La maternité dans la diversité culturelle

29 juin 2019
Malgré son caractère apparemment universel, la maternité est vécue très différemment dans chaque culture.

Sans aucun doute, la maternité est un événement vital et un fait essentiel pour la vie des femmes et, bien sûr, pour la société. Ainsi, la maternité dans la diversité culturelle revêt de multiples formes. En dépit de son universalité apparente, on sait que la maternité est vécue de manières très différentes. Non seulement dans différentes parties du monde, mais également dans notre environnement.

La maternité dans la diversité culturelle en tant que construction sociale

Certes, la maternité est un fait biologique qui n’affecte que les femmes. Cependant, on étudie actuellement la maternité en tant que construction culturelle. En effet, la base est un fait biologique général et universalisant.

La docteure en anthropologie, Ángeles Sánchez, déclare que la maternité n’est pas un simple processus de reproduction biologique encadré dans un corps physique. En effet, elle implique une construction socioculturelle de chaque culture et qu’il s’agit donc d’un fait psychosocial.

maternité dans la diversité culturelle

Il est facile de comprendre que la maternité est une construction biologique et culturelle si nous regardons de l’extérieur et voyons comment la maternité est vécue de multiples façons. Cela dans différentes cultures et à différents endroits du monde.

Soutien des femmes au Kenya et en Tanzanie

Dans les tribus qui peuplent les régions du sud du Kenya et du nord de la Tanzanie, telles que les groupes tribaux Maasai et Swahili, un important soutien social féminin se forme autour de la jeune mère. Cela se déroule pendant les premiers jours de la maternité.

Dès l’accouchement, la mère est entourée de femmes. De plus, la figure de l’homme disparaît au cours des premières semaines de la parentalité. Dans la tribu swahili, le couple dort dans des pièces séparées pendant quarante jours après l’accouchement.

En revanche, dans la tribu des Masaï, toutes les femmes du village assistent à la naissance. Tandis que les hommes attendent chez la grand-mère maternelle. Les deux prochains suivants, le reste des femmes maasaïs va accompagner la jeune maman. Elles vont s’acquitter de ses tâches et de ses responsabilités.

La tradition et les coutumes en Chine et au Japon

En Chine, le fort attachement aux traditions signifie qu’aujourd’hui nous continuons à pratiquer le zuò yuè zi. Au cours du premier mois suivant l’accouchement, la mère et le bébé doivent rester hospitalisés ou à la maison. Cela dans le but de protéger la santé du nouveau-né.

Une autre de ses grandes traditions autour de la maternité est qu’elles mettent l’accent sur l’hygiène de la mère. En effet, celle-ci doit attendre que la période postnatale s’écoule pour pouvoir se laver. En ce qui concerne les aliments, pendant la grossesse, le femmes évitent les aliments qu’ils considèrent à risque, tels que les œufs. De plus, elles prennent des aliments froids, tels que les fruits.

maternité dans la diversité culturelle

Au Japon, les hommes jouent un rôle quelque peu étranger pendant la grossesse, car ils ne suivent ni visite médicale ni cours de grossesse. De même dans certains hôpitaux japonais, les hommes ne sont pas autorisés à entrer pendant l’accouchement.

Après le premier mois de la naissance du bébé, une tradition très importante est célébrée pour les Japonais : les Omiyamairi. Cela consiste à emmener le bébé dans un temple shinto pour la première fois et à organiser une cérémonie pour célébrer la naissance du bébé. Les parents et les proches formulent des voeux pour que le nouveau-né devienne fort et soit en bonne santé.

La maternité tardive en Occident

Les femmes de l’Europe occidentale d’aujourd’hui sont très différentes de celles d’il y a quelques décennies à peine. La maternité, en particulier, a fondamentalement changé.

Maintenant que la maternité n’est plus liée au mariage, la femme qui prétend être une mère cherche avant tout à se stabiliser sur le plan professionnel et économique. Par conséquent, cela cause irrémédiablement le retard de l’âge de procréation.

Dans ce contexte, ce sont les familles avec un petit nombre d’enfants qui prédominent. Cela est dû au fait que l’objectif des familles a changé : celles-ci ne cherchent pas à obtenir un grand nombre d’enfants, mais plutôt à leur assurer une vie de qualité.

La maternité dans la diversité culturelle : quel est le meilleur pays pour être mère ?

En 2015, l’ONG pour les enfants Save the Children a publié le 16e rapport annuel sur l’état des mères du monde. En plus d’analyser les inégalités en matière de santé dans certaines des grandes villes du monde, il évalue le bien-être des mères et des enfants dans 179 pays.

Les résultats de ce rapport placent la Norvège comme le meilleur pays pour devenir mère, suivie par la Finlande et l’Islande. En ce qui concerne les pays en tête de liste à la fin, la Somalie est le pays le plus hostile pour devenir mère.

Pour élaborer ce rapport, ils se sont fondés sur plusieurs facteurs, tels que la santé des mères, analysant le risque vital pour une mère de mourir à la suite d’une grossesse ou d’un accouchement. En Norvège, une femme sur 12 160 décède de causes maternelles, tandis qu’en Somalie, une sur 30 meurt durant la grossesse ou l’accouchement.

« Nous devons faire plus pour que toutes les mères et tous les bébés aient une chance de survivre. Pour qu’elles aient une vie heureuse et saine … peu importe où elles vivent. « 

-Carolyn Miles-

maternité dans la diversité culturelle

La conclusion à la maternité dans la diversité culturelle

Sans aucun doute, la maternité dans la diversité culturelle est vécue de manière très différente. Cependant, il n’est pas nécessaire de comparer d’autres cultures pour observer différentes expériences de maternité pour arriver à cette conclusion. Dans notre propre contexte, le concept de maternité est en train de changer, d’évoluer en profondeur et constamment.

La professeure Mª Cándida Alamillos explique que, dans la période de transition actuelle, la pluralité sociale exige différents modèles familiaux, avec une réadaptation des rôles de genre.

Sans aucun doute, malgré le fait que la nature variable des familles actuelles entraîne une certaine incertitude pour les sociétés, la diversité de la maternité leur donne l’espoir nécessaire pour les rendre plus justes et plus égales.