Que dire et que ne pas dire à un enfant atteint de TDAH

Les mots que nous disons aux enfants atteints de TDAH peuvent affecter leur estime de soi et leur bonheur. Découvrez quelles phrases sont appropriées et celles qu'il vaut mieux éviter.
Que dire et que ne pas dire à un enfant atteint de TDAH

Dernière mise à jour : 14 mai, 2022

Heureusement, la compréhension du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) a parcouru un long chemin ces derniers temps. Cependant, en tant que société, nous avons encore des mythes que nous considérons non seulement comme vrais mais que nous transmettons également aux enfants atteints de cette maladie. Les paroles que nous leur adressons peuvent affecter leur estime de soi et conditionner leur fonctionnement au quotidien. Par conséquent, nous voulons vous donner quelques conseils sur ce qu’il faut dire et ce qu’il faut éviter lorsque vous parlez à un enfant atteint de TDAH.

Nous savons qu’être parent d’un enfant ayant des difficultés de développement n’est pas facile, car on ne sait pas toujours comment réagir ou comment l’aider. Et aussi à cause des peurs qui apparaissent par rapport à l’avenir. Or, le travail des parents peut grandement contribuer au bien-être de l’enfant, alors prêtez attention aux recommandations suivantes.

Choses à ne pas dire à un enfant atteint de TDAH

Commençons par mettre en évidence certaines des phrases et expressions qu’il vaut mieux éviter. Celles-ci sont très courantes et sont généralement prononcées par les personnes les plus proches des enfants. Et même si elles sont prononcées sans mauvaise intention, parce qu’elles sont le fruit d’une méconnaissance ou d’une perte de patience momentanée, elles peuvent causer d’énormes dégâts émotionnels.

Mettre des étiquettes sur lui

Cette catégorie inclut toutes les phrases qui donnent des étiquettes à l’enfant. « Tu es stupide », « tu es méchant », « tu es paresseux », entre autres. En les énonçant, nous pouvons croire que nous l’aidons à réaliser qu’il a mal agi et qu’il doit s’améliorer. Mais, en réalité, nous ne faisons que le dévaloriser, car nous ne pointons pas un comportement spécifique mais plutôt sa personne.

Par conséquent, évitez ces types de phrases et optez pour des phrases plus constructives telles que les suivantes :

  • « Dans cet exercice, tu as fait une erreur, corrigeons-la » au lieu de « tu es stupide ».
  • « Ce n’est pas bien de crier sur les gens, tu les blesses en faisant cela » au lieu de « tu es méchant ».
  • « Tu dois finir tes devoirs avant le dîner » au lieu de « tu es paresseux ».
fille bébé crise de colère crier mère fatiguée désespérée saisir la tête fauteuil après-midi colère crise de colère crise de colère
Même dans les moments d’épuisement et de désespoir, évitez de donner des étiquettes à votre enfant atteint de TDAH. Cela ne parviendra pas à inverser son comportement et, en plus, cela lui causera des dommages émotionnels.

« Arrête de faire ça »

Même si vous savez qu’il a certaines difficultés, combien de fois par jour dites-vous à votre enfant de faire ou de ne pas faire quelque chose ? « Ne te comporte pas comme ça », « arrête de pleurer », « arrête de crier », « concentre-toi », « comporte-toi bien ». D’une manière ou d’une autre, vous pouvez toujours penser que votre enfant le fait pour vous défier, vous manquer de respect ou se moquer de vous.

En réalité, les enfants veulent plaire à leurs parents, mais ils font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils savent et ce qu’ils ressentent. Les enfants atteints de TDAH sont naturellement agités, impulsifs et distraits, mais leur but n’est pas de vous ennuyer. Ainsi, il est inutile de répéter constamment ces reproches, car vous ne ferez que détériorer le lien et créer un climat négatif dans le foyer.

« Ne cherche pas d’excuses »

En raison de ce qui précède, de nombreux parents insistent auprès de leurs enfants sur le fait que le TDAH n’est pas une raison pour ne pas obéir, crier ou ne pas bien faire leurs devoirs. Mais, en réalité, nous devons être conscients que leur cerveau fonctionne différemment et qu’ils peuvent avoir besoin d’une aide supplémentaire dans certains domaines.

« Si tu peux te concentrer sur ce que tu aimes, sur le reste aussi »

Pour de nombreux parents d’enfants atteints de TDAH, il est exaspérant de voir à quel point leur enfant est distrait par une mouche qui vole pendant qu’il étudie et peut pourtant passer des heures sans sourciller devant un jeu vidéo.

Ainsi, ils peuvent dire des phrases comme « pour ce que tu aimes, ça, tu te concentres ». Eh bien oui, en effet, c’est une caractéristique du trouble et les enfants atteints de cette maladie peuvent se focaliser sur certaines activités d’intérêt, qui ont également des renforçateurs constants et variés (comme les écrans). Mais d’autres éléments, comme les livres, n’ont pas ces qualités et ne les motivent donc pas à y prêter autant d’attention.

Par conséquent, évitez ces reproches, puisque, encore une fois, l’enfant ne le fait pas exprès.

