Quels sont les types d'interventions de l'annexectomie ?

11 décembre, 2019
L'ablation des annexes utérines -autrement dit l'annexectomie - est une intervention chirurgicale pratiquée chez certaines patientes présentant des pathologies sévères. Dans l'article suivant, nous en apprendrons davantage sur l'opération, sur ses causes et ses conséquences.
 

Le terme hystérectomie est certainement commun à plusieurs d’entre nous, par contre tout le monde ne sait pas ce que sont les interventions par annexectomie. Cette intervention chirurgicale consiste à enlever les trompes de Fallope et les ovaires en réponse à des traitements pour des maladies importantes. Il peut même s’agir d’une alternative à une hystérectomie.

Les résultats immédiats obtenus grâce à cette intervention sont la suspension des effets des hormones dans l’organisme féminin. Bien entendu, elle contribue également à l’éradication des pathologies qui peuvent altérer les autres organes, comme le cancer.

Qu’est-ce que l’annexectomie? Ses causes et ses conséquences ?

Les femmes atteintes de maladies telles que le cancer, les fibromes, l’endométriose sévère ou celles qui souhaitent changer de sexe sont les premières candidates pour cette opération. L’intervention n’est pas complètement invasive. En effet, le spécialiste peut décider de n’enlever qu’un seul ovaire ou une seule trompe de Fallope, selon le besoin. Ainsi, la femme ne perdra pas définitivement ses chances d’être mère.

L’annexectomie se réalise par différents types d’interventions. Elle peut être totale ou partielle, selon l’état de la patiente.

Les types d’interventions pour une annexectomie

Tout d’abord, pour mieux comprendre ce qu’est l’annexectomie, nous allons en définir les différents types :

L’anexectomie partielle droite ou gauche

Avec cette procédure, on réalise une ablation de manière localisée des ovaires ou des trompes de Fallope, ou des deux. L’ablation est réalisée sur les organes situés à droite ou à gauche.

 
syndrome des ovaires polykystiques

L’intervention d’annexectomie totale

Une annexotomie totale implique l’ablation de toutes les annexes des deux côtés. En général, les spécialistes tentent d’autres traitements moins invasifs, y compris l’annexectomie partielle dont nous avons parlé précédemment.

Cependant, dans les cas de maladies très invasives, on pratique l’annexectomie totale. Elle inclut souvent une hystérectomie.

Comment s’effectuent les interventions ?

L’ablation de l’annexe féminine est réalisée par trois types de chirurgie. La chirurgie abdominale, laparoscopique ou encore vaginale. Pour chacune de ces trois interventions, la patiente est sous anesthésie générale. En effet, il s’agit d’une opération longue qui peut durer deux à trois heures.

Qu’est-ce que l’annexectomie abdominale ?

On considère cette l’intervention comme la plus sûre et la plus efficace. De plus, elle permet d’éviter de futures complications. Le spécialiste a accès à l’utérus et aux ovaires grâce à une petite incision semblable à celle qui est pratiquée lors d’une césarienne.

La durée de l’annexectomie abdominale peut être réduite grâce à son accès facile aux organes à enlever. Elle peut alors durer moins de deux heures.

 

« L’intervention n’est pas complètement invasive, car le spécialiste peut décider de n’enlever qu’un seul ovaire ou une seule trompe de Fallope ».

Qu’est-ce que l’annexectomie laparoscopique ?

L’annexectomie laparoscopique s’utilise pour éviter le long processus de récupération que peut représenter l’incision des opérations traditionnelles.

Pour effectuer l’intervention, au moins trois petites incisions s’effectuent à des endroits différents. Par ces incisions, les médecins introduisent des pinces, des caméras, des instruments coupants et des gaz tels que le anhydride carbonique ou le dioxyde de carbone. Ainsi, l’abdomen s’élargit pour obtenir un meilleur accès et donner une meilleure visibilité à la zone qui sera manipulée.

L’annexectomie vaginale, quel type d’interventions ?

Les candidates à cette intervention sont des femmes qui ont déjà eu un ou deux enfants. La raison en est que le canal vaginal doit avoir une dilatation spécifique pour que le médecin puisse pratiquer l’opération dans de bonnes conditions.

Par le vagin, le gynécologue s’approche de la cavité abdominale avec ses instruments et, de là, il enlève les trompes de Fallope et les ovaires.

Les patientes qui subissent cette procédure en réponse à un changement de sexe utilisent parfois cette technique. Elle s’effectue seulement si le chirurgien réalise une chirurgie esthétique en complément de l’annexectomie. Dans les cas où l’annexectomie se réalise pour réduire les effets des hormones, les médecins privilégieront donc la voie laparoscopique ou abdominale.

 
femme avec des douleurs aux ovaires

Avec les trois types d’interventions décrites plus haut, il y a des risques, tels que des saignements ou des infections possibles. En même temps, des altérations hormonales peuvent survenir en raison de l’interruption des processus normaux des cycles féminins.

Les conséquences immédiates de l’annexectomie sont l’apparition d’une ménopause précoce. Les symptômes communs de la ménopause apparaîtront également. Dans les cas où toutes les annexes féminines n’ont pas été enlevées, les femmes pourront toujours tomber enceintes, mais cependant avec plus de difficultés.

Enfin, il est impératif que la patiente qui doit subir ce type d’intervention ait un suivi médical très renforcé afin de connaître toutes les options possibles. Le praticien devra choisir celui qui convient le mieux à la patiente en fonction de ses antécédents médicaux.