Ce n’est pas « aider » ma femme, mais plutôt partager la responsabilité avec elle

· 17 décembre 2017

Je dois l’avouer, bien que beaucoup ne le comprennent pas : je «n’aide» pas ma femme à la maison, et ne le ferai jamais. Du moins, pas en tant que simple invité, qui attend à tout moment d’être assisté et satisfait. Pas comme un simple spectateur, qui regarde ma femme courir d’un endroit à l’autre tous les jours, et porter toute la charge sur son dos. Dès le premier jour, j’ai compris la responsabilité que j’assumais en tant que compagnon et en tant que père.

J’ai compris dès le premier instant que je suis le compagnon de la femme que j’aime et j’ai choisi la voie merveilleuse de fonder une famille. Avec tout ce que cela implique, en profitant du bon et en acceptant le mauvais.

J’ai su depuis ce jour-là que la clé, c’était de partager les tâches. En tant que père que je suis, en tant que membre du foyer et, pourquoi pas, en tant que responsable du désordre de l’activité du foyer, je lave la vaisselle, repasse, change les couches et fais la cuisine, et je n’ai en rien honte de cela et je n’en souffre pas non plus.

C’est, à mon avis, être plus « homme » que bien des personnes qui se moquent. Malgré l’époque dans laquelle nous vivons et malheureusement, la réalité de nombreux foyers en est encore une autre. C’est la femme qui tient les rênes et les «mâles» sont de simples spectateurs qui se consacrent à d’autres choses. Mais si nous pensons à nos enfants, le meilleur exemple que nous puissions leur donner est celui d’une famille qui collabore et effectue des tâches domestiques de manière équitable.

Je « n’aide » pas ma femme, je partage les responsabilités

Il est vrai que le débat habituel ne se démode jamais. Que vaut-il mieux : travailler en dehors de la maison ou à l’intérieur ? Mais la question que je me pose quand je suis avec mes amis est la suivante. Apprécions-nous le travail de nos femmes, à l’extérieur et à l’intérieur de la maison ?

Moment de partage en famille.

« L’autre jour, j’ai lavé la vaisselle et ma femme ne m’a pas remercié ». Une phrase que nous avons tous entendu à un moment donné. Parce qu’après réflexion, pourquoi ma femme devrait-elle me remercier de faire quelque chose qui aide à améliorer la vie à la maison ? Pourquoi me remercier pour quelque chose qu’elle fait elle-même d’innombrables fois mais que personne ne voit ?

C’est pour cette même raison que je considère que je «n’aide» pas ma femme. Elle n’a besoin de l’aide de personne. Elle est autonome et très capable de faire quoi que ce soit, à la maison et au travail. Mais ce dont elle a besoin, comme moi, c’est d’un compagnon. Un complément, même si elle-même peut, si besoin, le faire toute seule.

Ce n’est pas que j’aide ma femme à nettoyer la maison. Je me limite seulement à nettoyer l’espace dans lequel nous vivons ensemble. Je désinfecte et commande pour la simple raison que je vis aussi ici, sous le même toit. Je n’aide pas à faire à manger. Mais je collabore simplement et partage cette obligation parce que je consomme aussi.

Et non seulement je mange, mais en le faisant, je salis des assiettes et des couverts. Donc, pour cette simple raison, je pense que c’est à moi – en tant que père de famille – de réaliser cette tâche. Je n’aide pas non plus ma femme avec ses enfants, je prends soin d’eux parce qu’en fait ils sont aussi à moi. A nous.

 Je ne « collabore » pas à la maison, j’occupe mon poste à la maison

Laver, étendre, plier les vêtements sales de toute la famille, ramasser les jouets, enseigner les mathématiques aux enfants ou m’occuper du jardin. Quoi que ce soit, je sais très bien que je ne suis pas une simple aide à la maison, mais une partie de celle-ci. Et c’est pourquoi j’agis en conséquence.

Un père et une mère en train d’aider ses enfants à faire leurs devoirs.

Je n’ai jamais pensé que c’était une responsabilité exclusive de la femme de ma vie. Et peu importe ce que j’ai vu en grandissant, ce que mes parents m’ont appris ou ce que j’ai appris à l’école. Je me sens chanceux d’avoir la famille que j’ai et je suis sûr de vouloir être un exemple positif pour mes enfants.

Je veux me comporter avec ma femme comme un partenaire et non comme un invité de plus. Et je veux le faire parce que j’apprécie ma femme et tout ce qu’elle fait pour notre famille. Parce que je la respecte telle qu’elle est, avec ses qualités et ses défauts. Car, au final, elle en fait de même avec moi.