8 contes pour enseigner l’égalité aux enfants

16 octobre 2017

Les livres sont les meilleurs outils pour éduquer les enfants. C’est une très bonne idée d’utiliser les contes pour enseigner des leçons de vie, des apprentissages et des valeurs aux enfants.

Il y a également des histoires qui aspirent à un monde plus solidaire et proposent des changements drastiques dans la société, tels que promouvoir l’égalité.De nos jours, promouvoir l’égalité est une nécessité. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible de combattre les stéréotypes ancrés dans la société. Sans aucun doute, les contes pour enfants ont l’immense pouvoir de former des caractères, des idéologies et une pensée critique.

Pour cette raison, nous partageons dans le présent article d’Être Parent, une série de titres de contes dans lesquels vous pourrez trouver tout cela. L’idée étant de sensibiliser dès le plus jeune âge à ces thématiques d’actualité. Prenez note de la liste suivante !

Comment choisir des contes pour enseigner l’égalité ?

Dans un premier temps, il peut être utile d’éviter les clichés lorsque vient le moment de choisir les contes. Crapauds, princes et princesses ; baisers, héros et fées marraines ; potions et sorcières. Ces éléments communs aux récits pour petits sont tous semblables les uns aux autres.

Illustration d'une petite fille lisant un livre avec une lampe torche sous une couverture

La similarité la plus courante dans ce type d’histoires plus « traditionnelles » est le rôle qui est assigné à chaque personnage. Princesses roses, belles et fragiles sauvées par de puissants princes bleus. Comme vous le voyez, tout est une dualité. Bon contre le mal, la richesse contre la pauvreté et la force contre la faiblesse.

Tout cela est également résumé par le binôme « ils » et « elles ». De plus, traditionnellement, ces histoires ne notent pas les différences. Il n’y a pas de diversité ni d’intégration. Dans les dernières années au contraire, de nombreux auteurs se sont donnés pour mission de raconter d’autres histoires.

Il y a plus de trésors dans les livres que dans tout le butin de l’île au trésor.

-Walt Disney-

Dans ce type d’œuvres, les rôles sont démystifiés, les anecdotes apparaissent plus proches de la réalité et plus englobantes. Ce sont les contes pour enfants qui permettent la compréhension de soi de l’enfant et de son environnement, de manière plus tolérante. Ainsi, la diversité sexuelle, le féminisme, les différentes capacités et l’immigration peuvent être abordés.

8 contes pour promouvoir l’égalité et l’intégration

Au cours des dernières années, une série d’œuvres est venue briser les schémas habituels. Elles démolissent les vieilles structures, dans la forme comme dans le fond. Mais surtout, dans les constructions et les représentations, en cherchant à introduire des concepts actuels chez les enfants.

Livres et contes pour enseigner des concepts actuels, devant deux enfants couchés

Une autre vision de la figure féminine

  • Rosa Caramelo, d’Adela Torín. Les femelles éléphants, les éléphantes, sont élevées et éduquées différemment des éléphants mâles. Alors qu’ils vivent libres et mangent ce qu’ils veulent, elles vivent enfermées et mangent des fleurs laides pour obtenir une peau rose qui leur assurera de trouver l’amour. Cependant, Margarita est l’exception puisque sa peau est grise et qu’elle rêve de vivre en liberté. Le texte propose un regard critique pour analyser les stéréotypes sexistes. L’auteur réfléchit sur la différence de genre dans les jeux, les vêtements et les rôles.
  • Même les princesses pètent, d’Ilan Brenman. Faisant face à un secret qui entrave la vision idéalisée des princesses, le père d’une fillette découvre dans sa bibliothèque poussiéreuse « Le livre secret des princesses ». C’est ainsi que sa véritable identité est révélée. C’est une histoire divertissante qui démystifie l’image et le rôle des princesses.

Les familles recomposées

  • Bienvenue dans la famille, par Mary Hoffman. Cette histoire explique les différentes façons dont la famille peut être élargie. Elle explore les naissances, les adoptions, les familles d’accueil et divers types de famille. De toute évidence, le message est que chaque famille est un monde, et que chacun est unique et important.
  • La famille dans tous ses états, d’Alexandra Maxeiner. Certes, les enfants ne se reconnaissent pas dans des familles fictives. C’est pourquoi ce livre ouvre les yeux des tout-petits, racontant ce qui se voit dans la société. Parents séparés ou veufs, parents de même sexe, enfants adoptés ou orphelins, familles sans enfants ou recomposées. Tout est raconté pour peindre la vie quotidienne des enfants qui doivent apprendre à vivre ensemble. Le meilleur est sans aucun doute la conclusion : peu importe les caractéristiques de la famille, l’important est d’être aimé.
Enfants avec des livres et cahiers colorés

Les stéréotypes et préjugés

  • Zébulon le dragon, de Julia Donaldson et Axel Scheffler. Ici, rien ne se passe comme prévu. Les dragons sont bons, les princesses rêvent d’être médecins et les princes, des infirmiers. Et la fin heureuse est possible puisque les protagonistes réalisent leurs rêves. Cependant, ils doivent d’abord démontrer qu’il est possible de redéfinir les limites sociales et mentales pour y arriver.
  • Mercedes veut être pompier, de Beatriz Moncó. Le déclencheur du débat en classe se produit suite à une question récurrente : « Que veux-tu être quand tu seras grand ? » La protagoniste trouble la classe en avouant qu’elle veut être pompier. Jaime s’oppose en affirmant que c’est impossible « puisqu’il n’y a pas de femmes pompiers ».

L’égalité et l’intégration

  • La perruque de Luca. Luca est un garçon spécial qui, très jeune, doit affronter des héros et des princesses pour défendre sa perruque bleue. En outre, il ose remettre en question les normes établies, afin d’être libre et conforme à ses valeurs : l’égalité, le respect de la diversité et la liberté de choix.
  • Tous différents !, de Tod Parr. Une promenade qui fait découvrir les différentes possibilités; familles, amis, couleurs, races et situations. Le texte soutient qu’il n’y a pas de mauvaises différences, l’essentiel est d’être spécial, important et d’être soi-même.

 

A découvrir aussi