Radiographies chez l'enfant : ce qu'il faut savoir

Avant d'emmener votre enfant faire une radiographie, renseignez-vous sur ce que c'est. Connaître les risques et les avantages vous permettra de prendre de meilleures décisions.
Radiographies chez l'enfant : ce qu'il faut savoir

Dernière mise à jour : 05 novembre, 2021

La découverte de la radiographie a sans aucun doute été l’un des jalons les plus importants de l’histoire. À partir de 1895, les sciences médicales ont adopté cette nouvelle technique pour compléter les informations cliniques et parvenir à des diagnostics inattendus. Bien que la radiographie soit apparue à la suite d’une révélation d’un simple mortel dans la nuit du 8 novembre 1985, de nombreux scientifiques de son époque ont également contribué à cette avancée.

Le fait est qu’aujourd’hui, près de 126 ans plus tard, nous pouvons quasiment disposer de cette ressource à chaque fois que nous en avons besoin. Et, comme toute avancée scientifique, elle n’a rien de mauvais en soi. C’est à nous, les êtres humains, d’en faire quelque chose de grand ou de désastreux.

« Je n’avais rien révélé à personne au sujet de mon travail. J’ai dit à ma femme que je travaillais sur quelque chose qui ferait dire aux gens, quand ils le découvriraient : “Röntgen a perdu la tête”. »

-Wilhelm Conrad Röntgen, janvier 1896-

Quels sont les avantages des radiographies pour les enfants?

Comme toute autre étude d’imagerie, les radiographies nous permettent d’en savoir plus sur des parties du corps des enfants que nous ne pouvons pas voir à l’œil nu.

Aux urgences, une simple radiographie permet de confirmer le diagnostic d’une fracture, la présence d’un corps étranger dans les voies respiratoires ou de définir qu’une douleur abdominale nécessite un traitement chirurgical.

Dans d’autres domaines et disciplines médicales, les radiographies ont assurément apporté d’innombrables avantages. De plus, ce sont des examens rapides et peu coûteux, disponibles dans la grande majorité des centres de santé et qui, en général, ne nécessitent pas la réalisation d’actes de sédation ou d’anesthésie.

Cependant, il est important de faire un usage rationnel et responsable des radiographies afin d’en tirer le meilleur parti, au moindre coût possible.

radiographies chez l'enfant

Quels sont les risques associés aux radiographies chez les enfants ?

Les enfants ne sont pas de petits adultes : ils diffèrent de ces derniers de plusieurs manières.

Tout d’abord, tous leurs organes et tissus sont en constante croissance et maturation. Ils sont donc plus susceptibles de développer certaines pathologies lorsqu’ils sont exposés à des stimuli nocifs, notamment de manière soutenue dans le temps. En ce sens, tout agent toxique ou rayonnement de l’environnement peut causer des dommages plus graves à un organisme en développement qu’à un adulte.

Deuxièmement, plus ils sont petits, plus la probabilité qu’une substance potentiellement nocive provoque une toxicité est importante. Si nous nous concentrons sur les radiations, une dose de rayons X calculée pour une radiographie adulte peut être très nocive pour le corps d’un enfant.

Enfin, chez les enfants, il est nécessaire de considérer deux concepts fondamentaux :

  • La latence des dommages produits par les rayonnements : c’est-à-dire la possibilité de manifester des pathologies 20 ou 30 ans après une exposition.
  • Dommages cumulatifs tout au long de la vie : les tout-petits ont de nombreuses années de vie devant eux et cela sera probablement synonyme de plus de rayons en cours de route.

Ainsi, les experts en radiologie considèrent que les enfants sont particulièrement radiosensibles. Pour cette raison, il est nécessaire d’être extrêmement prudent lors de la demande d’une radiographie ou d’un examen similaire et de ne le faire que lorsque le bénéfice l’emporte sur le risque.

Risque de cancer à long terme

À ce jour, il y a une certaine controverse à ce sujet. Cependant, un risque légèrement accru de cancer dans le futur a été démontré avec une seule exposition aux rayonnements ionisants pendant l’enfance.

Cependant, cette estimation est obtenue à partir de calculs de modèles mathématiques à grande échelle. Cela ne veut pas dire qu’une radiographie sur un enfant au début de sa vie impliquera nécessairement une tumeur maligne.

Stratégies pour réduire le risque de rayonnement chez les enfants

En premier lieu et au-delà des recommandations des experts, les pédiatres doivent garder à l’esprit que la réduction du risque d’irradiation médicale chez l’enfant est de notre responsabilité.

En ce sens, il est nécessaire de limiter les prescriptions de radiographies aux cas où elles permettent d’obtenir une réponse rapide, utile et simple pour résoudre une question clinique spécifique.

L’American College of Radiology Appropriateness Criteria suggère de suivre l’acronyme ALARA comme guide pratique de l’utilisation des rayonnements à des fins médicales. De son côté, la Food and Drug Administration des États-Unis a établi, en 2017, une réglementation pour la fabrication et l’utilisation d’appareils ou d’adaptateurs à rayons X pour l’usage exclusif des patients pédiatriques.

Certaines réglementations indiquent que l’équipement doit être conçu et testé à cette fin. De même, ils doivent préciser sur leurs étiquettes s’ils sont adaptés à l’usage des bébés, des enfants ou des adolescents, selon les paramètres de poids, de taille ou d’âge.

Les radiographies sont des examens sûrs pour les enfants

Après plus d’un siècle de développement et de mise au point de cette technique, nous pouvons dire que les radiographies constituent un examen sûr pour les enfants. Tant que vous avez le bon équipement et des professionnels spécialisés, les avantages peuvent l’emporter sur les risques.

De plus, comme il s’agit d’un examen rapide, indolore et non invasif, c’est une bonne option pour les enfants. Cependant, comme nous l’avons souligné, il doit être réservé aux cas qui le justifient.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les révolutionnaires échographies 5D
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les révolutionnaires échographies 5D

Avec l'avènement de la technologie et des échographies 5D, les parents obtiennent dorénavant une image pratiquement réelle de leur futur bébé.