4 mythes sur les fruits

28 février, 2020
Découvrez les 4 mythes sur les fruits les plus répandus dans la population.

L’alimentation est une science dans laquelle il existe une grande quantité de mythes. Les plus anciens et diffusés dans la population sont les mythes sur les fruits, bien que ceux-ci soient sains et apportent de nombreux nutriments à notre corps. C’est pour cela que dans cet article nous vous expliquerons les 4 plus connus.

Évitez les fruits riches en sucres pour perdre du poids

Êtes-vous déjà allé chez un nutritionniste ou un endocrinologue ? A partir des années 80-90, on donnait à n’importe quelle personne voulant maigrir une liste d’aliments interdits, entre ceux-ci, quelques fruits comme la banane, les raisins, les figues, les kakis et les prunes. Cependant, les temps ont changé, et la science démontre aujourd’hui qu’il n’existe aucune relation entre l’indice glycémique et la perte de poids.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, l’indice glycémique est la réponse que génère notre organisme devant le contenu de sucre présent dans les aliments. Plus il est haut, plus vite il sera absorbé par le sang. Cependant, cela dépend de l’aliment dans son ensemble. C’est à dire que la fibre ralentit cet effet, et c’est ce qu’il se passe avec les fruits. Par conséquent, vous pouvez manger jusqu’à trois rations de fruits tous les jours, car ceux-ci sont bons pour empêcher l’apparition du diabète, des maladies cardiovasculaires et de l’obésité.

Un enfant content dans des fruits

Les personnes diabétiques ne peuvent pas manger de fruits

Comme nous l’avons dit précédemment, les fruits sont formés, essentiellement, d’eau et de fibres, surtout s’ils sont frais. De plus, ils apportent des vitamines et des minéraux. Et aussi du glucose et du fructose, des sucres simples d’absorption rapide.

Si nous prenons en compte ce dernier, nous pouvons être amenés à penser que les diabétiques ne peuvent pas bien le métaboliser. Ceci empirerait leurs niveaux de sucre dans le sang. Cependant, en contenant des fibres, il aide à le réguler, retardant son temps d’absorption.

Un verre de jus = une portion

C’est le slogan dont abuse les publicités de jus de fruits commerciaux. Évidemment, ceux-ci sont à base de fruits mais, en étant pressés, ils perdent leurs fibres. De cette manière, le corps réagit de manière différente, en augmentant les niveaux de glucose dans le sang rapidement.

Cela veut dire que, après 2-3 heures, vous aurez plus de risques de souffrir d’une hypoglycémie si vous avez du diabète, en buvant le jus seul, et à avoir faim de nouveau. Cela arrive car c’est un liquide qui rassasie momentanément.

De plus, selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les jus entrent dans la catégorie des boissons sucrées, c’est pour cela qu’il vaut mieux réduire leur consommation journalière.

Enfants et jus de fruits

Il faut manger les fruits entre les heures de repas, un autre mythe bien connu

Vous avez entendu dire qu’après avoir mangé un fruit il fermente ? Et bien il ne devrait pas, sauf si vous avez mal au ventre après. En général, ceux qui défendent cette affirmation la justifient pour manger des protéines pendant le même repas. Au contraire : il y a des fruits comme l’ananas et la papaye qui contiennent des enzymes digestives. Or, celles-ci facilitent la digestion des protéines. C’est pour cela qu’il n’y a aucun sens à donner cet argument pour éviter de manger du dessert.

Un autre aspect à prendre en compte est que, quand on est dans un processus de perte de poids ou de contrôle de l’anxiété due à la nourriture, il peut être utile de manger un fruit avant de manger. Pourquoi ? Comme les fruits sont riches en fibres, eau et vitamines ils nous rassasient, ce qui nous permet de tenir le coup jusqu’au repas de midi ou jusqu’au dîner.

Pour en finir avec ce mythe, nous soulignerons que la raison pour laquelle on a tendance à restreindre les fruits après les repas est l’intolérance au fructose. Ce sucre est aussi présent dans certains légumes, légumineuses et certains fruits secs (raisins secs, les pruneaux, etc).

