Myélite flasque aiguë chez les enfants

La polio est une maladie éradiquée dans une grande partie du monde. Cependant, d'autres entérovirus non poliomyélitiques ont commencé à émerger.
Myélite flasque aiguë chez les enfants

Dernière mise à jour : 23 novembre, 2021

Durant l’été 2012, des cas d’enfants atteints de paralysie flasque soudaine ont commencé à être signalés en Californie, aux États-Unis. Jusque-là, ces enfants étaient par ailleurs en bonne santé et la cause de cet événement n’était pas tout à fait claire. Bien que la présentation clinique du tableau soit très similaire à celle de la polio, il n’a pas été possible d’isoler le virus responsable dans des échantillons prélevés sur des nourrissons. Au début, cette affection était appelée «syndrome semblable à la polio». Puis finalement, elle a reçu le nom propre de myélite flasque aiguë (AFM).

Des années plus tard, à l’été 2014, les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) ont signalé un nouveau foyer de cette maladie. Cette fois, il était lié à d’autres entérovirus non poliomyélitiques, qui ont également une affinité pour le système nerveux central. Parmi les plus importants, l’entérovirus A71 et l’entérovirus D68 ont été identifiés.

Des épidémies de MFA se sont répétées en 2016 et 2018, entre la fin de l’été et le début de l’automne dans ce pays. Bien que le pourcentage d’affectation ait été d’environ 1%, en 2019, plus de 600 cas avaient déjà été confirmés aux États-Unis et des épidémies avaient été signalées sur les 5 continents.

Bien qu’il s’agisse d’une maladie rare, l’importance de la connaître réside dans sa gravité potentielle et dans l’absence de traitement. Pour cette raison, nous souhaitons vous indiquer quelles mesures préventives peuvent être mises en œuvre à la maison, afin de réduire la circulation des virus qui en sont la cause.

Qu’est-ce que la myélite flasque aiguë?

Il s’agit d’une maladie neurologique inflammatoire qui affecte la moelle épinière et provoque une paralysie des différents muscles du corps. Lorsque cela se produit, ils deviennent flasques, réduisent leur réponse réflexe et ne parviennent pas à se contracter suffisamment pour remplir leurs fonctions.

Parmi les groupes musculaires les plus touchés figurent les suivants:

  • Membres supérieurs et inférieurs.
  • Tronc et dos.
  • Cou.
  • Visage.
  • Diaphragme et autres muscles respiratoires.

En général, le compromis est généralement d’apparition soudaine et survient quelques jours après une affection respiratoire courante. L’enfant, jusque-là en bonne santé, commence à souffrir d’une faiblesse musculaire qui l’empêche d’effectuer certains mouvements de son corps.

Malheureusement, 90 % du temps, l’AFM affecte les enfants et l’âge moyen est de 6 ans (CDC, 2020).

Causes de la myélite flasque aiguë chez les enfants

Analyse de sang à propos de l'entérovirus;

Jusqu’à présent, une forte corrélation entre les cas de myélite flasque aiguë et les épidémies saisonnières d’entérovirus D68 a été déterminée.

Cependant, d’autres virus ont été postulés comme causes possibles de cette maladie. Parmi eux, l’entérovirus A71, certains arbovirus (comme le virus du Nil, le Zika et la dengue), certaines souches de la famille des virus Coxsackie, entre autres.

Symptômes de la maladie

Les enfants atteints de myélite flasque aiguë commencent généralement par des symptômes banals et non spécifiques, les jours précédant l’apparition de la paralysie. Ceux-ci peuvent être respiratoires (fièvre, toux, rhinite, bronchospasme) ou gastro-intestinaux (diarrhée ou vomissements).

Entre le jour 3 et le jour 5 de l’apparition de cette affection, une faiblesse musculaire apparaît soudainement. En général, les membres supérieurs (bras, mains, épaules) d’un des deux côtés sont fragilisés et cela s’accompagne de douleurs et d’absence de réflexes dans ces régions.

Bien que les membres inférieurs puissent également être touchés, le plus commun est qu’ils conservent le tonus et la force habituels. Ceci génère une asymétrie caractéristique entre les bras et les jambes, ce qui permet le diagnostic différentiel avec un autre type de paralysie musculaire.

En plus des membres, une paralysie peut apparaître dans les muscles du tronc ou ceux du visage, provoquant des difficultés à respirer, à parler ou à avaler.

En résumé, les symptômes caractéristiques de la myélite flasque aiguë sont les suivants:

  • Faiblesse musculaire d’apparition soudaine.

  • Atteinte des membres supérieurs et du tronc, avec moins d’atteinte des membres inférieurs.

  • Perte des réflexes tendineux dans les zones touchées.

  • Symptômes catarrhaux ou gastro-intestinaux les jours précédents.

  • Difficultés d’élocution, de déglutition et de respiration.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic de cette maladie est clinique et des tests complémentaires sont effectués afin d’écarter d’autres causes qui génèrent des images similaires. Par exemple, la myélite transverse, le syndrome de Guillain Barré ou la polio.

En premier lieu, le médecin doit recourir à un interrogatoire détaillé pour connaître l’évolution du tableau actuel. De même, il est nécessaire de vérifier le calendrier vaccinal de l’enfant.

Ensuite, un examen physique complet est effectué, notamment axé sur l’état neurologique de l’enfant.

