Enfants de parents souffrant de troubles mentaux

Les parents atteints de troubles mentaux ont des difficultés à offrir des conditions parentales optimale. Ce qui affecte le développement affectif de leurs enfants. Découvrez quels sont les défis et comment prévenir les conséquences.
Enfants de parents souffrant de troubles mentaux
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Les parents ont une énorme influence sur le développement de la personnalité de leurs enfants. Tous les enfants ont besoin de se sentir aimés, en sécurité et guidés à mesure qu’ils grandissent. Cependant, les parents atteints de troubles mentaux sont souvent incapables d’offrir ces conditions parentales idéales. Pour cette raison, grandir dans des milieux familiaux touchés par la maladie psychologique entraîne diverses conséquences qu’il convient de connaître et de prévenir dans la mesure du possible.

On estime que plus d’un milliard de personnes dans le monde souffrent d’une maladie mentale. Cela signifie qu’il existe de nombreux mineurs dont les parents souffrent d’anxiété, de dépression, de schizophrénie, de toxicomanie et d’autres conditions. Il est vrai que la gravité de chaque pathologie est différente, tout comme l’impact qu’elle provoque sur les enfants. Néanmoins, ce sont quelques-uns des principaux défis auxquels ces enfants sont confrontés.

Difficultés rencontrées par les enfants de parents souffrant de troubles mentaux

Le quotidien de la famille est influencé par l’état mental des parents. Elle fait ainsi face à certaines situations et défis que nous développerons ci-dessous.

Plus de probabilités de développer une maladie mentale

Les enfants de parents souffrant de troubles mentaux sont plus à risque de développer des troubles psychologiques que les autres enfants. En effet, la maladie mentale a une forte composante génétique. Ainsi, les enfants peuvent hériter d’une tendance ou avoir une plus grande vulnérabilité psychologique pouvant déclencher un trouble. Qu’il soit le même que celui de leurs parents ou un autre.

Par ailleurs, être élevé par des parents ayant l’un de ces problèmes augmente le risque de mauvaise santé émotionnelle.

Un enfant qui cache sa tête dans ses mains.

Liens d’attachement précaires

Un attachement sécurisant s’établit lorsque l’adulte en charge d’un enfant est capable de comprendre ses besoins et d’y répondre. C’est alors que vous lui offrez de l’affection, de la protection et des réponses chaque fois qu’il en a besoin. Ce style d’attachement aide l’enfant à devenir plus heureux, à avoir confiance en lui et à faire confiance aux autres et à la vie.

Or, les parents atteints de troubles mentaux ont souvent de grandes difficultés à créer des liens avec leurs enfants. Soit parce que leur propre malaise les empêche de s’impliquer dans la parentalité. Soit parce qu’ils ressentent du rejet envers l’enfant ou parce qu’ils sont dépassés par la parentalité. Par conséquent, ils ont tendance à ne pas répondre aux demandes émotionnelles des enfants ou à le faire de manière incohérente.

Cela provoque un style d’attachement insécure, qui pour l’enfant se traduira par une difficulté à faire confiance aux autres, une faible estime de soi et une insécurité persistante qui entraveront son bonheur et sa réussite dans la vie.

Environnement familial chaotique et imprévisible

Les circonstances dans lesquelles l’enfant vit et grandit dépendront du trouble mental dont souffrent ses parents. Cependant, des environnements chaotiques et inappropriés sont souvent créés dans ce type de maison. Il peut y avoir de la négligence parentale, des problèmes de communication et des réactions imprévisibles des parents. Ce qui place l’enfant dans une situation de grand stress.

La cohérence est l’un des plus grands besoins des enfants, qui doivent pouvoir faire confiance à leurs adultes et être émotionnellement stables. Lorsque la maladie mentale frappe, les ménages peuvent devenir très conflictuels.

Apprentissage indirect inapproprié

Enfin, et même s’il n’y a pas d’abus ou de négligence d’aucune sorte, les parents atteints de troubles mentaux peuvent transmettre des leçons très néfastes à leurs enfants par leur exemple. Les personnes souffrant d’anxiété enseignent indirectement aux enfants à craindre, à s’inhiber et à voir le monde comme un lieu hostile. De leur côté, ceux qui souffrent de troubles de l’humeur peuvent transmettre une vision pessimiste et des stratégies d’adaptation inadéquates.

Les tout-petits apprennent de leurs parents à percevoir les situations, à communiquer et à les résoudre. Si les adultes ne disposent pas de bonnes ressources à cet égard, ils agissent comme des modèles d’attitudes et de comportements inappropriés.

Comment prévenir les séquelles chez les enfants de parents souffrant de troubles mentaux?

Une famille lors d'une consultation.

Grandir dans un foyer touché par la maladie mentale a souvent un impact sur les enfants. Car ils peuvent avoir manqué de l’affection, de la sécurité, de la stabilité ou de la communication dont ils avaient besoin. Ils peuvent se sentir rejetés, seuls ou en insécurité dans leur relation avec leurs parents. Ce qui peut affecter leur confiance en eux et leurs relations adultes.

Cependant, il existe certains facteurs de protection qui peuvent aider à atténuer l’impact :

  • Informer l’enfant de la maladie de ses parents. Qu’il comprenne en quoi cela consiste et qu’il sache que ce qui se passe n’a rien à voir avec lui, que ce n’est pas de sa faute et que cela ne détermine pas sa valeur.
  • Que l’enfant puisse se sentir aimé par son parent. Même s’il commet des erreurs ou s’il n’applique pas la meilleure parentalité, savoir qu’il est aimé agira comme une protection.
  • Avoir une figure de référence saine et solide. Il peut s’agir de l’autre parent ou même d’un autre parent proche, comme des grands-parents ou des oncles. Avoir un adulte qui fournit cette affection et cette sécurité est crucial pour préserver la santé émotionnelle de l’enfant.
  • Établir des relations significatives et mener une vie saine à l’extérieur de la maison. Les liens d’amitié, les loisirs et les espaces extra-familiaux dans lesquels l’enfant se sent accueilli et épanoui sont d’une grande aide.
  • Les parents souffrant de troubles mentaux doivent bénéficier d’une aide professionnelle. Cela leur permettra de réduire ou de gérer leurs symptômes. Ils pourront ainsi acquérir des directives pour que les parents soient aussi sains que possible, au lieu de transmettre des torts ou des idées fausses à leurs enfants.

Le soutien de l’entourage et l’aide professionnelle sont essentiels pour les enfants et les parents souffrant de troubles mentaux

Enfin, grandir avec des parents atteints de troubles mentaux affecte la personnalité et le bien-être émotionnel. Pour cette raison, il est important que l’enfant ait un soutien de l’environnement et qu’il puisse même recourir à un professionnel qui l’accompagne à certains moments de sa croissance. Quoi qu’il arrive, aucune enfance n’est une condamnation et il y aura toujours des opportunités de travailler, même à l’âge adulte, sur tous ces défis qui sont restés non résolus.

Cela pourrait vous intéresser ...
Maternité et troubles mentaux sévères: sont-ils compatibles?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Maternité et troubles mentaux sévères: sont-ils compatibles?

La maternité combinée aux troubles mentaux graves sont difficiles à gérer, mais pas impossibles. Nous vous donnons quelques pistes.



  • García, J. T. (2005). Repercusiones en el niño de los trastornos mentales de sus progenitores y cuidadores. FMC-Formación Médica Continuada en Atención Primaria12(4), 220-235.
  • Schejtman, C. R. (2004). Efectos de la depresión materna en la estructuración psíquica durante el primer año de vida: psicoanálisis e investigación empírica con infantes.

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.