Anesthésie péridurale ou rachidienne, quelle est la différence ?

20 mars 2018
Il existe une grande différence dans les types d'anesthésie neuraxiale, mais il y a aussi de la confusion dans certains cas. L'anesthésie péridurale ou rachidienne est un médicament manipulé par un anesthésiste. Ce médecin se charge de les injecter dans la colonne vertébrale ou autour de celle-ci pour bloquer ou insensibiliser la douleur dans le corps.

Dans les cas les plus connus, l’anesthésie péridurale est utilisée pour éviter la douleur pendant l’accouchement. Toutefois, la péridurale ou l’anesthésie rachidienne peuvent servir lors d’opérations dans les zones du ventre, du bassin, des jambes ou des pieds. Ces anesthésies sont appliquées lorsque le patient est éveillé. Elles sont également appelées, péridurale ou rachianesthésie.

Comme nous le savons, à l’intérieur de la colonne vertébrale, dans son canal semi-central se trouve la moelle épinière, qui est recouverte par plusieurs couches. En ce sens, il est indispensable que ces anesthésies soient injectées à deux endroits spécifiques. L’un est à l’intérieur de la dure-mère où se trouve le liquide céphalo-rachidien, et l’autre est à l’extérieur où c’est toujours sec.

L'anesthésie péridurale ou rachidienne est injectée lors d'opérations au niveau du ventre, du bassin, des jambes ou des pieds

Anesthésie péridurale ou rachidienne, leurs différences

  • La zone. L’anesthésie péridurale est injectée à l’intérieur de la dure-mère, autrement dit dans la couche plus épaisse qui recouvre la moelle épinière. En revanche, l’anesthésie rachidienne est administré au patient dans l’espace rachidien, comme son nom l’indique, à l’intérieur de la dure-mère.

Une autre différence de la zone où elle est injectée au patient est que la péridurale est placée dans la couche qui est déjà sèche. De son côté, l’anesthésie rachidienne est injectée dans une zone humide. C’est-à-dire qu’il faut attendre que le liquide sorte légèrement pour être sûr que l’aiguille ait déjà pénétré à l’intérieur de la dure-mère afin de réaliser l’injection.

  • Le temps. La péridurale est beaucoup plus lente, car il faut environ 20 minutes pour qu’elle fasse effet. Cependant, ce dernier est de longue durée. Elle est souvent utilisée dans le cadre d’un accouchement naturel. Alors que l’anesthésie rachidienne est très rapide et ne prend que quelques secondes pour agir. Néanmoins, sa durée est limitée et elle s’utilise pour la césarienne.
  • La quantité. Comme indiqué ci-dessus, la couche de la dure-mère est très épaisse et résistante. Pour cette raison, l’anesthésie péridurale nécessite une plus grande quantité pour atteindre l’objectif final. Au contraire, la quantité pour l’anesthésie rachidienne est faible car elle va directement à l’intérieur de la dure-mère, recouvrant ainsi la moelle épinière.
  • L’épaisseur du cathéter. Pour administrer l’anesthésie péridurale, on a besoin d’un cathéter plus épais, il y en a un qui est souvent laissé en place. Par conséquent, le médicament doit être injecté en doses répétées pour gérer les douleurs prolongées. Il est couramment utilisé dans le travail de l’accouchement pour cette raison.

Pour l’anesthésie rachidienne, le cathéter est moins épais, l’anesthésiste injecte dans le liquide de la moelle épinière, ce qui est généralement utile qu’une seule fois. De cette manière, le cathéter n’a pas besoin de rester en place. Toutefois, durant la procédure, les niveaux d’oxygène dans le sang, le pouls et la pression artérielle doivent être vérifiés.

L'anesthésie péridurale peut provoquer des complications telles qu'une hypertension sévère ou une allergie au produit

Les anesthésies péridurale et rachidienne nécessitent un suivi

Après un accouchement ou une opération avec l’anesthésie péridurale, la patiente restera au lit jusqu’à ce qu’elle récupère des forces dans les jambes pour marcher en toute sécurité. Dans le cas de l’anesthésie rachidienne, la patiente doit rester au lit pendant plusieurs heures pour éviter les maux de tête. On sait également que ces deux anesthésies peuvent causer des nausées, des vertiges ou de la fatigue.

Bien qu’elles soient sûres toutes les deux, l’anesthésie péridurale ou rachidienne peut provoquer d’autres complications telles que :

  • Des hernies dans la zone d’injection
  • Une allergie au produit
  • Une pré-éclampsie ou hypertension élevée
  • Des maux de tête sévères
  • Une difficulté à uriner
  • Des dommages au niveau du système pneumologique
  • Une baisse de la tension artérielle

Le fait d’éclairer de nombreux doutes aidera à rendre l’opération ou l’accouchement plus sûrs, plus rapides et sans aucun type de risque. Il est conseillé de poser toutes les questions nécessaires au médecin spécialiste qui s’occupera de la situation.

 

 

A découvrir aussi