1), 4-19. https://doi.org/10.31766/revpsij.v36n1a1
  • Janavel, A. (2022). Universidad de Belgrano. Influencia del uso de redes sociales en el desarrollo del trastorno dismórfico corporal en la adolescencia. Disponible en: http://repositorio.ub.edu.ar/handle/123456789/10069
  • Rincón Barreto, D. M., Restrepo Escobar, S. M., Correa Pérez, L. F., Jorge Ospina Duque, J., & Montoya Arenas, D. A. (2020). Trastorno dismórfico corporal: una revisión de las dimensiones clínicas, neurobiología y neuropsicología. Cuadernos Hispanoamericanos De Psicología, 19(1), 1–16. https://doi.org/10.18270/chps.v19i1.3133

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.