Comment réduire la consommation de sucre dans l'alimentation des enfants ?

Vous pensez que votre enfant consomme trop de sucre ? Essayez de suivre les conseils que nous allons vous proposer pour réduire la présence de cet ingrédient nocif dans l'alimentation.
Comment réduire la consommation de sucre dans l'alimentation des enfants ?

Dernière mise à jour : 22 novembre, 2022

La consommation de sucre chez les enfants est vraiment préoccupante. Cet ingrédient parvient à affecter négativement de nombreux paramètres biochimiques et métaboliques et à influencer la santé à moyen et long terme. Il est préférable de garantir un apport très contrôlé pour éviter les altérations de l’état de bien-être.

Néanmoins, il n’est pas toujours facile de limiter la présence de sucre dans l’alimentation des enfants. Cet élément se retrouve fréquemment dans de nombreux produits différents. Pour cette raison, il est toujours pratique de consulter les étiquettes nutritionnelles pour choisir la meilleure option.

Conseils pour réduire le sucre dans l’alimentation des enfants

Avec les conseils que nous allons vous donner, vous pourrez réduire significativement la quantité de sucre dans l’alimentation des enfants, ce qui aura un impact positif sur leur santé à moyen terme.

Éviter le cacao soluble au petit déjeuner

Le cacao soluble fait partie de ces produits à forte teneur en sucres ajoutés. Ainsi, ce n’est pas une bonne option à proposer au petit-déjeuner et il n’est pas bon de l’inclure dans l’alimentation habituelle.

Au lieu de cela, il est préférable d’acheter du cacao amer dégraissé et d’en ajouter une certaine quantité au lait. Ce produit contient des flavonoïdes capables de moduler la pression artérielle, entre autres avantages. Ceci a été démontré par des recherches publiées dans la revue The Cochrane Database of Systematic Reviews.

Si, au début, cela leur paraît trop amer, vous pouvez également ajouter une petite quantité de purée de fruits ou de dattes à la préparation. De cette façon, on tire parti des sucres naturels présents dans les fruits.

Le cacao amer est une bonne option, contrairement au soluble. Malgré le fait que son goût soit beaucoup moins sucré, c’est un aliment qui se démarque par sa haute densité nutritionnelle.

Changer les céréales

La plupart des céréales pour petit-déjeuner que l’on trouve dans les supermarchés contiennent des quantités excessives de sucres ajoutés. Pour cette raison, il est essentiel d’observer attentivement les étiquettes pour choisir celles qui ne contiennent pas cet ingrédient. Une excellente option est l’avoine, même si tout le monde ne l’apprécie pas.

Attention aux desserts lactés

Manger un dessert peut améliorer l’état de santé des enfants, à condition qu’il soit de qualité. Les meilleures options sont les fruits frais et les yaourts naturels. Cependant, au supermarché, vous pouvez trouver un grand nombre de desserts lactés variés avec des quantités excessives de sucres ajoutés. Ce ne sont pas des aliments sains.

Même les yaourts aromatisés ou sucrés ne sont pas une bonne option. Ceux qui incorporent des édulcorants artificiels, même s’ils ne contiennent pas beaucoup de calories, sont capables de nuire au microbiote et au bon fonctionnement du métabolisme.

Vous devez toujours privilégier les produits naturels ou même ceux de style grec. Pour leur donner une touche sucrée ou croquante, vous pouvez y introduire des morceaux de fruits ou une poignée de fruits secs.

Supprimer les boissons sucrées

Il faut bien avoir à l’esprit que le meilleur outil pour assurer un bon état d’hydratation est l’eau minérale. Par conséquent, il est essentiel d’éviter de donner aux enfants des boissons gazeuses sucrées. Ce sont parmi les pires produits qui peuvent être proposés pour la santé métabolique, selon une étude publiée dans le European Journal of Epidemiology.

Le sucre, lorsqu’il est administré par voie liquide, a une absorption beaucoup plus rapide, de sorte que l’impact qu’il génère sur le stress pancréatique est plus important. Dans ce cas, aucune fibre ne retarde la vidange gastrique ou l’entrée du glucose dans le sang.

Les boissons gazeuses sucrées sont l’une des pires options à inclure dans l’alimentation des enfants car elles affectent la santé métabolique. L’eau minérale est la meilleure alternative pour assurer une bonne hydratation.

Il est essentiel de réduire la consommation de sucre dans l’alimentation des enfants

Comme vous l’avez vu, réduire la consommation de sucre dans l’alimentation des enfants peut avoir des effets très positifs sur la santé à moyen terme. Cet ingrédient étant présent dans de nombreux produits ultra-transformés différents, il est donc préférable de toujours privilégier la consommation d’aliments frais.

N’oubliez pas qu’il est également crucial de promouvoir d’autres habitudes saines chez les enfants. Par exemple, ils devraient être physiquement actifs sur une base régulière. C’est un outil très utile pour prévenir le surpoids et les altérations de la fonction métabolique. Par ailleurs, il est nécessaire d’assurer un repos nocturne correct pour favoriser la croissance et éviter les problèmes d’équilibre hormonal de l’enfant à moyen terme.

Cela pourrait vous intéresser ...
4 aliments avec plus de sucre que vous ne l’imaginez
Être parents
Lisez-le dans Être parents
4 aliments avec plus de sucre que vous ne l’imaginez

Il existe plusieurs aliments présents dans l'alimentation de nombreuses personnes qui contiennent plus de sucre qu'on l'imaginez..Quels sont-ils?



  • Ried, K., Fakler, P., & Stocks, N. P. (2017). Effect of cocoa on blood pressure. The Cochrane database of systematic reviews4(4), CD008893. https://doi.org/10.1002/14651858.CD008893.pub3
  • Qin, P., Li, Q., Zhao, Y., Chen, Q., Sun, X., Liu, Y., Li, H., Wang, T., Chen, X., Zhou, Q., Guo, C., Zhang, D., Tian, G., Liu, D., Qie, R., Han, M., Huang, S., Wu, X., Li, Y., Feng, Y., … Zhang, M. (2020). Sugar and artificially sweetened beverages and risk of obesity, type 2 diabetes mellitus, hypertension, and all-cause mortality: a dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. European journal of epidemiology35(7), 655–671. https://doi.org/10.1007/s10654-020-00655-y