En quoi consiste la thérapie craniosacrale chez les bébés ?

· 21 juillet 2018
La thérapie craniosacrale peut être bénéfique pour les bébés prématurés ou pour ceux dont l'accouchement a été difficile. Nous vous expliquons ses bénéfices et ses contre-indications dans cet article.

La thérapie craniosacrale pour les bébés est un travail de stimulation et de soutien au mouvement respiratoire primaire. Cette thérapie travaille sur la totalité du corps depuis le stade embryonnaire. Ainsi, le moment adéquat pour recevoir ce traitement une première fois est 48 heures après l’accouchement.

Comment procède-t-on pour une thérapie craniosacrale chez le bébé ?

On considère qu’une des manifestations basiques de santé est un battement céphalo-rachidien correct. Le fonctionnement du système nerveux et des organes dépend de ce battement important.

Des manipulations douces sur le crâne, la nuque et le cou peuvent réguler ce rythme, c’est ce qu’on appelle thérapie craniosacrale.

Pour réaliser cette thérapie, le bébé reste entre les bras de la mère et peut aussi être allaité en même temps.

Les mains du spécialiste parcourent le corps du bébé et s’arrêtent sur la colonne vertébrale et le crâne pour libérer les tensions.

Généralement, les sessions de thérapie craniosacrale durent une heure au plus. Le nombre de sessions dépend de la gravité du problème.

Les parents, quant à eux, doivent tenir informé le spécialiste des changements qu’ils voient dans leur enfant. De plus, ils peuvent appliquer certains traitements à la demande du spécialiste.

Les bénéfices de la thérapie craniosacrale chez le bébé

Cette thérapie est peu connue dans de nombreuses parties du monde. Avec tous les bénéfices que cela apporte au bébé, il est important de la mettre en oeuvre, surtout si l’accouchement a été compliqué.

Voici les bénéfices les plus importants de la thérapie :

  • Cela renforce le lien avec le bébé. En effet, à travers les sessions de thérapie craniosacrale et de la communication avec le spécialiste, les liens avec votre enfant peuvent s’accroître, car votre bébé se sent en sécurité.
  • Un bébé prématuré est plus sensible. Par conséquent, ces sessions permettent au thérapeute de comprendre se qui se passe au niveau physique et émotionnel.

  • Grâce à la thérapie, vous pouvez savoir s’il existe des signes de trauma comme une dissociation, une tension, des pleurs ou une irritabilité. Dans les cas les plus graves, il peut déceler une hypotonie musculaire.
  • Cette thérapie aide le bébé à restaurer l’ordre et l’équilibre pour faciliter les mouvements du corps. La circulation lymphatique est améliorée, ce qui favorise la flexibilité musculaire, des os et des organes internes. De plus, cela calme les irritations nerveuses.
  • Elle peut aussi aider à résoudre d’autres problèmes de santé comme les coliques, les troubles de l’attention et/ou l’hyperactivité, l’autisme, les difficultés d’apprentissage, les problèmes de coordination, les malformations de la colonne vertébrale et les infections des oreilles.

Les contre-indications pour cette thérapie

Avant de choisir de réaliser cette thérapie, les parents doivent être attentifs et choisir le bon thérapeute.

Une mauvaise pratique peut avoir des effets nocifs sur la santé de l’enfant, comme provoquer des lésions ou la mort du bébé.

Si votre bébé ne présente aucune maladie ni douleur, la thérapie craniosacrale n’est alors pas nécessaire et il est préférable de ne pas y recourir.

Si votre enfant présente un problème de santé ou un trouble quelconque, la première chose à faire est de consulter son pédiatre pour qu’il fasse un examen et donne un diagnostic.

Combien de sessions sont nécessaires ?

Seuls certains bébés avec des problèmes de santé connus peuvent bénéficier de cette thérapie. En général, une seule session est nécessaire pour traiter les différentes parties du cerveau et de la colonne vertébrale.

Néanmoins, vous pouvez répéter les sessions tant que c’est nécessaire. Parfois, elles sont indispensables pour les bébés qui souffrent de la colonne vertébrale, des muscles ou bien qui ont une malformation du crâne.

Les parents sont toujours présents pendant la thérapie. Il est essentiel que l’enfant se sente en sécurité, car cela facilite la session.

Comme nous le disions précédemment, une seule session suffisant en général et vous pouvez voir des améliorations chez votre bébé. Cependant, tout dépend de la gravité de la maladie.

Si les parents perçoivent un trouble que le pédiatre recommande la thérapie craniosacrale, seul un expert hautement qualifié doit la réaliser.

De même, il est indispensable que le bébé prenne le temps de se sentir en sécurité. C’est un détail essentiel pour toute la durée de la thérapie.