Enfin, certaines études d’imagerie ou de laboratoire peuvent être demandées pour confirmer le diagnostic suspecté. Parmi ces examens, se distinguent les suivants:

  • Ponction lombaire pour obtenir du liquide céphalo-rachidien. Il permet d’analyser l’aspect de ce fluide et détecter la présence de germes.
  • Imagerie par résonance magnétique du cerveau et de la colonne vertébrale, afin de détecter le site d’atteinte neurologique.
  • Culture des fluides corporels, tels que les matières fécales et le sang.
  • Analyse sanguine, pour vérifier les paramètres d’inflammation et d’infection.

En ce qui concerne le traitement de cette affection, il n’existe actuellement aucune mesure curative disponible. Il se limite à offrir le soutien vital nécessaire jusqu’à ce que le corps de l’enfant parvienne à se remettre des dommages causés par le virus.

En général, les soins sont les mêmes que dans le reste des paralysies flasques: assistance respiratoire mécanique, contrôle du rythme urinaire, hydratation intraveineuse, entre autres.

À l’heure actuelle, il n’existe aucune preuve pour garantir l’efficacité de certains traitements couramment utilisés, tels que les corticostéroïdes intraveineux, la thérapie par immunoglobulines ou la plasmaphérèse. D’autres études sont nécessaires pour déterminer le degré de bénéfice par rapport au risque de son utilisation.

Peut-on prévenir la myélite flasque aiguë?

Une jeune fille qui se lave les mains.

Oui, il est possible de prévenir l’infection par les virus qui causent la myélite flasque aiguë avec quelques mesures simples:

  1. Se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon.
  2. Aérer les pièces et nettoyer les objets du quotidien.
  3. Utiliser des insectifuges et du tulle dans le berceau du bébé.
  4. Éviter tout contact avec les personnes malades et en cas de maladie, se reposer à la maison jusqu’à guérison complète.
  5. Éternuer dans une serviette en papier ou dans le creux du coude pour éviter de propager des virus.
  6. Tenir à jour le calendrier de vaccination des enfants.

La myélite flasque aiguë chez les enfants n’est pas la polio

Bien qu’à un moment on ait pensé qu’il s’agissait d’une nouvelle épidémie de polio, cette maladie a été éradiquée dans plusieurs pays du monde grâce à la vaccination. Cependant, d’autres membres de la famille des poliovirus avec des caractéristiques similaires apparaîtront et donneront lieu à des images comme celle-ci.

L’essentiel est d’être vigilant, de savoir quels sont les symptômes avant de consulter le médecin et de mettre en œuvre toutes les mesures de prévention qui sont à notre portée.

Cela pourrait vous intéresser ...
La scoliose chez les enfants : tout ce que vous devez savoir
Être parents
Lisez-le dans Être parents
La scoliose chez les enfants : tout ce que vous devez savoir

La plupart du temps, on ne connait pas la cause exacte de la scoliose chez les enfants . Elle provoque une courbure anormale de la colonne vertébra...



  • Murphy OC, Messacar K, Benson L, Bove R, Carpenter JL, Crawford T, Dean J, DeBiasi R, Desai J, Elrick MJ, Farias-Moeller R, Gombolay GY, Greenberg B, Harmelink M, Hong S, Hopkins SE, Oleszek J, Otten C, Sadowsky CL, Schreiner TL, Thakur KT, Van Haren K, Carballo CM, Chong PF, Fall A, Gowda VK, Helfferich J, Kira R, Lim M, Lopez EL, Wells EM, Yeh EA, Pardo CA; AFM working group. Acute flaccid myelitis: cause, diagnosis, and management. Lancet. 2021 Jan 23;397(10271):334-346. doi: 10.1016/S0140-6736(20)32723-9. Epub 2020 Dec 23. PMID: 33357469; PMCID: PMC7909727. Disponible en: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7909727/
  • Murphy OC, Pardo CA. Acute Flaccid Myelitis: A Clinical Review. Semin Neurol. 2020 Apr;40(2):211-218. doi: 10.1055/s-0040-1705123. Epub 2020 Mar 6. PMID: 32143233. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32143233/
  • Knoester M, Helfferich J, Poelman R, Van Leer-Buter C, Brouwer OF, Niesters HGM. Twenty-nine cases of enterovirus-D68-associated acute flaccid myelitis in europe 2016: a case series and epidemiologic overviewPediatr Infect Dis J 2019; 38: 16–21. Disponible en: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6296836/?report=reader
  • Messacar K, Schreiner TL, Van Haren K, Yang M, Glaser CA, Tyler KL, Dominguez SR. Acute flaccid myelitis: A clinical review of US cases 2012-2015. Ann Neurol. 2016 Sep;80(3):326-38. doi: 10.1002/ana.24730. Epub 2016 Aug 4. PMID: 27422805; PMCID: PMC5098271. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27422805/
  • Van Haren K, Ayscue P, Waubant E, Clayton A, Sheriff H, Yagi S, Glenn-Finer R, Padilla T, Strober JB, Aldrovandi G, Wadford DA, Chiu CY, Xia D, Harriman K, Watt JP, Glaser CA. Acute Flaccid Myelitis of Unknown Etiology in California, 2012-2015. JAMA. 2015 Dec 22-29;314(24):2663-71. doi: 10.1001/jama.2015.17275. PMID: 26720027. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26720027/
  • Centros para el control y la prevención de enfermedades (CDC). Qué es la mielitis flácida aguda. [Internet] Diciembre 2020. Disponible en: https://www.cdc.gov/acute-flaccid-myelitis/about-afm-sp.html
  • Pérez MG, Rosanova MT, Freire MC, et
    al. Unusual increase of cases of myelitis in a
    pediatric hospital in Argentina. Arch Argent Pediatr
    2017;115(4):364-369. Disponible en: https://sap.org.ar/uploads/archivos/files_ao_perez_ingles_29-6-17pdf_1498678892.pdf