L’accouchement sans péridurale : ce qu’il faut savoir

15 février 2018
Lorsque le travail de l’accouchement commence, la femme a la possibilité d'aller de l'avant avec un contrôle de la douleur ou non. La manière la plus courante est d’administrer une petite quantité d’anesthésie locale. Néanmoins, l'accouchement sans épidurale est possible.

La péridurale ou l’épidurale est une méthode d’anesthésie qui est utilisée pour contrôler la douleur des contractions. La femme continuera à ressentir les contractions de son utérus, mais sans souffrir.

L’épidurale ne contrôle que la douleur associée aux contractions. Donc, cela n’a pas d’effet anesthésiant sur les femmes.

La gestion de l’accouchement sans douleur permet à la future mère de se concentrer sur son travail. Les techniques de respiration sont plus précises et la femme peut focaliser son énergie quand vient le temps de pousser. De plus, la femme ne souffre pas autant et sa récupération est plus rapide.

Cependant, il existe des cas où la péridurale n’est pas une option. Cela est dû principalement à des raisons médicales. Un accouchement sans épidurale est nécessaire lorsque celui-ci présente un risque pour la vie de la mère ou du bébé.

Les raisons d’un accouchement sans péridurale

  • L’épidurale n’est pas seulement une décision. Dans certains cas, il y a des femmes qui ne peuvent pas recevoir ce produit chimique.
  • Il n’est pas recommandé lorsque la femme a des problèmes de coagulation sanguine ou est sous traitement de médicaments anticoagulants.
  • Il y a des gens qui sont allergiques à l’anesthésie. Dans ces cas, l’épidurale pourrait générer une réaction allergique étendue au bébé.
  • Il y a des cas où l’épidurale a eu l’effet d’une anesthésie générale, engourdissant complètement la mère, sans pouvoir participer au travail. Ce qui met le bébé en danger.
  • Il ne devrait pas être administré si la colonne vertébrale de la mère présente une déformation. La zone épidurale est située dans la partie inférieure de la colonne vertébrale. Afin d’y accéder, la mère doit s’asseoir et se cambrer.
femme enceinte et douleurs au dos

  • En cas de malformations de la colonne vertébrale, l’administration de cette anesthésie devient plus dangereuse.
  • Une autre raison d’accoucher sans épidurale est que le travail a beaucoup progressé. Il est conseillé que l’anesthésie soit donnée avant 4 centimètres de dilatation.
  • Si le travail de l’accouchement a débuté, les contractions peuvent nuire au placement de l’épidurale. La période maximale pour administrer l’épidurale est de 8 centimètres de dilatation.

Les risques associés à la péridurale

En général, l’administration de l’épidurale comporte de faibles risques. Le plus haut risque est au moment de la ponction.

L’épidurale est administrer par un cathéter qui est installé dans la partie inférieure de la colonne vertébrale, à l’endroit où se trouve la dure-mère, la membrane qui recouvre la moelle.

Si la femme fait un mouvement brusque pendant son application, elle peut causer des blessures à la colonne vertébrale. Il y a des cas où le cathéter se déplace et la récupération de l’anesthésie est lente ou partielle. Cela peut provoquer un engourdissement dans l’une ou les deux jambes.

Dans le cas du bébé, les risques sont encore plus faibles. Habituellement, la péridurale augmente la température du corps de la mère. Si l’accouchement est long, la même chose peut se produire chez le bébé. D’autres effets indésirables peuvent être :

  • Des frisons
  • Des maux de tête
  • Des vertiges

Techniques pour un accouchement sans péridurale

Lorsqu’il a été décidé d’avoir un accouchement sans péridurale, certaines techniques sont utiles dans le contrôle de la douleur. La première chose à faire est de rester calme et d’éviter le stress.

Les nerfs sont la première cause d’angoisse chez la femme. Ce qui déclenche la perte de contrôle sur son corps. Il est important de rester concentré sur les indications du travail de l’accouchement.

Femme en train d'accoucher avec péridurale

 

Techniques de respiration

Les techniques de respiration sont très importantes afin de maintenir l’énergie corporelle durant le travail de l’accouchement. À mesure que les contractions progressent, les techniques respiratoires varient. Elles débutent par des respirations abdominales, longues et profondes, et se terminent par de courtes respirations pour faciliter la sortie du bébé.

Les naissances dans l’eau et les massages

Les naissances dans l’eau sont très fréquentes pour celles qui ne veulent pas de péridurale. Un bain dans de l’eau chaude détend les muscles et diminue la peur et l’anxiété. De plus, grâce à cette technique, le processus d’expulsion est plus rapide et plus facile.

D’autre part, des massages dans le bas du dos peuvent aider à détendre le bassin et réduire l’inconfort causé par la pression du bébé. Vous pouvez également appliquer des compresses chaudes dans cette zone.

 

 

 

A découvrir aussi