5 mythes sur l’autisme

· 12 novembre 2018
Bien que cela n'en ait pas l'air, les cas avec un indice de trouble autistique sont nombreux. Il ne faut pas tomber dans les clichés et se laisser emporter par les mythes sur l'autisme. Le plus important est toujours la prévention et le traitement professionnel.

Actuellement, on estime qu’environ 1% de la population a reçu un diagnostic de troubles du spectre autistique. Même si ce type de troubles est assez reconnu aujourd’hui, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour mieux les comprendre et dissiper les mythes sur l’autisme.

Il existe de nombreux mythes autour de ces troubles liés à l’autisme, il est donc primordial d’avoir la meilleur information possible afin de prévenir et de traiter les différents cas. Voyons dans cet article certaines des fausses croyances à ce sujet.

Qu’est-ce que l’autisme ?

L’autisme est un trouble du développement neurologique d’origine multifactorielle, combinant à la fois des facteurs neurologiques et environnementaux. Ces facteurs font partie d’un groupe de conditions connues sous le nom de trouble du spectre autistiqueappelé également TSA.

Lorsque nous parlons d’autisme et de personnes autistes, nous faisons référence à un ensemble de conditions similaires, mais qui se manifestent à différents degrés et manières chez chacun.

C’est pourquoi, de nos jours, le terme de trouble du spectre autistique est utilisé car il nous permet de comprendre les diverses variantes des personnes qui présentent ce syndrome.

Pour en savoir un peu plus sur le syndrome de l’autisme, il est important de connaître la différence entre le développement cérébral d’une personne atteinte de TSA et un développement cérébral normal. Autrement dit, leur fonctionnement et la façon dont ils traitent l’information s’effectuent différemment.

Dans les troubles liés à l’autisme, on doit généralement faire face aux défis de la communication et de l’interaction sociale. Par ailleurs, il est aussi fréquent de trouver des altérations dans les processus de stimulus sensoriels.

Quelques mythes sur l’autisme

Malgré les avancées réalisées au cours des dernières décennies dans la connaissance des troubles du spectre autistique, il manque encore beaucoup d’informations à ce sujet.

Il faut rester bien informé sur les troubles du spectre de l'autisme afin d'éviter de tomber dans les mythes de l'autisme.

Il y a certaines caractéristiques que l’imaginaire collectif attribue aux personnes avec des troubles autistiques, qui n’ont finalement rien à voir avec cela et n’ont rien de déterminant.

1. Les personnes atteintes d’autisme sont incapables de ressentir ou d’exprimer leur affection

C’est l’un des principaux mythes sur l’autisme qui est le plus implanté. Tout au long de l’histoire, aussi bien le cinéma que la télévision et les médias de communication se sont chargés de construire une image stéréotypée de l’autisme.

Dans la réalité, les personnes atteintes du TSA sont bien capables de ressentir, d’exprimer des émotions, de l’affect et des sentiments. Autrement dit, chaque enfant ou adulte souffrant du TSA sourit, pleure, se met en colère et exprime de l’amour; ce qui peut être différent et peu typique, c’est la manière dont les sentiments sont communiqués.

2. Les personnes atteintes de TSA ne parlent pas et ne communiquent pas

Un des autres mythes sur l’autisme, tout aussi erroné, est celui de dire que les personnes avec TSA ne parlent pas et ne communiquent pas. Cela est totalement faux.

Bien qu’ils aient des difficultés, avec l’intervention de thérapies du langage et de la parole, ils parviennent réellement à améliorer leurs compétences verbales.

Dans les cas où l’enfant ne parle pas, il est possible de développer des systèmes de communication alternatifs et temporaires, comme le langage des signes. L’essentiel, c’est que le petit ne s’isole pas de plus en plus.

« Dans les troubles liés à l’autisme, on doit généralement faire face aux défis de la communication et de l’interaction sociale »

3. La guérison des personnes avec des troubles autistiques est rare

Avec les progrès qui se produisent tous les jours, la guérison des personnes avec des troubles autistiques est chaque fois plus grande. Grâce à une stimulation appropriée, des objectifs clairs et un environnement adéquat, les enfants atteints de TSA évoluent de manière inattendue depuis quelques années.

L’importance de la sensibilisation de la population aux troubles du spectre de l’autisme doit être également soulignée. Il s’agit avant tout d’informer correctement et d’accompagner les parents à tout moment.

4. Tous les enfants autistes ont des problèmes d’apprentissage

Voici un des autres mythes sur l’autisme qu’il faut renverser. Les troubles du spectre de l’autisme se manifestent de différentes façons chez chaque personne; par conséquent, les symptômes peuvent varier considérablement.

En pratique, même si certains ont de grandes difficultés d’apprentissage, d’autres sont très intelligents. Il n’y a pas de règle générale à cet égard.

Les mythes sur l'autisme sont nombreux à cause d'un manque d'information à ce sujet.

5. Les enfants avec des troubles autistiques ne peuvent pas aller dans des écoles normales

En réalité, les enfants atteints de troubles du spectre autistique bénéficient grandement de l’intégration dans la vie scolaire normale. Le choix d’aller à l’école ne dépend pas d’un diagnostic, mais plutôt des besoins et des caractéristiques spécifiques de chaque individu.

D’autre part, il est nécessaire de rappeler les diverses possibilités offertes par l’école. L’intégration à l’école ordinaire est conseillée dans beaucoup de cas; c’est donc tout à fait possible.

Finalement, il est extrêmement important de s’informer sur ce genre de troubles.

Il ne s’agit pas seulement d’une question informative ; mais également de pouvoir comprendre comment les personnes atteintes de TSA établissent des relations. Le but ultime est l’intégration de ces personnes dans la société.