La psychoprophylaxie : un accouchement indolore

· 21 février 2019
Est-il possible d'accoucher sans douleur ? Si ce ne sera jamais possible à 100 %, la psychoprophylaxie nous aide à contrôler les réactions de notre corps et à avoir un accouchement moins angoissant.

Bien évidemment, l’accouchement génère de l’angoisse et suppose des douleurs pour la mère. L’expression « humaniser un accouchement » peut transmettre l’idée de soulager les souffrances qu’entraîne un accouchement. Les femmes sont nombreuses à opter pour la moindre assistance médicale possible. On appelle cette technique la psychoprophylaxie.

La psychoprophylaxie : un accouchement indolore

En règle générale, le moment de l’accouchement est associé à la douleur, peut-être à cause de l’importante charge émotionnelle qu’expérimente la femme à ce moment. Si la future mère est fatiguée, nerveuse et anxieuse, elle pourrait ressentir plus de gênes pendant les contractions.

La mère sera davantage perturbée à l’approche du grand jour. Cela entraînera chez elle une angoisse qui se manifestera par des gestes de douleur.

À cela s’additionne la réaction de peur à cause de tout ce qu’elle a pu entendre auparavant. Cela fait souvent partie de la culture de la société. Par conséquent, au moment de l’accouchement, la mère sera très tendue et ses muscles le seront également, ce qui provoquera davantage de douleurs.

Il existe au contraire des sociétés qui considèrent l’accouchement comme quelque chose de sacré. Ils lui octroient une atmosphère sereine.

On génère ainsi une perspective satisfaisante pour la future mère et pour les proches présents. Cela permet qu’elle accouche dans le plus grand calme.

On peut ainsi affirmer qu’avec une préparation appropriée, il est bel et bien possible d’obtenir un accouchement indolore, ou du moins avec une douleur contrôlée.

Lisez également :
Peut-on éviter l’épisiotomie pendant l’accouchement ?

une femme se prépare à l'accouchement

Comment éviter les gênes pendant l’accouchement ?

Afin qu’une future mère arrive au moment de l’accouchement et puisse réussir la psychoprophylaxie, il doit exister une préparation antérieure de plusieurs mois. De fait, il existe des cours de psychoprophylaxie ou de méthodes de relaxation.

L’objectif est de préparer la mère afin qu’elle ressente le moins d’angoisse et de douleurs possible au moment tant attendu de la rencontre avec son bébé. Il y aura bien sûr un certain degré de douleur que seule une mère connaît.

Néanmoins, l’objectif est de pouvoir soulager ou gérer cette douleur pour qu’elle ne produise pas d’angoisse ni de stress démesuré. 

La préparation pour un accouchement indolore peut être débutée entre le troisième et quatrième mois de grossesse. Si la future mère est consciente des changements qui ont eu lieu dans son corps pendant ces neuf derniers mois, et la raison de ceux-ci, elle comprendra à quoi correspond le processus de l’accouchement.

Si elle réalise des exercices physiques de relaxation et de respiration, cela l’aidera également beaucoup pour accoucher sans douleur.

Que comprend la méthodologie psychoprophylactique ?

Si vous choisissez la méthode psychoprophylactique, vous apprendrez des techniques élémentaires sur l’anatomie et la physiologie de la femme enceinte.

Pendant les cours, vous apprendrez beaucoup de choses sur l’accouchement et les symptômes associés qui le précèdent, tels que les contractions, la dilatation et l’expulsion.

Objectifs de la méthodologie psychoprophylactique

Vous découvrirez ensuite des techniques basées sur les objectifs suivants :

  • Connaître les différents stades de la respiration qui seront utiles pour réussir la psychoprophylaxie ou accouchement indolore.
  • Apprendre à se détendre, mais également à contrôler les muscles que vous devrez utiliser pendant l’accouchement.
  • Reprendre son souffle entre chaque contraction.
Une femme enceinte dans l'herbe

La relaxation, facteur fondamental pendant l’accouchement

Être détendue vous permettra de contrôler les émotions. Pour vous préparer, vous devrez trouver un endroit à l’abri des bruits ou être en contact avec la nature.

Pour commencer, vous pouvez vous allonger sur votre lit, sur un matelas, la pelouse de votre jardin et commencer à contracter et à relâcher les muscles de vos extrémités.

Avant de commencer, placez trois coussins ou oreillers. Un sous votre tête, un autre sous vos hanches et le dernier sous vos talons. Ainsi, votre corps sera légèrement suspendu à trois endroits. Contractez et relâchez vos bras, votre torse, vos hanches, vos cuisses et vos jambes.

Cette technique vous permettra de contrôler le sommeil. Cela vous permettra de mieux vous reposer et d’être plus sereine. En outre, cela réduira le stress à l’approche de l’accouchement.

N’oubliez pas non plus les exercices musculaires et de respiration. Ceux-ci amélioreront votre souplesse dans la zone périnéale et renforceront votre ventre.

En conclusion, si vous décidez de pratiquer la psychoprophylaxie, vous changerez la perception que vous avez sur l’accouchement. Et, par conséquent, la satisfaction de recevoir votre bébé sera encore plus grande.