Lettre à la nounou qui prend soin de mon enfant pendant que je travaille

· 16 novembre 2017

Chère nounou,

J’espère qu’au moment où vous recevez cette lettre, vous êtes en bonne compagnie, avec votre famille et des amis. J’espère que vous êtes en bonne santé et que cela va durer.

Ce matin, j’ai eu à peine le temps de froncer les sourcils, de vous sourire et de vous faire un signe de la main pour vous saluer.

Le travail et la vie de famille ne me laissent pas le temps de m’asseoir un moment avec vous pour discuter comme j’en ai toujours eu envie, mais je veux que vous sachiez que je vous considère comme une amie, voire comme un membre de la famille.

Cela n’a pas d’importance que je connaisse à peine votre nom de famille. Ce ne sont que des informations que j’ai apprises quand j’ai su que j’allais vous confier mon trésor le plus précieux.

Ce qui m’intéresse, comme il se doit, c’est d’avoir la preuve jour après jour de vos qualités humaines, de vos valeurs et de la tendresse que vous êtes capable d’offrir, sans rien attendre en retour.

Je vous écris cette lettre pour vanter vos mérites. Cela fait peu de temps que nous nous connaissons et nous ne nous parlons pas souvent, mais j’ai déjà découvert toutes vos qualités.

Je vous dévoile mes sentiments. Je veux vous parler de la peur que je ressens le matin quand je vous vois embrasser et prendre dans vos bras la personne la plus importante aux yeux de la mère que je suis et qui vous écris.

Cette peur, je la ressens aussi le soir, quand j’arrive et que je vous vois l’habiller, la coiffer et lui faire un câlin… Je me dis qu’un jour, mon enfant voudra peut-être rester avec vous et ne jamais retourner à la maison.

J’imagine que cela vous fait sourire que je sois si naïve, mais les mères le sont souvent. C’est pour cela que j’espère que vous comprendrez.

Cette lettre, je vous l’écris pour vous parler de la saine jalousie que je ressens en vous voyant dans les bras l’un de l’autre, en vous voyant échanger des regards, en devinant que vous passez des heures à discuter ensemble.

Mais je ne peux vous écrire cette lettre sans chanter vos louanges, sans vous dire que j’admire le dévouement et l’amour que vous consacrez à votre travail. Ces qualités qui vous permettent d’être une deuxième mère pour mon enfant.

Si je vous envoie cette lettre, c’est à la demande de mon enfant. Il me l’a demandé hier, avant de s’endormir.

En son nom et le mien, je vous envoie cet hommage pour vous souhaiter une bonne fête des mères.

Je sais que la nature ne vous a pas encore donné un bébé.

Que cela vienne ou non, j’espère que cela vous rend heureuse de prendre dans vos bras tant de jeunes pousses qui se développent sous votre regard attentif. Et parmi ces jeunes pousses, la mienne.

Une petite fille dans les bras de sa nounou

Bienheureuse celle qui choisit le métier de nounou. Il vous permet de profiter de tous ces moments uniques auxquels devraient participer les mamans des enfants dont vous vous occupez. Parfois, ces moments nous échappent. C’est un sacrifice que l’on fait pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille.

Les premiers pas, les premiers mots, quand ils se lancent un nouveau défi…

Chère nounou, même si vous n’avez pas eu d’enfant, vous méritez tous les hommages et tous les cadeaux qu’on puisse faire en ce jour de la fête des mères.

Pour terminer, j’espère que vous êtes consciente de la reconnaissance et de la tendresse que mon petit trésor et moi-même vous portons. Vous le rendez heureux, vous l’éduquez, vous l’aimez, vous le protégez et vous lui enseignez tout ce que vous savez.

Merci de l’accueillir chez vous comme si c’était le vôtre et de lui montrer le chemin que vous montrerez à vos propres enfants plus tard.

J’espère que, très bientôt, la vie vous offrira un enfant de votre ventre et que vous sentirez dans votre chair ce qu’être mère signifie.

Une petite fait un câlin à sa nounou

Il ne me reste plus qu’à vous offrir ces fleurs, vous souhaiter une bonne fête et le meilleur.

J’espère que vous ne perdrez jamais votre bon caractère et ces sentiments si nobles que vous offrez à tant d’enfants.

Passez une bonne journée et que la chance vous accompagne.

Encore merci, chère nounou.

Une maman