Par conséquent, s’il s’avère que dans le même repas nous ingérons des aliments variés avec une haute dose de fructose, le transporteur qui permet son absorption va saturer, poussant l’excès vers l’intestin sans être digéré. Ici, les bactéries vont fermenter, produisant des symptômes digestifs désagréables comme des gaz, des lourdeurs et des gonflements.

En conclusion, consommez au moins 2 à 3 rations entières de fruits frais tous les jours, pour les bénéfices que l’on suppose sur la santé. Et rappelez-vous que l’alimentation évolue toute la vie, et ce qui peut être bon pour vous aujourd’hui ne le sera peut-être pas un autre jour. Il est d’ailleurs toujours nécessaire et conseillé d’adapter la diète à la personne.

  • Karl JP, Roberts SB, Schaefer EJ, Gleason JA, Fuss P, Rasmussen H et al (2015). Effects of carbohydrate quantity and glycemic index on resting metabolic rate and body composition during weight loss. Obesity (Silver Spring):23(11): 2190-8.
  • Silva KC, Neri Nobre L, Emanuelle de Castro Ferreira Vicente S, Lopes Moreira L, do Carmo Lessa A, Alves Lamounier J(2016). Influence of glycemic index and glycemic load of the diet on the risk of overweight and adiposity in childhood. Rev Paul Pediatr, 34(3): 293-300.
  • Christensen AS, Viggers L, Hasselström K, Gregersen S. (2013) Effect of fruit restriction on glycemic control in patients with type 2 diabetes–a randomized trial. Nutr J,12:29.
  • Mamluk L, O’Doherty MG, Orfanos P, Saitakis G, Woodside JV, Liao LM et al (2017) Fruit and vegetable intake and risk of incident of type 2 diabetes: results from the consortium on health and ageing network of cohorts in Europe and the United States (CHANCES). Eur J Clin Nutr, 71(1): 83-91.
  • Muraki I, Imamura F, Manson JE, Hu FB, Willett WC, van Dam RM et al. (2013). Fruit consumption and risk of type 2 diabetes: results from three prospective longitudinal cohort studies. BMJ, 347.
  • Diabetes a la carta. ¿Se puede comer fruta con diabetes? Consultado el 21 de enero de 2020. Disponible en: https://diabetesalacarta.org/preguntas-frecuentes/
  • OMS. Nota informativa sobre la ingesta de azúcares recomendada en la directriz de la OMS par adultos y niños. Organización Mundial de la Salud, 2015.
  • Julio Basulto (Comer o no comer). Mejor una fruta entera que un zumo. [Actualizado el 8 de septiembre de 2015] Consultado el 21 de enero de 2020. Disponible en: https://comeronocomer.es/los-consejos/mejor-una-fruta-entera-que-un-zumo
  • Juan Revenga (Patia diabetes). (2019) No es recomendable sustituir fruta por zumos. Consultado el 21 de enero de 2020. Disponible en: http://www.patiadiabetes.com/no-recomendable-sustituir-fruta-zumos-2/
  • Ubois, L.; Farmer, A.; Girard, M. y Peterson,K. Regular sugar-sweetened beverages consumption between meals increases risk of overweight among preschool-aged children. J Am Diet Assoc 2007, 107(6): 924-34.
  • Yoshida, Y y Simoes, EJ. Sugar-Sweetened beverage, obesity and type 2 diabetes in children and adolescents: policies, taxation and programs. Curr Diab Rep 2018, 18(6): 31.
  • Pérez Aisa, A y Riquelme, A. (n.d.). Intolerancia a la fructosa-sorbitol. AEGASTRO(Asociación Española de Gastroenterologia). [Consultado 14 agosto 2019] Disponible en: https://www.aegastro.es/sites/default/files/archivos/documento-grupo/intolerancia_fructosa_-_sorbitol_0.pdf   
  • Guía Metabólica. (n.d.). Intolerancia Hereditaria a la Fructosa. [Consultado 14 de  agosto de 2019] Disponible en: https://metabolicas.sjdhospitalbarcelona.org/ecm/intolerancia-hereditaria-fructosa-ihf