5 conseils pour apaiser les pleurs d’un bébé

· 27 février 2018
La première façon de communiquer des bébés lorsqu'ils arrivent au monde est de pleurer. Ils pleurent pour des raisons multiples et variées et peuvent même pleurer 1 à 3 heures par jour. Dans cet article, nous vous donnons quelques conseils pour apaiser les pleurs d'un bébé qui désespèrent tant les parents.

Comprendre les pleurs d’un bébé

Comprendre les pleurs d’un bébé est l’un des premiers soucis des parents. Un nouveau-né peut pleurer car il a faim, car il a des coliques, parce qu’il veut être changé ou qu’il a froid…

Souvent, durant les premiers jours nous ne savons pas ce qui lui arrive, mais peu à peu les parents connaissent leurs enfants et les raisons de leurs pleurs. N’oubliez pas que parfois, les pleurs peuvent aussi signifier que le bébé veut exprimer autre chose comme une douleur, une maladie, une infection ou les premières dents qui sortent.

Certaines fois, les pleurs d’un bébé et le fait de ne pas en savoir la cause peuvent nous oppresser et nous désespérer. Nous en arrivons même à penser que notre enfant a quelque chose de plus grave alors qu’il s’agit de la faim, du sommeil ou d’un problème émotionnel. Dans cet article, nous vous donnons cinq conseils utiles pour apaiser ces pleurs incontrôlables du bébé qui submergent les parents.

Les pleurs d'un bébé peuvent submerger les parents s'ils sont incontrôlables

Prendre notre bébé dans les bras

Souvent, lorsque les bébés pleurent depuis longtemps, ils entrent dans une spirale de colère et pleurent sans se soulager. Le mieux est de les prendre dans les bras afin qu’il décharge toute leur colère contre notre corps.

Dès qu’ils se détendent un peu, nous pouvons identifier la raison de leurs pleurs, s’ils ont faim, s’ils ont sommeil ou même si quelque chose leur fait mal. Pour voir si c’est la faim, nous pouvons approcher la nourriture à ce moment-là avant qu’ils ne la rejettent, si c’est le sommeil ils se détendront petit à petit et s’endormiront.

Souvent, quand les enfants sont très fatigués ils sont hyperactifs et n’arrêtent pas de bouger. L’important c’est qu’ils se tranquillisent progressivement afin qu’ils puissent dormir. Si nous les regardons, que nous leur parlons calmement et même que nous chantons une chanson douce, petit à petit la situation s’apaisera.

Accordez-leur du temps

Si votre enfant arrive de la garderie ou de chez ses grands-parents en pleurant de façon incontrôlée, l’origine peut être d’ordre émotionnel. Premièrement, nous devons savoir s’il lui est arrivé quelque chose ou s’il veut attirer l’attention car il s’est senti seul et que nous lui avons manqué.

Le mieux est d’essayer de passer la plupart du temps avec lui et de lui faire sentir tout notre amour et notre attention.

Établir des rituels

Les enfants ont besoin de rituels dans leur vie pour se sentir en sécurité. S’ils savent qu’après le bain, arrive le dîner et ensuite la lecture d’une histoire et que nous changeons les habitudes certains jours, l’enfant s’en rendra compte. C’est pourquoi s’ils pleurent parfois de façon incontrôlée, c’est peut-être qu’ils sont désorientés et nécessitent de l’ordre et des rituels quotidiens.

Les stimuler

Souvent, nos bébés s’ennuient tout simplement. Il arrive un moment où ils veulent ramper dans toute la maison, ouvrir les armoires et tout sortir, grimper sur les chaises… Nous délimitons ces activités pour leur sécurité et nous les mettons même dans un parc afin qu’il n’y ait aucun danger. Néanmoins, les enfants ressentent le besoin d’explorer et se sentent frustrés.

S’ils ne peuvent pas bouger, ils ont tendance à rentrer dans une spirale de pleurs incontrôlables. Pour cette raison, il vaut mieux leur accorder un moment chaque jour pour les laisser explorer sous notre surveillance. Laissez-les ouvrir un placard où vous avez mis, par exemple, des verres et des assiettes colorés en plastique. Essayez de lui donner cette liberté d’explorer. Cherchez des stimuli dans les jeux de leur âge ou des idées qui vous viennent à l’esprit.

Il existe de multiples manières d'apaiser les pleurs d'un bébé

Un changement d’attitude

Si nous constatons que rien de ce que nous faisons n’apaise les pleurs d’un bébé et qu’il ne présente aucun signe de douleur ou qu’il rentre dans une spirale, nous pouvons essayer de changer d’attitude. Nous pouvons tenter dans la bonne humeur en lui faisant des câlins, de commencer un jeu pour qu’il nous suive et même de nous déplacer d’une pièce à l’autre ou de sortir avec la poussette dans la rue.