« Ne dis à personne que tu es atteint de TDAH »

Parfois, de peur que nos enfants soient jugés, critiqués ou victimes de harcèlement à l’école, nous leur demandons de garder le secret sur leur condition. Cependant, cela les amène à le percevoir comme quelque chose d’humiliant et de honteux et, par conséquent, à se considérer comme « défectueux ».

Que pouvons-nous dire à un enfant atteint de TDAH

Alors, que devons-nous dire à un enfant atteint de TDAH ? Comment s’adresser à lui pour l’aider ? Voici quelques suggestions qui pourraient vous être utiles.

« Je comprends ce que tu ressens »

Au lieu de blâmer votre enfant pour son impulsivité, ses crises de colère ou ses accès de colère, concentrez-vous sur la validation de ses émotions. Cela signifie lui faire savoir que tout ce qu’il ressent à tout moment sera acceptable et qu’il a le droit de le ressentir et de l’exprimer (et vous l’aiderez à le faire de manière appropriée).

Lorsque vous dites à un enfant : « Je comprends que tu sois en colère à cause de cela, que tu sois triste de ce qui s’est passé, que tu sois nerveux… », vous réussissez à le calmer et à mieux communiquer avec lui. Il se sent vu et accompagné et cela soulage son « emprisonnement » émotionnel. De plus, avec vos mots, vous l’aidez à comprendre ses propres émotions, à leur donner un nom et à les intégrer petit à petit.

« Tu te débrouilles bien »

L’une des séquelles les moins visibles du TDAH est la perte d’estime de soi. Ces enfants grandissent sous la critique constante de ne pas se conformer à ce qu’on attend d’eux, ils reçoivent des réprimandes et entendent tout ce qu’ils font de mal au quotidien.

Pour briser cette inertie toxique, habituez-vous à valoriser et reconnaître les réussites et les qualités de votre enfant.

D’une part, identifiez ses points forts : c’est peut-être un enfant très créatif, drôle ou très sportif. D’autre part, valorisez ses efforts et sa démarche, au-delà du résultat. Même s’il a raté un examen, mais que vous avez vu à quel point il a travaillé pour s’améliorer, félicitez-le.

« Je suis là pour toi »

Lorsque votre enfant est bouleversé, saisi par ses pulsions ou submergé par ses émotions, il a besoin de votre calme. C’est le meilleur cadeau que vous puissiez lui faire, car vous représentez son soutien émotionnel dans les moments les plus difficiles.

Alors, quand « il est insupportable » ou quand « il se comporte mal », comptez jusqu’à 10 et au lieu de le gronder, de crier ou de le punir, dites la phrase suivante : « je suis là pour toi ».

heureuse mère et fils passent un moment de joie sur la plage
Rester à ses côtés, même en silence, même s’il ne vous permet pas de le toucher, le réconfortera profondément.

« Tu en es capable, je suis là pour t’aider »

Accepter que le TDAH entraîne une série de difficultés n’implique pas de se résigner au fait que l’enfant ne pourra pas réussir sa formation ou atteindre ses objectifs. Bien au contraire, cela implique de prendre les rênes pour lui offrir le soutien dont il a besoin.

Ainsi, essayez de favoriser l’autonomie et la confiance en soi de votre enfant, rappelez-lui qu’il est capable de réaliser ce qu’il entreprend et apportez-lui l’aide dont il a besoin. À cet égard, les professionnels seront ceux qui offriront les lignes directrices les plus appropriées.

« Accepte-toi comme ça, tu es très précieux »

Enfin, au lieu d’inviter l’enfant à cacher sa condition de TDAH, traitez-le naturellement. En discuter avec les professeurs les aidera à vous proposer des ajustements curriculaires. Quant aux camarades, c’est un excellent moyen de normaliser la diversité et de favoriser l’acceptation de l’autre tel qu’il est.

Connaître son diagnostic et en quoi il consiste (toujours expliqué dans un langage adapté à son âge), permettra également à l’enfant de se comprendre, de se responsabiliser et de ne pas vivre avec une culpabilité ou une honte par rapport à son trouble.

Les mots nous définissent, utilisez-les à bon escient !

En bref, si vous vous demandez quoi dire à un enfant atteint de TDAH, assurez-vous que vos paroles soient axées sur la compréhension, l’empathie, la construction de l’estime de soi et la naturalisation des difficultés. Grandir dans une famille qui lui fait confiance, le soutient et apprécie ses réalisations fera toute la différence.

This might interest you...
Enfants hyperactifs : comment et quand le TDAH est détecté
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Enfants hyperactifs : comment et quand le TDAH est détecté

Les enfants souffrant d'hyperactivité peuvent développer un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH).



  • Harpin, V., Mazzone, L., Raynaud, J. P., Kahle, J., & Hodgkins, P. (2016). Long-term outcomes of ADHD: a systematic review of self-esteem and social function. Journal of attention disorders20(4), 295-305.
  • Kimball, H. (2021, 19 agosto). Hyperfocus: The Flip Side of ADHD? Child Mind Institute. https://childmind.org/article/hyperfocus-the-flip-side-of-adhd/