La chlamydia au cours de la grossesse

21 octobre 2019
La chlamydia au cours de la grossesse est plus fréquente qu'elle n'y paraît. Vous pouvez en souffrir sans le savoir. Pour cette raison, il est recommandé de connaître tous les aspects de cette infection bactérienne.

La chlamydia étant une maladie quasiment asymptomatique, de nombreuses femmes souffrent de ses conséquences lors de leur grossesse. L’idéal est donc d’obtenir un diagnostic précoce. Si l’on est conscient de la présence de la chlamydia, il sera possible de la traiter et d’éviter ainsi des dommages au cours de la grossesse et une probable contagion du bébé au moment de sa naissance.

Qu’est-ce-que la chlamydia ?

Il s’agit d’une infection bactérienne transmise lors des rapports sexuels. Environ 75 % des femmes ne présentent aucuns symptômes immédiats, mais cette maladie sexuellement transmissible peut être néfaste.

On estime que 3 millions de personnes sont atteintes de chlamydia. En réalité, c’est l’une des MST les plus communes. Les femmes entre 19 et 25 ans sont les plus atteintes.

Comment la chlamydia affecte-t-elle la grossesse ?

Les femmes atteintes de chlamydia au cours de la grossesse peuvent souffrir d’infections du liquide amniotique. La membrane de la poche des eaux peut donc se rompre prématurément et par conséquent causer la naissance prématurée de l’enfant.

Cette bactérie est causée par la salpingite, une maladie pelvienne qui enflamme les trompes de Fallope. De plus, elle produit l’endométrite, une inflammation de l’endomètre.

Les femmes atteintes de chlamydia sont susceptibles de souffrir d’autres maladies sexuellement transmissibles telles que le virus d’immuno-déficience humaine (ou VIH). Elles ont un risque très élevé de souffrir d’une infection urinaire à la suite de leur accouchement.

Lorsque l’infection n’est pas traitée, les blessures associées à l’accouchement ou à la césarienne peuvent finir par s’infecter. Une infection par chlamydia non traitée augmente considérablement le risque de contagion du bébé lors de sa naissance.

complications pendant la grossesse

Risques associés à la chlamydia lors de la naissance du bébé

Si la chlamydia n’est pas traitée avant la naissance, le bébé court le risque d’être infecté lors de son passage dans le canal vaginal. Cela pourrait causer chez lui des maladies et des dommages au niveau de ses tissus corporels.

Lorsqu’il est atteint, le bébé souffre souvent d’une infection oculaire appelée conjonctivite du nourrisson. Cette infection peut fortement le déranger et un traitement médical est nécessaire pour la traiter.

L’enfant peut également souffrir d’une pneumonie. C’est une complication grave et dangereuse qui requiert une attention médicale immédiate. Cette affection se manifeste 4 semaines après la naissance de bébé.

« Environ 75 % des femmes ne présentent aucuns symptômes immédiats, mais cette maladie sexuellement transmissible peut être néfaste. »

Comment savoir si l’on souffre de chlamydia au cours de la grossesse ?

Dans la majorité des cas, les symptômes sont invisibles. Si vous risquez de souffrir de cette infection ou que vous avez des doutes, il est donc recommandé d’avoir recours à l’aide d’un professionnel.

Généralement, les symptômes apparaissent une à deux semaines après la contagion. Certains signaux sont :

  • Brûlure et gêne au moment d’uriner,
  • Douleur lors des rapports sexuels,
  • Inflammation du col de l’utérus ou cervix,
  • Augmentation du flux vaginal,
  • Pertes de sang parfois, sécrétées par l’urètre,
  • Douleurs dans la partie basse du bassin.

La femme enceinte doit réaliser des examens lors du premier rendez-vous avec son gynécologue. Le spécialiste prélèvera un échantillon de cellules du col de l’utérus que l’on analysera en laboratoire. Si les tests sont positifs, vous devrez effectuer d’autres tests afin de détecter la présence d’une quelconque autre maladie sexuellement transmissible.

Traitement contre la chlamydia lors de la grossesse

Le traitement contre la chlamydia au cours de la grossesse est un antibiotique. Il est prescrit par un spécialiste, en fonction de la localisation de la lésion et du type de patiente.

Généralement, on administre ce traitement en une seule et unique prise. En parallèle, le partenaire doit également recevoir un traitement.

De plus, il est recommandé d’éviter tout rapport sexuel jusqu’à 15 jours après le traitement afin d’écarter tout risque de nouvelle contagion.

Les médecins conseillent de réaliser un nouvel examen 3 à 4 semaines après le prise du traitement.

traitement de la chlamydia

Traitement naturel pour soigner la chlamydia

Opter pour un traitement à base de plantes est une bonne option. En voici les meilleurs exemples :

Propolis

La propolis est l’un des antibiotiques naturels les plus efficaces, il est utilisé pour traiter les infections causées par un virus, un champignon ou des bactéries. Il a la propriété de calmer les douleurs et de réduire l’inflammation causée par la maladie.

En prenant 5 gouttes de propolis 3 à 5 fois par jour, vous remarquerez de bons résultats. Si vous souhaitez qu’il soit plus efficace, utilisez le sans base alcoolique. Vous pouvez également diluer quelques gouttes dans de l’eau et nettoyer la zone infectée.

Huile essentielle d’arbre de thé

Ce produit est un antifongique et anti-bactérien très puissant. De plus, il absorbe les mauvaises odeurs, favorise la régénération des cellules et réduit l’inflammation. Il est typique d’associer son utilisation à celle de l’huile d’origan et de la compléter par un traitement oral.

En conclusion, si vous souffrez de chlamydia pendant votre grossesse, écoutez soigneusement les conseils de votre médecin. Vous pourrez ainsi profiter d’un accouchement paisible et éviterez les complications pour votre enfant.