La méthode Design Thinking dans l’éducation

18 décembre 2019
Dans le domaine de l'éducation, de nombreuses méthodes visant à améliorer les processus d'enseignement-apprentissage et l'éducation en général coexistent, et la méthode Design Thinking en fait partie. Voyons dans cet article en quoi cette méthode consiste et quelles sont ses particularités.

La méthode du Design Thinking (parfois également traduite en « penser le design ») est issue du monde des affaires et du marketing. Il s’agit d’une façon de penser et d’innover pour travailler autour de produits et de services qui répondent aux besoins des clients. Cependant, elle présente certaines caractéristiques qui peuvent être appliquées en milieu scolaire. En effet, elle permet de concevoir des solutions aux problèmes et aux besoins éducatifs.

Qu’est-ce que la méthode du Design Thinking ?

Le Design Thinking est une forme de travail en équipe permettant de résoudre des problèmes et de fournir des solutions innovantes. Selon l’un de ses créateurs, Tim Brown, c’est une méthode qui se concentre sur la personne et sur le processus de conception plutôt que sur le produit final.

La méthode se compose de cinq phases qui constituent un processus complet. Celles-ci sont les suivantes :

  • Avoir de l’empathie. Il s’agit de se mettre à la place des utilisateurs et apprendre directement d’eux.
  • Définir. Définir les besoins et les perceptions des utilisateurs. Il s’agit là d’établir un point de départ.
le design thinking un apprentissage authentique

  • Partager les idées. Il s’agit d’imaginer des solutions possibles qui soient créatives et différentes.
  • Créer des prototypes. C’est le moment de façonner et de donner forme aux idées les plus pratiques qui seront mises en œuvre.
  • Évaluer. L’évaluation nous indiquera à quelle phase du processus nous devons revenir pour améliorer ou changer certains aspects. Toujours sur la base du feedback avec les utilisateurs, nous saurons si la conception de toutes les phases et leur mise en œuvre ultérieure nous ont permis de satisfaire le besoin.

Comment fonctionne la méthode du Design Thinking dans l’enseignement ?

Dans le domaine de l’éducation, la méthode devient un outil novateur qui vise à améliorer les écoles ainsi que les relations et les procédures qui s’y établissent. Elle apporte ainsi des solutions simples aux problèmes qui surviennent. En effet, les solutions se basent principalement sur la collaboration, l’observation, l’expérimentation et une évaluation continue.

Ainsi, la méthode du Design Thinking en éducation peut être utilisée pour résoudre des problèmes liés à l’ambiance et à la convivialité scolaire. Elle peut se faire à travers l’organisation d’espaces éducatifs, tels que la bibliothèque ou la salle informatique. Elle sert également à fournir des solutions aux besoins d’apprentissage spécifiques d’un groupe ou d’un élève en particulier. C’est donc une façon de travailler qui nous permet de concevoir la meilleure façon de réaliser tout type de projet éducatif.

C’est une méthode qui permet à tous les acteurs de l’éducation de participer et d’apporter des solutions consensuelles aux besoins éducatifs quotidiens. Cependant, la collaboration des enseignants, des élèves et des parents est essentielle pour améliorer les pratiques dans le contexte de l’école.

Les applications de la méthode du Design Thinking dans les écoles

Comme nous l’avons dit plus haut, la méthode Design Thinking aide à trouver des réponses créatives et innovantes aux problèmes éducatifs. Compte tenu des phases inhérentes à cette méthode, les étapes à suivre devraient être les suivantes :

Avoir de l’empathie pour les acteurs de l’éducation

Comme l’indique la première phase de la méthode, nous devons d’abord être à l’écoute des utilisateurs. Qu’il s’agisse des élèves, des enseignants ou des parents, nous devons connaître leurs besoins, leurs problèmes et leurs souhaits. Nous devons donc nous mettre à leur place, les comprendre et analyser leur situation et leur contexte. Effectivement, à ce stade, il est important d’écouter, d’observer et d’enregistrer les données et les informations.

Élaborer une marche à suivre

La deuxième étape selon la méthode implique que nous établissions une feuille de route sur les informations obtenues dans la phase précédente. Il s’agit à ce stade de pouvoir définir et concevoir un axe d’action. Par conséquent, nous organiserons ces informations pour mettre en évidence les aspects, les besoins ou les problèmes les plus pertinents ou les plus urgents.

Ensuite, nous nous interrogerons sur les causes possibles des problèmes et sur les options qui s’offrent à nous pour les résoudre ou les améliorer.

Lettres en bois

Imaginer des idées

Au cours de cette troisième phase, il est temps de commencer à trouver des solutions. Il s’agit d’une étape créative. Tous les acteurs de l’éducation engagés dans cette méthode doivent participer. Pour cela, il existe des techniques comme le brainstorming. En effet, elles servent à générer des idées qui peuvent émerger et à les organiser. Il est important que cette étape soit conçue comme un moment de détente et d’amusement permettant l’émergence d’idées novatrices.

Mise en pratique des idées

Dans une quatrième étape, il est temps de rendre tangibles les idées débattues lors de l’étape précédente. Les idées les plus cohérentes et acceptées par tous doivent prendre forme. En d’autres termes, nous devons préciser comment elles seront mises en pratique. Pour cela, il est nécessaire d’organiser les aspects tels que le temps, l’espace et les ressources humaines, matérielles et économiques dont nous disposons pour mettre en œuvre concrètement ces idées.

Valider et évaluer

Enfin, dans la cinquième et dernière étape, nous devrons valider le chemin parcouru dans toutes les étapes précédentes. En d’autres termes, nous expliquerons et partagerons les décisions prises. Ainsi, sur la base des retours des utilisateurs, nous finirons de préciser les actions que nous allons entreprendre.

En outre, cette étape fait référence à l’évaluation de l’ensemble du processus de mise en œuvre. Cela implique de pouvoir corroborer avec les mêmes utilisateurs. Ainsi nous leur indiquons que nous avons su trouver des solutions efficaces et innovantes à leurs besoins, désirs et préoccupations.